Publié dans Sport

Cyclisme-TCIM 2019 - Le Tour perd de la vitesse

Publié le mardi, 10 décembre 2019

Le premier coup de pédale du Tour cycliste international de Madagascar a été donné à Mahajanga le 8 décembre dernier. Après avoir avalé le plus gros morceau, Mahajanga- Ambondromamy (155) de cette édition lundi dernier, les cyclistes ont attaqué la plus petite distance reliant Ambondromamy - Maevatanàna hier. Ce jour, ils entameront la cinquième étape qui pourrait déjà être décisive. Les coureurs auront 140 km dans les jambes pour la montée du Tampoketsa reliant Andrimba- Ankazobe. A l’issue de l’étape de mardi, le premier Malagasy figure en quatrième position du classement général. Jusqu’ici, les Belges sont irréprochables. Et les Malagasy font de leur mieux pour défendre le fanion national. Rappelons que 9 équipes ont pris le départ à Mahajanga avec 95 coureurs.

 

Côté organisation, le Tour perd de la vitesse. Non seulement les étapes ont été raccourcies de huit au lieu de 10, pendant deux semaines. Par ailleurs, la course rejoindra la Capitale pour le tour du Lac Anosy le 15 décembre prochain. Laurent Bezault, l’expert de l’Union cycliste internationale ne fait plus partie de l’équipe technique après avoir occupé le poste de directeur de course, après trois éditions. Le burkinabè, Joachin Nikiema, ne fait également plus partie de l’organisation. C’est le président de la Fédération malagasy de cyclisme, Jean Claude Relaha, qui est le directeur de course cette fois-ci sous la désignation du promoteur Francis Ducreux. Lui n’est autre que le président du Club VCA (Vélo Club Analamanga) organisateur du Tour. A savoir qu’une Fédération n’est autorisée par l’UCI à organiser un tour. Effectivement, le micmac n’est à présenter à personne. Certains sponsors ont déjà quitté le navire pour cette édition, tout comme les autres qui ont déjà jeté l’éponge lors des éditions précédentes. La Banque of Africa (BOA) est le seul moteur qui maintient encore ce Tour en vie. Et ce qui reste des sponsors n’ont pas caché que cette édition est la dernière pour eux.  

Elias Fanomezantsoa

Fil infos

  • Adoption de la loi sur la communication - « C’est l’aboutissement d’un long combat », dixit Lalatiana Rakotondrazafy A.
  • Remède injectable contre le Covid-19 - Coup d’envoi des essais cliniques à Andohatapenaka
  • Pharmalagasy - Une capacité de 15 000 unités de gélules CVO+ par minute
  • Loi de Finances rectificative 2020 - Le Sénat veut récupérer « ses » 7 milliards Ar
  • Président Andry Rajoelina - « Je suis toujours là avec les Malagasy »
  • Un millier de Malagasy bloqués à l'étranger - L'Etat attend l'opportunité pour les rapatrier
  • Réouverture des frontières européennes - Les ressortissants malagasy écartés !
  • Restitution des îles Malagasy - Vers le renforcement de la revendication
  • Combat  pour les îles malagasy - Les pays de la SADC derrière Madagascar
  • Cas asymptomatiques du Covid-19 - Le traitement à domicile désormais autorisé

La Une

Editorial

  • Un grand pas !
    Neil Amstrong, sur la lune, s’exclamait dans un enthousiasme vivant et plein d’émotions quand il a pu réaliser son premier pas « Un petit pas sur la lune mais un grand pas pour l’humanité ! » La SADC (Communauté de développement de l’Afrique australe) prend fait et acte la requête de Madagasikara pour la restitution des îles Malagasy (Eparses) au sein du territoire de la République Malagasy. Notons que Madagasikara fait partie de fait et de droit de l’Organisation sous-régionale pour le compte de l’Afrique australe. Une organisation que l’ONU et l’UA dictent dans le processus de développement et du règlement des conflits  dans cette région. Conformément au principe de subsidiarité, cher aux instances supérieures onusiennes et africaines, l’ONU et l’Union africaine ne peuvent pas traiter directement les problèmes ou autres des pays africains sans passer par la structure de la sous-région et vice-versa aucun pays ne doit pas s’adresser directement à l’ONU…

A bout portant

AutoDiff