Publié dans Société

Marchands ambulants - Retour provisoire dans le centre-ville

Publié le mercredi, 12 février 2020

Il y a des endroits où les marchands ambulants sont interdits d’accès, mais seule une partie des lieux leur est réservée, a avancé récemment le maire de la Capitale, Naina Andriantsitohaina. Suite à cette déclaration, de nouvelles organisations ont été mises en place depuis le début de cette semaine au niveau du centre-ville. D’ailleurs, la plupart des commerçants se sentent lésés à cause de leur expulsion de l’endroit habituel. D’après Rafidimanana Désiré, responsable au sein de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA), ce retour sur les trottoirs est provisoire, plus précisément jusqu’à la construction de nouvelles infrastructures.

« Nous sommes des Malagasy, et on ne peut pas être imperméable à la souffrance des autres », avance-t-il. Les commerçants ambulants peuvent exercer sur les trottoirs à condition qu’ils laissent le champ libre aux piétons et ne gênent pas la circulation. Au moins, ils doivent libérer deux tiers du trottoir et rétrécir leurs étalages. Une décision qui, malgré les critiques des observateurs sournois, a satisfait plus d’un. « Cette décision nous convient. Contrairement aux moments précédents, les agents de police ne ramassent plus ou détruisent nos marchandises. Le moment venu, nous sommes prêts à abandonner les lieux. C’est d’ailleurs le contrat entre les deux parties », avance Haingonirina Georgette, commerçante à Anosy.

Néanmoins, il y a des endroits qui sont absolument interdits aux commerçants ambulants comme le devant du Senat à Anosy et aux alentours du Tribunal. Ceux exerçant à Anosy et Mahamasina seront rassemblés ailleurs dans un autre lieu. Actuellement, la CUA procède au recensement des marchands ambulants afin de trouver une solution durable à leur situation. « On ne pourrait pas trouver une solution si l’on ne dispose pas d’une statistique », ajoute le responsable au sein de la CUA.

Anatra R.

Fil infos

  • Centres de traitement du Covid-19 - Le Mining Business Center, le Palais des sports et le LTPA réquisitionnés
  • Nouveaux centres de traitement Covid-19 - « Il n'y a rien à craindre », selon le ministère de l'Intérieur
  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina
  • Gouvernement Ntsay - Aucun remaniement à l’ordre du jour !

La Une

Editorial

  • CVO, qu'on se le dise !
    Des voix s'élèvent en Côte d'Ivoire, pays de l'Afrique occidentale, région subsaharienne, pour dénoncer l'efficacité du Covid-Organics (CVO) tout en balançant des propos injurieux, frisant la calomnie, à l'endroit du Chef de l'Etat malagasy Rajoelina Andry Nirina.  

A bout portant

AutoDiff