Publié dans Société

Braquage à Toamasina - Un échange de tirs, des victimes et des arrestations

Publié le mercredi, 12 février 2020

Cinq présumés assaillants capturés vivants, un autre blessé par balle à son pied, même sort pour un civil ! Tel a été le bilan d’un hold-up  qui s’est produit sur l’Avenue longeant le bureau de TELMA à Toamasina, vers midi hier. Cependant, la Police n’a pas précisé la nature, ni la fonction de la cible. Les éléments du commissariat, joints par ceux du commissariat du premier Arrondissement de la ville portuaire de l’Est, sont intervenus assez rapidement sitôt qu’ils ont reçu l’alerte.

 

Lorsque les équipes de la Police sont arrivés, à l’endroit où les braqueurs étaient en train de commettre leur méfait, ces derniers ont immédiatement accueilli les premières par des tirs d’armes à feu.  Rapidement, ce fut l’escalade d’où l’on a assisté à un échange de tirs entre les deux camps. Mais c’était la Police qui a pris le dessus lors de cet affrontement, très violent mais bref, selon une source policière.

Les Forces de sécurité ont alors fini par neutraliser le gang en mettant cinq de ses membres dans les mailles de leur filet. C’était également dans ces circonstances qu’un assaillant a reçu un projectile au niveau de son bras. Mais ce n’est pas tout. Les malfaiteurs auraient tenté de prendre la fuite en réquisitionnant une voiture particulière. Mais comme le conducteur a refusé de les transporter, ils l’ont brutalisé. Actuellement, la victime se trouve encore dans un état critique lié à son agression.

Outre le coup de filet de la Police, son intervention a également permis de récupérer le butin des mains des agresseurs, soit au total la somme de 20 millions d’ariary mais aussi des bijoux volés constitués de collier et de chevalière en or. La poursuite de l’enquête, sur cette affaire, a permis de savoir que l’un des agresseurs supposés est un prisonnier qui venait de purger une peine à la prison d’Ihosy.

Après un semblant de calme, le braquage semble refaire surface à Toamasina. Avant l’épisode mouvementé d’hier, le dernier en date remonte en décembre 2019. A l’époque, deux individus armés ont pris pour cible la cliente d’une banque. Cette attaque sanglante s’est produite en plein jour, exactement comme celle qui s’est passée, hier. Car à peine la victime a quitté la banque, les assaillants sesont rués sur celle-ci.

Franck R.

Fil infos

  • Tentative de déstabilisation du régime - Des politiciens profitent de la crise sanitaire
  • Covid-19 - La tisane CVO débarque au Moyen-Orient
  • Pandémie de coronavirus - Un millier de Malagasy coincés à l’étranger
  • Professeur Henri Rasamoelina - « Laisser un patrimoine à l’abandon enlève son caractère sacré »
  • Barrière sanitaire de Vakinankaratra - Les accompagnateurs du député de Betroka refoulés
  • Rovan’Antananarivo - 300 000 à 500 000 visiteurs attendus par an
  • Restitution des îles malagasy - Appel à la consolidation de la solidarité nationale
  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim

La Une

Editorial

  • Re-voilà le loser !
    Ravalomanana Marc réapparaît. Il se réveille d'un coma après un « traumatisme crânien », suite aux terribles chocs à répétition dus à une série d'échecs depuis 2007. L'ancien Chef de l'Etat ne s'en remet pas. Etant un « oiseau » de mauvais augure, sa réapparition ne présage rien de bon ni d'utile pour le pays. Comme l'ours qui revient tout juste d'un long sommeil ou d'une longue hibernation, Ravalo n'est pas encore en pleine possession de ses capacités physiques et  intellectuelles. Il dit n'importe quoi sinon des bêtises. Plutôt, il peste des délires jusqu'à proférer des menaces à peine voilées. Au moins trois sujets brûlants embrasent l'atmosphère nationale.  

A bout portant

AutoDiff