Politique

Quelques jours après la série d’incendies qui a frappé la population d’Ambilobe à la fin du mois d’août dernier, l’équipage du navire de guerre indien Trikand, de passage à Antsiranana, n’est pas resté les bras croisés. Ce dernier, au nom du Gouvernement et la population de l’Inde ainsi que la marine indienne, a fait don de vivres tels que du riz, de la confiture, des conserves de fruits, du thé, du lait « Tetra Pak », de l’huile de table, des ustensiles de cuisine ainsi que des médicaments.
 NDLR : L’article incriminé et intitulé « Trafics à l’aéroport d’Ivato », n’est autre que l’interprétation du communiqué de presse publié par la Présidence de la République suite à la descente inopinée du Président Hery Rajaonarimampianina à Ivato, le 1er septembre dernier.
On n’est pas à un « deux poids deux mesures » près, de la part de la Communauté internationale vis-à-vis du cas malgache par rapport à d’autres. Le dernier en date est cette sortie médiatique de Violette Kakyomya et de Hawa Ahmed Youssouf (respectivement représentante résidente du Programme des Nations unies pour le développement et représentante spéciale de la présidente de la Commission de l’Union africaine à Madagascar) au cours de laquelle ces deux diplomates se sont livrées à de sévères réquisitoires contre les politiques locaux qui réclament la tenue d’une élection présidentielle anticipée. Il faut pourtant souligner qu’une telle…
Les neuf suspects dans le meurtre du jeune couple de Français, Magalie et Romain, seront présentés ce jour au Parquet de Toamasina. Ils ont été transférés de l’île de Sainte-Marie samedi dernier, soit quinze jours après la découverte de l’assassinat de ces bénévoles de l’association Cétamada, œuvrant dans la protection des baleines. Après une dizaine de jours d’enquête, dirigée par les gendarmes et les policiers locaux et épaulés par des officiers français de l’île de La Réunion, l’affaire, sauf changement, entre dans sa dernière phase où les zones d’ombre seront levées.
Mises à part les critiques récurrentes sur les promesses non tenues du Chef de l’Etat, décriées aussi bien par la société civile que par les partis politiques, l’accueil du Sommet de la Francophonie par Madagascar suscite également les critiques de l’opinion malagasy. A deux mois de cette grande messe de la famille francophone, beaucoup s’interrogent toujours sur l’opportunité pour la Grande Ile d’accueillir sur son sol une telle rencontre, d’une part parce que le pays vient à peine de sortir d’une crise qui a duré cinq ans.
Cela fera bientôt un mois qu’Alain Ramaroson croupit à la prison d’Antanimora. Déféré puis placé sous mandat de dépôt depuis le 3 août dernier, l’ancien conseiller supérieur de la Transition (Cst) attend toujours son jugement. D’après les informations, le blocage vient du Ministère de la Justice qui tarde à renvoyer le dossier au Parquet.
Page 231 sur 231

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff