Publié dans Société

Vaccination des enfants - Mialy Rajoelina rassure les parents

Publié le vendredi, 29 novembre 2019

La réticence des parents à la vaccination pose problème. Seulement 33 % des enfants malagasy, soit un enfant sur trois, âgé moins de 24 mois, a été vacciné avant son premier anniversaire en 2018. La peur voire la méfiance face aux rumeurs constitue le premier facteur de blocage. La société véhicule, par exemple, sans être certain de sa certitude, l’essai d’une expérimentation médicale à travers le vaccin. Or, il s’agit d’un propos erroné. La Première dame, Mialy Rajoelina qui n’est autre que la marraine de la Santé de la mère et de l’enfant et  aussi présidente  de l’association Fitia, l’a confirmé hier au Centre hospitalier universitaire mère-enfant, situé à Ambohimiandra. Dans son discours, elle a évoqué  le recours au changement de comportement pour pouvoir sauver des vies. « La  vaccination consiste à immuniser une personne contre une maladie infectieuse. Déjà, elle aide à sauver de nombreuses vies, mais elle  assure également un avenir meilleur aux enfants, notamment un développement intellectuel et physique. Etant donné qu’un enfant représente une richesse, les parents doivent s’en assurer. Je suis une mère de famille. La vaccination a assuré l’une des importantes étapes du développement de mes trois enfants. Aujourd’hui, je peux vous affirmer que celle-ci a amplement contribué à leur bien-être », a-t-elle confié. Et d’ajouter qu’à Madagascar, les vaccins sont administrés gratuitement et  cela afin d’obtenir une immunité aux enfants, sans contracter la maladie. « Aujourd’hui, j’encourage les parents, les mères de familles à emmener leurs enfants auprès des établissements sanitaires pour se faire vacciner et de finir toutes les étapes de cette pratique. Mais aussi, je vous invite tous à ouvrir la porte à ces agents de santé communautaires, envoyés spécialement pour vacciner vos enfants », poursuit-elle.

 Un centre de vaccination auprès des hôpitaux
 Le Centre hospitalier universitaire mère-enfants d’Ambohimiandra, désormais réhabilité, reçoit les parents et mères de familles voulant faire vacciner leurs enfants. Hier, dans le cadre de la collaboration entre l’Association Fitia et l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la Première dame y a inauguré le premier point de vaccination. « J’ai rencontré les responsables  de cette institution spécialisée de l’Organisation des Nations unies œuvrant pour la santé publique afin de discuter de cette réticence au niveau de la vaccination. Pour qu’elle soit d’une importance capitale, avec l’OMS, des centres de vaccination vont être installés auprès des établissements sanitaires dans tout Madagascar. (…) J’invite les mères de famille à prioriser la santé de leurs enfants. Il s’agit d’une prise de responsabilité pour le développement de la Nation. Il est à noter que  la campagne de vaccination a débuté hier. Il s’agit d’une belle action pour sensibiliser et mobiliser la population », avance la Première dame. Une telle initiative réalisée par toute une équipe ayant œuvré particulièrement à la réhabilitation de cette infrastructure dédiée à la vaccination, a pour objectif de revitaliser la vaccination de routine. Et celle-ci a été saluée par le Professeur Julio Rakotonirina, ministre de la Santé publique. Les vaccins disponibles sont le BCG, administré contre la tuberculose, le VPI contre la poliomyélite, le DTC-Hep-Hib contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l’hépatite, la méningite, le PCV-10 contre la pneumonie, le Rota contre la diarrhée et le VAR contre la rougeole.
K.R.

Fil infos

  • Education nationale - Des parents roulent pour un arrêt total des cours
  • Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice
  • Rivo Rakotovao et consorts - A bout de souffle
  • Réhabilitation du Rovan’Antananarivo - Modernisation et non dénaturation du patrimoine
  • Epidémie du Covid-19 - Les Evêques appellent à une utilisation rationnelle des réseaux sociaux
  • Iles éparses - Une médiation africaine réclamée par les députés
  • Lutte contre le Coronavirus - Le Covid-Organics intègre le « Solidarity Trial » de l’OMS
  • Propagation du Covid-19 en Alaotra-Mangoro - Le Premier ministre exige plus de rigueur
  • Lutte contre le coronavirus - Buvez Covid-Organics !
  • Crise sanitaire - Pause sur les dépenses utiles mais non prioritaires

La Une

Editorial

  • Insulte diplomatique !
    De l’orage en l’air ! Les relations entre Madagasikara et la France traversent une zone de turbulence … diplomatique. Au regard des faits, on n’est plus au stade « d’incident » mais plutôt « d’insulte » diplomatique avec en toile de fond dominant le vieux contentieux relatif aux Iles Eparses. La pomme de discorde dans les relations franco-malagasy.Le processus de décolonisation de Madagasikara n’a pas abouti comme il se devait. La France, l’ancienne puissance coloniale maintient, mordicus, dans le giron de la République les cinq petites iles situées autour de la Grande île. Déterminée contre tout, elle ne lâche jamais Juan de Nova, Europa, Bassas da India, l’ile Tromlin et les Glorieuses.A l’époque coloniale, les Iles Eparses au même titre que les myriades de micro-iles (Nosy Be, Sainte-Marie, etc.) se trouvaient dans l’ensemble « Madagascar et Dépendances ». Une juste disposition territoriale qui relève de la réalité géographique et d’une légitimité naturelle et historique.A l’accession du pays…

A bout portant

AutoDiff