Publié dans Société

Examens officiels - Des plaintes sur les agissements des écoles privées

Publié le vendredi, 17 janvier 2020

Chaque élève ayant rempli les critères requis pourra passer l’examen officiel du CEPE, BEPC ou Baccalauréat. Pourtant, des écoles privées à Antananarivo et dans les autres régions bafouent ce droit, si l’on tient compte des plaintes reçues auprès du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et professionnel (MENETP) ainsi que par l’Office national de l’Enseignement privé (ONEP). « Certains établissements imposent d’autres critères à leurs élèves inscrits aux examens officiels. Ceux qui obtiennent une moyenne inférieure à 10/20 sont écartés à toute participation. Il en est de même pour ceux dont les parents n’ont pas pu régler à temps les frais de scolarité. Nous avons reçu de nombreuses plaintes émanant des parents quant à ces agissements, lesquels restent illégaux et bafouant les législations en vigueur », informe Andriamiakatsilavo Raoniherijaona, directeur de l’Education fondamentale (DEF) au sein du MENETP. Puisque passer les examens officiels est un droit des élèves, ce responsable interpelle les responsables d’établissement à le respecter. Ces derniers le négligent pour garder leur réputation, notamment avec les meilleurs taux de réussite.

Convocation et descente sur place

Pour sa part, le directeur de l’ONEP en la personne de Marcellin Tsarasidy a précisé que pour Antananarivo, 9 plaintes y afférentes ont été reçues à quelques semaines de la fin de la précédente année scolaire. « Notre rôle étant d’obliger les établissements à inscrire leurs élèves aux examens officiels ainsi que de délivrer les convocations y afférentes. Pour ce faire, nous convoquons les responsables d’écoles, suite aux plaintes des parents. Dans les cas les plus compliqués, nous sommes contraints de faire une descente sur place, pour constater de visu les faits et d’arranger les choses. Dans tous les cas, cette situation nécessite une stratégie pour considérer à la fois les intérêts des élèves, des parents et des responsables d’établissement », souligne ce responsable. Concernant l’examen du baccalauréat, l’ONEP négocie avec l’Office du Bac pour le cas des candidats inscrits dans les établissements sans autorisation d’ouverture. « Les négociations sont uniquement valables pour les établissements ayant des dossiers en cours au sein de l’Office. Une quinzaine d’établissements en étaient concernés en 2018-2019, non seulement à Antananarivo mais aussi à Mahajanga et Antsiranana. Pour ces derniers, la situation a pu être réglée via des appels téléphoniques et des échanges d’E-mails », ajoute le responsable.
Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Coronavirus - Les numéros verts à utiliser à bon escient
  • Mesures de confinement - L’Etat durcit le ton !
  • Pandémie de Covid-19 - Des actes citoyens suspendus
  • Crédit bancaire - Un moratoire établi pour le remboursement
  • Le Président Rajoelina rassure les populations des Régions
  • Coronavirus - Ihanta Randriamandrato souhaite plus de victimes
  • Secteur privé - Les entreprises optent pour le congé obligatoire
  • Coronavirus - Une prime de risque pour le personnel de santé
  • Mesures de restriction face au coronavirus - « Priorité à l’intérêt général », selon la CNIDH
  • Réquisition des Stations radio et TV - Dernier avertissement de Lalatiana Andriatongarivo

La Une

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff