Publié dans Editorial

La peur au ventre

Publié le vendredi, 03 mai 2019

Qui a peur de l'IEM ? Qui tremble face à la fulgurante percée de Zandry Kely ? La peur au ventre, les adversaires de l'émergence de Madagascar multiplient attaques et  frondes. Des tirs croisés qui visent personnellement le numéro un de l'Etat. Principale cible, Rajoelina Andry Nirina se trouve au centre de leur assaut, en plein dans la visière de leur arsenal.    Au Palais des sports à Mahamasina, ce cadre emblématique des décisions historiques, Rajoelina se désolait des comportements, pour le moins, bizarres des « ennemis jurés» de la Nation. Aussi  fallait-il rappeler au passage que ce fut dans ce mythique Palais, des grandes rencontres, que Rajoelina annonçait officiellement et solennellement sa décision de se porter candidat à l'élection présidentielle.  

Une annonce ayant fait l'effet d'une bombe ! Une annonce créant la psychose chez les éventuels adversaires à la course à Iavoloha. Déjà à ce moment précis, les Rajao et les Ravalo et bien d'autres grincèrent les dents et tremblotèrent jusqu'au point où les genoux flanchèrent. Porté gagnant aux élections, au grand dam des autres prétendants, Rajoelina Andry Nirina sans attendre ni tergiverser se préoccupe immédiatement aux réalisations des Velirano auxquels il s'était engagé devant le peuple au cours de la campagne électorale. En homme de paroles, il traduit en actes les promesses tenues  lors des déplacements durant la précampagne et la campagne proprement dite. En réalité, Zandry Kely entend souffler une nouvelle pratique politique à Madagascar. Un vrai homme d'Etat se distingue par le fait qu'il respecte les engagements tenus auprès de la population. De toutes les manières, si les électeurs ont bien voulu accorder leur choix en sa faveur c'est grâce à son programme (l'IEM) auquel il avait fermement promis  de concrétiser (Velirano) en cas de victoire.  Ainsi, de grands chantiers démarrent, entre autres, réfections des infrastructures de base telles que routes stratégiques, exemple celle reliant Ambilobe à Vohémar ou celle de Moramanga à Alaotra, réhabilitations des patrimoines historiques comme le cas du Rova Manjakamiadana. Citons aussi le cas de la distribution au prix modéré sinon au prix cassé des « vary mora ». Tout récemment, la revalorisation à 200.000 ariary du revenu minimum des salariés évoluant dans le secteur privé. Autant d'engagements pris que le nouvel homme fort du pays tient coûte que coûte à concrétiser. Le fait que le Président a réussi à convaincre le patronat, en présence des formations syndicales, témoigne à plus d'un titre, qu'il n'est celui que les adversaires, les faux opposants en mal de propositions concrètes, tentèrent de « salir » en semant à tout vent sur la place publique des diffamations indignes des hommes politiques intègres.
En effet, aux prises à une peur bleue les détracteurs de l'IEM crient à tue-tête que Rajoelina Andry … tournerait en bourrique le peuple. Les « Déclarations du Palais » à Mahamasina ne relèveraient, selon eux, que d'une vulgaire supercherie, fruit de l'imaginaire d'un jeune … rêveur. Des faits irréalisables !
Concrètement, ces faux politiciens, trop habitués à mentir à leur peuple, ne croient un seul instant que le jeune Chef d'Etat serait en mesure de réaliser ces importantes ou vitales déclarations. Et au moment où Rajoelina commença à tenir ses paroles, quels que soient les obstacles à franchir, la peur au ventre les assaillit.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 
  • Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier
  • Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses
  • Calendrier scolaire - Dérapage incontrôlé de la Société civile
  • Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues
  • Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs
  • Représentations extérieures de Madagascar - 18 postes d'ambassadeur, trois représentants permanents, trois consulats généraux  à pourvoir
  • Tagnamaro - Une belle économie pour la caisse publique
  • Politique Générale de l’Etat - Un milliard d’ariary pour chaque région
  • SPAT Toamasina - Le DG victime de dénigrements

La Une

Editorial

  • Ntsay, le maestro !
     Au fil des jours, des semaines et mois, Ntsay Christian se confirme de façon incontestée à son poste. Qui aurait cru que cet ancien haut fonctionnaire du Bureau international du Travail (BIT)  en poste à Antananarivo serait encore là où il est, au palais de la Primature à Mahazoarivo. Nommé le 4 juin 2018 en tant que Premier ministre de « consensus », ce natif du grand Nord, 58 ans révolus, à la surprise générale, maîtrise les arcanes de l’Administration. Normalement, prévu pour ne durer que le temps d’organiser l’élection présidentielle anticipée, Ntsay y reste toujours un an et deux mois après et contre toute attente son aura augmente imperturbablement en envergure. Le mouvement des « 73 députés pour le changement » en avril 2018 porta un coup fatal pour le régime HVM de Rajaonarimampianina Hery. Trop habitués à … taper contre tout mouvement de contestation, Rajao et ses acolytes commirent l’irréparable ce jour…

A bout portant

AutoDiff