Publié dans Société

Visite apostolique à Madagascar - Place maintenant aux actions !

Publié le mardi, 10 septembre 2019

Le Pape François a définitivement quitté le pays, hier, vers 09h30 du matin à bord d’un avion de la compagnie aérienne nationale, Air Madagascar. En partant, il a laissé une lourde tâche à l’église catholique de Madagascar, à l’Etat malagasy mais surtout aux jeunes chrétiens. Entre protection de l’environnement et lutte contre la corruption, sans oublier l’usage des technologies à bon escient, il y a de quoi faire ! 
Dossier réalisé par Rova Randria
Au lendemain du départ du Saint-Père, l’enthousiasme et la ferveur des chrétiens se ressentent encore, dans les médias mais aussi dans les réseaux sociaux. Les messages forts de la visite papale résonnent dans l’esprit et dans la bouche de tous. Après l’assimilation de tous ces messages, il est maintenant l’heure d’agir pour que la venue du Pape François à Madagascar ne soit pas une simple visite, mais plutôt un nouveau départ pour le pays accompagné de changements radicaux, et ce, à tous les niveaux pour le développement de la nation. « Nous ferons en sorte de nous rapprocher encore un peu plus des croyants pour qu’il y ait des changements à tous les niveaux. Instaurer le développement du pays à travers l’éducation, les actions sociales  mais aussi dans l’appui des plus démunis. Pour cela, nous allons donc renforcer nos actions comme l’a demandé le Pape » notifie le père Germain, vice-coordonnateur de la visite du Pape à Madagascar, hier, lors de la cérémonie de congé du chef suprême de l’église catholique romaine, à l’aéroport international d’Ivato.  En tout cas, l’église catholique à Madagascar encourage tout le monde à agir et à s’engager afin de rendre effectif tous les souhaits de sa Sainteté pour la Grande île. « La protection de l’environnement figure parmi les priorités pour le Pape François.

Pour lui, la préservation de notre « maison mère » est plus que primordiale surtout en cette période où tout notre environnement est menacé, y compris les forêts de Madagascar. Il ne faut pas non plus oublier la lutte active contre la corruption parce qu’aucun développement n’est possible tant qu’elle sera encore prédominante dans le pays », ajoute le prêtre. Effectivement, pour qu’il y ait du changement il faut que tout le monde y mette du sien, de l’administration publique au secteur privé, mais surtout au niveau de chaque citoyen malagasy.
Encourager les jeunes
Les jeunes chrétiens tiennent une place particulière dans le cœur du Saint-Père, c’est pourquoi il a tenu à les rencontrer personnellement durant la veillée de samedi dernier. Effectivement, les jeunes malagasy sont aujourd’hui soumis à de nombreuses pressions, entre la famille, les amis mais surtout la mondialisation des nouvelles technologies. Face à tous ces défis, le Pape a tenu à leur apporter ses encouragements. « C’est inspirant et gratifiant de voir des jeunes aussi actifs dans leur foi. Et vous devez continuer dans cette lignée comme les apôtres de Jésus qui ne se sont jamais reposés ou encore plaints tout au long de leur périple. Votre entourage vous influencera et cherchera à vous changer. Vous devrez  lutter contre les stéréotypes, en apprenant à voir au-delà des apparences et mieux considérer l’autre, parce que Dieu nous a envoyé sur terre pour agir en sa faveur », soutient-il dans son message adressé aux jeunes.
Remerciements
Après la cérémonie de congé du Souverain Pontife, la conférence épiscopale de Madagascar a tenu à remercier toutes les entités de tous les niveaux, ayant participé de près ou de loin à la visite apostolique du Pape à Madagascar, allant du Président de la République au peuple malagasy, mais aussi à tous les fidèles catholiques ou non et les opérateurs économiques. « Aujourd’hui, nous sommes tous heureux d’avoir reçu la bénédiction du Saint-Père. C’est grâce à la contribution et la volonté de tous que cette visite exceptionnelle pour notre pays a pu se faire sans le moindre souci. De ce fait, nous tenons à vous remercier tous autant que vous êtes pour ce que vous avez fait. Notre pays a été à la hauteur. Et le Saint-Père a tenu à exprimer sa joie et sa gratitude envers tout Madagascar, même s’il n’a passé qu’un court moment avec nous. Que la paix soit avec vous  »,  a exprimé le Cardinal Monseigneur Désiré Tsarahazana, durant son discours de remerciement.
200 millions d’ariary de collecte
Dans le cadre de la préparation de la visite du Pape, une opération de collecte de dons à travers Orange Money à destination de tous a été organisée par le comité préparatoire avec l'aval de la conférence épiscopale.  Des transactions ont été faites  à Madagascar, mais aussi depuis l’étranger.   A ce jour, le dispositif de collecte des dons via Orange Money a permis de récolter 200 millions d’ariary  en à peine 3 semaines auprès de près de 11.000 donateurs. Le directeur général d’Orange Madagascar, Michel Degland, a effectué hier une remise symbolique d’un chèque de 200.000.000 ariary, au comité d'organisation de la visite du Pape. La remise est symbolique, car les sommes collectées par Orange Money ont quotidiennement et automatiquement été transférées auprès du compte bancaire de la conférence épiscopale.

Fil infos

  • Communales à Tana - « Iarivo Mandroso » vote pour Naina Andriantsitohaina
  • De la Région d’Itasy à la DIANA - Un week – end marathon pour le Président
  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès

Editorial

  • Quid de la Haute Cour de Justice !
    Cinq ans après ou presque de la date butoir de son entrée en fonction, la Haute Cour de Justice (HCJ) n’est pas encore opérationnelle. Un retard flagrant et voulu par un régime, en particulier son chef, qui n’avait pas du tout l’intérêt à son opérationnalité. La Constitution, votée le 17 novembre 2010 et proclamée le 11 décembre de la même année mettant en place la 4ème République, prévoit dans le titre IV l’existence et le fonctionnement de la HCJ. La première Constitution malagasy donnant naissance à la Première République datait de 1959 qui prendra fin à l’élection d’une nouvelle Constitution en 1975, date du début de la Deuxième République qui sera, elle aussi, balayée par la naissance de la Troisième République en raison d’une nouvelle Constitution votée en 1992. Elle s’achèvera en 2010. Le Président de la République Rajaonarimampianina Hery faillit, en 2015, abandonner le siège doré d’Iavoloha en raison…

A bout portant

AutoDiff