Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Editorial

Juste revalorisation

Publié le mercredi, 01 mai 2019

A Mahamasina, ce dimanche 28 avril, lieu mythique des grands rendez-vous, le Président de la République Rajoelina Andry Nirina annonçait lors de son historique intervention, des mesures hautement importantes, entre autres, la révision à la hausse du salaire du secteur privé. En effet, le salaire minimum des travailleurs, ouvriers et salariés confondus, fixé à 168.000 ariary, sera revu pour atteindre la barre de 200.000 ar. Rajoelina a pris un engagement de batailler auprès du patronat. De toute évidence, la « bataille » sera âpre pour la simple raison que les chefs d'entreprise rejetteront toute option de hausse de rémunération pour des raisons que l'on sait déjà. Du côté du Chef de l'Etat, un dirigeant profondément sensible à la tourmente des concitoyens, il s'agit d'une juste revalorisation. Combien de fois n'avait-il pas répété qu'il regrette de voir les petits travailleurs malagasy touchant un minimum de salaire de 168.000 ar. « C'est trop bas. Il ne permet pas à une famille de vivre »,  rajoutait-il pour enfoncer le clou !

Le moment choisi, à deux jours du 1er mai, n'est pas fortuit. Il coïncide, à deux jours près, au jour de la Fête du travail, moment crucial pour les travailleurs de prendre conscience et de faire état de leurs conditions de travail. A l'origine, ce fut à l'occasion du IVème congrès de l'American Federation of Labor qui se tenait à Chigago en 1884 que fut lancée, pour la première fois dans l'histoire du mouvement ouvrier, l'idée d'organiser une manifestation au 1er mai afin d'aboutir à une journée de huit heures. Il fallait attendre 1886, pour que la journée du 1er mai soit officiellement dédiée à la réflexion et la prise de conscience des conditions de travail des ouvriers ou des travailleurs en général notamment la durée du travail pour une journée, le droit d'expression et aux luttes syndicales. Justement, le point focal de la lutte syndicale consiste à améliorer les conditions salariales des travailleurs, la pierre angulaire de tout mouvement!

A Madagascar, la Fête du travail a été toujours un moyen pour les tenants du pouvoir successifs d'asseoir davantage l'ancrage du régime. Ils s'approprièrent de l'opportunité de la journée du 1er mai pour se livrer à une démonstration de force. Mais souvent les syndicats ne se laissèrent pas faire. Et vient ce régime IEM, le dirigeant principal en personne se trouve en première ligne et devance les leaders syndicaux pour défendre les intérêts des petits salariés! Une grande première à Madagascar ! Les observateurs sont unanimes d'en déduire que la tâche de Zandry Kely prenne brutalement une tournure délicate. Il s'attaque directement à quelques intérêts des grands manitous de l'économie nationale voire mondiale. Quelque part, on craint même à sa vie ! Le souvenir douloureux des évènements tragiques du 11 février 1975 refait surface.

Il est grand temps qu'on se soucie de conditions aléatoires de ces fragiles et vulnérables  petits travailleurs qui durent se contenter depuis toujours des salaires de misère. Ils galèrent mais on les ignore et on les oublie ! Il a fallu qu'un visionnaire et un « révolutionnaire », dans le sens noble du terme, accède au sommet de l'Etat pour que quelque chose bouge de ce côté, pour une juste revalorisation.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Antsampanana - 2 poids lourds prennent feu lors de terribles collisions
  • Révision contrats Jirama – Baisse du prix des carburants - Le Président Andry Rajoelina inflexible
  • Elections législatives - Proclamation des résultats de la CENI demain
  • Elections communales - Le mystificateur Ny Rado Rafalimanana de retour
  • Organisation médicale inter-entreprises de Toliara - Détournement d'un milliard d'ariary !
  • Députés officieux en prison - Un casse-tête…pour les citoyens
  • Président Andry Rajoelina - Première rencontre prometteuse avec Angela Merkel
  • Produits forestiers - Des mesures à prendre sur la RN44
  • Législatives - De nombreux nouveaux venus attendus à Tsimbazaza
  • Barea à la Coupe d'Afrique des Nations - 700 millions d'ariary du Président Andry Rajoelina

La Une

Editorial

  • Un siècle de combat
    L’Organisation internationale du travail (OIT) célèbre en cette année son centenaire d’existence. Créée en 1919, sous l’égide du Traité de Versailles (Paris), point d’orgue final de la Grande Guerre de 1914-1918, l’OIT ou l‘ILO (International Labor Organization), militait contre toute atteinte à la dignité de l’homme dans le cadre du travail décent.  Mise sur pied indépendamment de la naissance de la Société des Nations (SDN) raison pour laquelle elle avait pu surgir des décombres de cette ex-ONU, l’OIT n’a de cesse à réclamer durant ce siècle d’existence la justice sociale dans le monde du travail. Elle interpellait et continue à le faire les employeurs pour qu’au juste ces derniers respectent le minimum acceptable. Le Bureau international du travail (BIT), le secrétariat permanent de l’OIT, travaille d’arrache-pied pour créer un cadre de travail illustrant l’harmonie entre le travail et la dignité de l’homme. Une noble mission que le Bureau persiste et…

A bout portant

AutoDiff