Editorial

Régime sauvage

Publié le dimanche, 09 juillet 2017
En pleine obscurité de la forêt vierge d’Afrique, dans la jungle où la vie sauvage règne dans toute sa splendeur et de tous ses méfaits. Il n’y a qu’une loi qui régit la « communauté », la loi du plus fort, la loi de la jungle. Le lion est le roi. Il a sa loi : « la raison du plus fort est toujours la meilleure  ». Il est l’Etat et sa volonté s’érige en loi d’Etat. Le monde existe selon son bon vouloir, tandis que tout s’opère selon ses désirs ! 

Le mal du pays

Publié le jeudi, 06 juillet 2017
Le pays est malade. On dirait, même, très malade ! Les symptômes et les indices qui ne trompent jamais indiquent que la Grande île se trouve dans un état physique et moral très mal en point. En 57 ans d’indépendance, plutôt, de retour à la souveraineté, elle n’a fait que régresser, voire dégringoler.

Après la mort !

Publié le mardi, 04 juillet 2017
Un terrible attentat, faisant état des dizaines de victimes, frappait le quartier diplomatique, un site hyper sécurisé de Kaboul, la Capitale afghane. Les Talibans démontrent, une fois de plus, par cette énième attaque, qu’en dépit de la présence des forces étrangères et de leurs supposées déroutes, ils n’ont rien perdu de leurs forces de frappe.La population afghane, lasse de vivre dans l’angoisse, manifestait ses profondes inquiétudes et ses mécontentements vis-à-vis des Forces de l’ordre, des principaux responsables politiques dont le Président de la République et son Premier ministre.

Machine arrière

Publié le lundi, 03 juillet 2017
Et le pays recule ! Tel un engin qui ne peut plus avancer ou remonter la pente et se voit condamné à faire machine arrière. C’est la caricature d’un taxi-brousse plein à craquer, sur une pente dangereuse, dont le moteur fait faux bond tandis que le frein lâche et le conducteur, avec tous les passagers à bord, ne sait plus comment faire. Le véhicule fait marche arrière et va finir sa course folle au fond du ravin. Un « atterrissage » dramatique qui coûtera la vie à plusieurs personnes.

Poste vacant

Publié le dimanche, 02 juillet 2017
L’opposition malagasy cherche, désespérément, un chef. Un  introuvable leader ! Un « gisa mainty » probablement  inexistant, du moins, jusqu’à présent ! La Constitution de la Quatrième République  stipule dans son art. 78, alinéa 2 que : « L’opposition a droit à un poste de vice-président et préside au moins l’une des commissions. » Cet article est valable ou applicable pour les deux Chambres du Parlement (Assemblée nationale et Sénat). L’existence officielle de l’opposition est, ainsi, recommandée par la Loi fondamentale.

Peur bleue

Publié le vendredi, 30 juin 2017
« Sentiment de forte inquiétude en présence ou à la pensée d’un danger ou d’une menace… ». Si telle est la définition, selon Larousse, du terme « peur », tandis que la peur bleue est la « peur très vive », selon toujours ce « dico » de référence. 

Fil infos

  • Vision 2030 de Rajaonarimampianina - Un programme à la va-vite…
  • Suspicion de corruption à l’Enmg - Les Magistrats exigent une enquête
  • Visite dans l’Androy - Rivo Rakotovao en plein … délire !
  • Interview Andry Rajoelina - « Je ne suis pas putschiste… »
  • Soutien à Rajaonarimampianina en 2013 - Andry Rajoelina présente ses excuses aux électeurs
  • Ecole nationale de la magistrature - La Cnidh exige une annulation des examens
  • Andry Rajoelina Pas d’excuses pour Rajaonarimampianina
  • Sefafi - Les caméléons politiques au pilori !
  • Epidémie de peste - Le pire est à venir
  • Team Building gouvernemental - Mahafaly Olivier Solonandrasana tacle Rolly Mercia

Editorial

  • Futiles doublons
    Madagascar, un archi-pauvre pays, se permet le luxe d’avoir deux ou trois instances administratives pour s’occuper d’un même secteur d’activité. Parmi les cinq pays les plus pauvres de la planète, la Grande île malmène les maigres possibilités financières entre ses mains. La notion d’austérité échappe totalement à nos pauvres dirigeants. Le peu que l’on dispose doit être géré scrupuleusement et consciencieusement. Trois grands domaines sont principalement touchés par l’ineptie du gaspillage de l’argent public : l’environnement, le tourisme et le transport. Des secteurs d’activités qui nécessitent, chacun pour leur part, une meilleure gestion. Les deux premiers, grands pourvoyeurs de devises, ont besoin d’un ensemble de stratégies bien ficelé. Tandis que le troisième, le transport, exige un traitement particulier. L’environnement, un patrimoine particulièrement riche et endémique qui ne demande qu’être traité de façon méthodique et rationnel, se trouve tiraillé par le ministère de l’Environnement et de la Forêt (Mef), d’une part, et…

A bout portant

AutoDiff