Publié dans Sport

Coupe d’Afrique des Nations - « Alefa Barea », faites – nous encore rêver !

Publié le vendredi, 05 juillet 2019

Encore une victoire. C’est le cri de cœur que les millions de malagasy éparpillés dans le monde entier lancent à leur sélection nationale à la veille du match, ô combien capital, du second tour de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019.  C’est effectivement demain à 19 h, heures de Madagascar, que les Barea disputeront pour la première fois de leur histoire une rencontre à élimination directe dans une phase finale  de la CAN dont c’est également leur première participation. Une belle performance que seules quelques nations, trois au plus, ont pu réaliser dans  cette épreuve phare de la Confédération Africaine de Football (CAF). Et cerise sur le  gâteau, la sélection nationale malagasy est la seconde équipe en 55 ans à ne pas avoir perdu ses trois premières rencontres à la CAN pour une première participation. Et avec la victoire inattendue face au Nigeria (2-0), une archi-favorite, au dernier match de groupe, les Malagasy ont de quoi être fiers de leur Barea. Cependant, bien que la satisfaction ne soit pas en ce bas monde, tout un peuple demande un peu plus à sa sélection. C’est de se qualifier en quarts de finale de la compétition aux dépens de la RD Congo. Rien de plus afin de laver pour de bon l’affront que cette dernière a infligé à l’équipe malagasy lors des éliminatoires de la CAN 2017 où la double confrontation a tourné en faveur des Congolais avec un lourd score  au match retour disputé à Mahajanga,6-1.


Depuis de l’eau a coulé sous le pont, Madagascar présente un nouveau visage qui n’a complétement rien à voir avec celui de 2017. Un changement constaté par tout le monde et épousé également par les membres de la  RD Congo qui craignent eux aussi cette formation malagasy. « Madagascar n’est plus une équipe mais c’est l’équipe de cette CAN. Il ne faut plus considérer ces deux victoires en 2017, c’est une formation qui a évolué et à ne plus sous –estimer », a lancé le coach des Congolais. Une belle fleur jetée aux pieds des Barea mais qui, certainement, ne les endormira pas car demain les Barea ne devront  pas perdre « LE » match qu’il faut gagner. Et à cette rencontre capitale, à part les millions de malagasy qui suivront leurs traces à travers le petit écran, les Barea bénéficieront localement le soutien d’au moins cinq cent supporters acquis entièrement à leur cause et dont la majorité viennent spécialement de Madagascar. A la tête de cette lourde délégation, le Président Andry Rajoelina en  personne. « Ry Tanindrazanay Malala » sera entonné demain à 17 heures locales par tout un  peuple. « Alefa Barea », faites-nous encore rêver !
La Rédaction

Fil infos

  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès
  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina
  • Accident mortel de la circulation - Le MD automatique, une aberration
  • Corruption et détournements - Un ministre de la Transition et deux ministres HVM devant la Haute Cour de Justice
  • Naina Andriantsitohaina - « Il est temps de penser à la population »
  • Problème d’électricité et de distribution d’eau - Ras-le-bol de la population
  • Andry Rajoelina à Morondava - Réouverture imminente de la SUCOMA

La Une

Editorial

  • Corporatisme et impunité
    Lors de la « Concertation nationale des grands responsables de la Police nationale tenue à Ivato (CCI) le 20 août 2019, le Premier ministre Ntsay Christian sort de ses gonds. D’habitude conciliant dans ses interventions publiques, le Chef du Gouvernement n’a pas pu retenir la colère face à la défense exclusive et parfois aveugle des intérêts professionnels constatée au sein de la Police nationale. Ntsay a tapé sur la table ! Il dénonce le comportement corporatiste qui frise l’impunité dans les rangs des Forces de l’ordre.Néanmoins, le scélérat geste le moins que l’on puisse dire de la Police nationale n’est seulement le fait de cette unité des Forces de l’Ordre, le regrettable comportement s’enregistre malheureusement aussi chez d’autres Corps de métier et qui s’apparente à une tendance généralisée à asseoir l’impunité en tant que système. De l’immunité parlementaire. Les largesses que la Loi fondamentale donne jouissance à un parlementaire préoccupent le citoyen…

A bout portant

AutoDiff