Publié dans Société

Suivi du « Tagnamaro » au III G Hangar - Un dépôt sauvage d’ordures transformé en espace vert

Publié le dimanche, 01 décembre 2019

Pari tenu pour le ministère de la Communication et de la Culture (MCC). La tenue de la 8ème édition du « Tagnamaro » dans le Fokontany d’Antohomadinika III G Hangar, le 19 octobre dernier, a porté ses fruits. Cette édition a, rappelons-le, été assurée par des bénévoles mobilisés en masse, composés non seulement des employés du MCC et de ses branches mais aussi des riverains, membres d’associations et d’autres entités. La première partie des travaux entrepris se focalisait sur l’assainissement et la collecte d’ordures entassées sur place. En fait, un dépôt sauvage a été formé dans ce quartier ces dernières années, accueillant les ordures des 4 Fokontany environnants. Cette situation a impacté sur la vie quotidienne des riverains, avec la hausse des maladies liées à la pollution et l’insalubrité notamment durant la saison des pluies. Raison pour laquelle le président dudit Fokontany a fait appel au numéro Un du MCC pour la tenue d’un « Tagnamaro » sur place.

Quelques semaines après la tenue de cette journée de mobilisation citoyenne au III G Hangar, le dépôt sauvage d’ordures se transforme progressivement en espace vert. Samedi dernier, les riverains, des représentants du Fokontany, des associations et sociétés environnantes ainsi que le MCC ont participé à la réalisation de ce projet, en commençant par y planter des fleurs. Les travaux vont encore s’enchaîner tout au long de ce mois de décembre afin que l’espace vert construit suive les normes d’urbanisation. Cependant, les riverains font appel à la responsabilité de tout un chacun pour garder la propreté et préserver la nouvelle image de ce Fokontany. Des suivis devraient se faire afin d’identifier les camions et charrettes qui continuent à y déposer des ordures et déchets industriels durant les nuits. Selon les informations recueillies, ces véhicules provenaient d’autres quartiers comme Tsaralalàna, 67 Ha, Ambohimanarina ou encore Ankazomanga. Puisque l’ancien dépôt sauvage d’ordures a été assaini grâce au « Tagnamaro », certains gens jettent des déchets en pleine rue, où un nouveau dépôt d’ordures de ce genre risque de se former. Des opérations sont lancées afin de stopper cette pratique nuisant à la fois à l’assainissement, au bien-être des riverains et aux efforts déployés durant et après le « Tagnamaro ». Affaire à suivre !
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Education nationale - Des parents roulent pour un arrêt total des cours
  • Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice
  • Rivo Rakotovao et consorts - A bout de souffle
  • Réhabilitation du Rovan’Antananarivo - Modernisation et non dénaturation du patrimoine
  • Epidémie du Covid-19 - Les Evêques appellent à une utilisation rationnelle des réseaux sociaux
  • Iles éparses - Une médiation africaine réclamée par les députés
  • Lutte contre le Coronavirus - Le Covid-Organics intègre le « Solidarity Trial » de l’OMS
  • Propagation du Covid-19 en Alaotra-Mangoro - Le Premier ministre exige plus de rigueur
  • Lutte contre le coronavirus - Buvez Covid-Organics !
  • Crise sanitaire - Pause sur les dépenses utiles mais non prioritaires

La Une

Editorial

  • Insulte diplomatique !
    De l’orage en l’air ! Les relations entre Madagasikara et la France traversent une zone de turbulence … diplomatique. Au regard des faits, on n’est plus au stade « d’incident » mais plutôt « d’insulte » diplomatique avec en toile de fond dominant le vieux contentieux relatif aux Iles Eparses. La pomme de discorde dans les relations franco-malagasy.Le processus de décolonisation de Madagasikara n’a pas abouti comme il se devait. La France, l’ancienne puissance coloniale maintient, mordicus, dans le giron de la République les cinq petites iles situées autour de la Grande île. Déterminée contre tout, elle ne lâche jamais Juan de Nova, Europa, Bassas da India, l’ile Tromlin et les Glorieuses.A l’époque coloniale, les Iles Eparses au même titre que les myriades de micro-iles (Nosy Be, Sainte-Marie, etc.) se trouvaient dans l’ensemble « Madagascar et Dépendances ». Une juste disposition territoriale qui relève de la réalité géographique et d’une légitimité naturelle et historique.A l’accession du pays…

A bout portant

AutoDiff