Editorial

Faute lourde

Publié le jeudi, 17 août 2017
Du jamais vu ! Pas d’ambassadeurs, du moins, dans les grandes et traditionnelles chancelleries occidentales. Des postes hautement stratégiques, notamment dans le domaine économique, pour le pays. Un contexte malheureusement inédit que les tenants du régime ne parviennent pas à surpasser ou à contourner.Les postes de chefs de mission diplomatique (Cmd), du rang d’ambassadeurs ministres plénipotentiaires dans nos ambassades, restent vacants. En dépit de multiples tentatives et en trois ans et demi de « règne », les titulaires du pouvoir n’ont pas réussi à nommer leurs représentants de haut niveau à Paris ou à Berlin ou ailleurs, et ce, malgré les différentes interpellations…

Vingt-six ans après !

Publié le mercredi, 16 août 2017
« Où en est-on ? » Une légitime question que se posent les historiens, observateurs et même les simples citoyens du pays ayant vécu l’évènement. Effectivement, vingt-six ans après la tuerie d’Iavoloha, où en sommes-nous exactement ?Bref rappel. Le 10 août 1991, les leaders du mouvement populaire, entre autres le Professeur Zafy Albert, le pasteur Richard Andriamanjato et le Général Rakotoarison dit « Voay Be », organisèrent une grande marche vers Iavoloha pour demander ou exiger du locataire dudit lieu, l’Amiral Didier Ratsiraka de « libérer » le peuple. Ce fut la « grande marche de la liberté » (« Diaben’ny fahafahana »). Une foule géante se dirigeait, à pied, vers le…

Problématique !

Publié le mardi, 15 août 2017
Problématique, la mise sur rail de l'une des entités prévues dans la Constitution, chargées de réinstaurer la réconciliation nationale, crée des vagues. La zizanie s'amplifie autour de la sélection des membres du « Conseil du Fampihavanana Malagasy » (Cfm). Prévu dans le tout dernier article de la Constitution, le Cfm prend du retard. En effet, de l'art. 168 des « Dispositions transitoires et diverses » du titre VII, de la loi fondamentale, il est stipulé de l'institution du Cfm. Mais, pour des raisons obscures échappant au commun des mortels, les tenants du régime ne se pressent pas à s'en exécuter.

Monde fou !

Publié le dimanche, 13 août 2017
Le monde carcéral malagasy affiche complet, voire archi-complet ou archi-comble. Les normes, en termes de capacité numérique de « réception », sont de très loin dépassées. La Grande île dispose de 68 prisons dont la « contenance » normale ne doit pas excéder 10 000 détenus. La réalité est tout autre. On en recense, en ce moment, environ 20 000 « pensionnaires » à travers tout le pays. Un monde fou !

Gabegie

Publié le dimanche, 06 août 2017
Après le départ « volontaire » du ministre des Finances et du Budget, François Gervais Rakotoarimanana, la voie est… libre. Allons-y pour le gaspillage ! Vive la gabegie !Les investissements « hors-circuit », pour ne pas dire « parallèles », désormais pédales libres, vont affluer. La Chine, principal objet de discorde avec l’ancien grand argentier, aurait la marge de manœuvre tant voulue. Et d’autres viendront ! En contrepartie, ils auront les mains libres sur les richesses naturelles du pays. A cinq mois d’entamer la ligne droite, l’année 2018, les « préparatifs » vont bon train. Ce ne sont pas les projets « bidons » qui manquent. A chaque début ou fin des travaux,…

De l'engagement social

Publié le vendredi, 04 août 2017
Le Groupe Sodiat, par l'entremise de l'une de ses grandes unités, la Polyclinique d'Ilafy, venait d'organiser une séance de circoncision en groupe, « didim-poitra faobe », à l'intention des petits garçons du personnel. Une tradition séculaire que les Malagasy pratiquent au même titre que les peuples des civilisations orientales, proches et moyen-orientales. La saison hivernale, vu la fraîcheur, est le moment idéal de la pratiquer.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff