Economie

Utilisation de grands moyens. Le rêve d’une filière « bambou » solide dans la Grande Ile sera concrétisé ce samedi 10 septembre prochain, à l’Hôtel de ville, Analakely. Un groupe de travail pour la promotion de la filière bambou (Gtb) sera officiellement mis en place à Madagascar. Celui-ci réalisera des activités sur terrain, qui sont encore très peu pratiquées malgré la mise en place de plusieurs projets depuis quelques années.
Les politiques relevant de la Facilité élargie de crédit (Fec) octroyée par le Fonds monétaire international (Fmi) à Madagascar incluent l’amélioration de la gouvernance économique. L’amélioration du système de gestion des finances publiques, notamment la passation des marchés, est essentielle pour une bonne gouvernance.
Une formation en comptabilité écosystémique du capital naturel se déroulera à Antananarivo du 21 au 30 septembre prochain. Organisée par l’Université d’Antananarivo, en collaboration avec le Projet Biodiversité de la Commission de l’océan Indien (Coi Biodiversité) et l’Union européenne (Ue), elle contribue au renforcement des capacités des pays insulaires de l’océan Indien.
Le taux de coupe illicite de bois précieux dans la Grande Ile connaît une baisse depuis plusieurs mois, avec un chiffre de 40 %, selon les statistiques reçues de l’Organisation « Wildlife Conservation Society » (Wcs), qui œuvre dans la conservation et la protection de l’environnement. Les pratiques de coupe illicite de bois de rose, bois d’ébène et palissandre, pratiquées surtout dans les aires protégées et réserves naturelles des Provinces, particulièrement dans la zone Nord-est de Madagascar, ont ainsi observé une diminution.

Services bancaires - Se rapprocher avec les militaires

Publié le mercredi, 07 septembre 2016
Entre 10 000 à 15 000 militaires disposent actuellement de compte et font des prêts bancaires. L’une des conditions d’attrait est la proposition des packs par les banques. Pour la banque Bfv-Société Générale, si auparavant, un pack ne comprenait que quatre produits, ceci peut atteindre dix actuellement. La formule « 10 produits en un » ne peut que ravir les clients.
L’enclavement de certaines zones favorise l’insécurité alimentaire. La hausse de prix des produits de première nécessité est souvent associée aux mauvais états des routes. Dans la Région d’Atsimo-Atsinanana, une nette amélioration de la situation alimentaire par rapport à la même période de l’année dernière est constatée.
Les récoltes de riz dans la Région de Vatovavy-Fitovinany ont permis d’augmenter le niveau des stocks en aliments de base des ménages ainsi que leur quantité vendue sur le marché. La pluviométrie a été favorable à la production. « Dans cette localité, le stock en riz est assez considérable. Grâce aux récentes productions agricoles, les réserves peuvent encore couvrir les besoins alimentaires au niveau des stocks des ménages pour une période d’environ deux mois et demi en moyenne. Avec la production issue de la campagne agricole de grande saison, la plupart des ménages au niveau de la Région disposent d’une quantité…

Fil infos

  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent
  • Propagation de fausses nouvelles - Le verdict attendu pour jeudi
  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo

La Une

Editorial

  • Intouchables ou impénétrables !
    La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

A bout portant

AutoDiff