Politique

Incroyable mais vrai ! Hormis les juges d’Ambohidahy qui, pour la déclarer conforme à la Constitution, l’ont sûrement déjà décortiqué (du moins en principe !) ainsi que le ministère qui y a mis la dernière touche, au jour d’aujourd’hui, ni les magistrats chargés de l’appliquer, ni les journalistes sur qui il est censé s’appliquer, encore moins les simples citoyens qui sont susceptibles à un moment ou un autre d’y être soumis, nul ne connaît avec précision la teneur exacte du nouveau Code de la communication, puisque c’est de cela dont on veut parler.
La semaine dernière, on avait appris que la société chinoise Jiuxing Mines avait plié bagages après des mois de rapport de force avec les habitants de Soamahamanina. Une décision prise dans un souci de préserver « le calme et la sécurité » dans la Commune, avait déclaré la responsable de communication de la firme asiatique. 
La grève des greffiers n’est pas terminée. Le débrayage a juste été renvoyé sine die par le syndicat pour cause de Sommet du Marché commun de l’Afrique orientale et australe (Comesa). Il devrait reprendre sitôt cette rencontre internationale clôturée.
 L’un des plus grands enjeux dans l’organisation du Sommet du Comesa (Marché commun de l’Afrique orientale et australe) reste la sécurité. Plusieurs gendarmes, policiers et militaires sont mobilisés durant ce sommet.
L’exploitation aurifère de la société chinoise Jiuxing Mines à Soamahamanina continue d’alimenter les actualités. Les leaders religieux au sein de l’Eglise catholique (Ekar) et de l’Eglise réformée de Madagascar (Fjkm), les maires et les députés sont montés au créneau hier. En marge d’un culte œcuménique organisé dans cette localité de Miarinarivo, ils ont fustigé les conséquences néfastes de l’implantation de cette exploitation aurifère autant sur le plan social, humain et environnemental. Dans leur déclaration, ils ont dénoncé notamment la naissance de rivalités entre les chrétiens à cause de cette exploitation. 
Ayant pris son service le 6 octobre 2015, Lalao Ravalomanana aura passé un an, jour pour jour, dans le fauteuil de maire d’Antananarivo. Pour quel bilan ? Pour les observateurs, elle est loin de convaincre sur des sujets qu’elle juge prioritaires tels que la lutte contre l’insalubrité ou encore le désengorgement de la Capitale. Sur sa première année de mandature, Lalao Ravalomanana aura surtout marqué l’opinion par ses confrontations manquées avec le régime. 
Un Autrichien de 73 ans et propriétaire de l’hôtel Adonys à Sainte Marie a été retrouvé mort sur la plage d’Ankarena à Sainte Marie. D’après les premiers constats du médecin légiste, le septuagénaire a été mordu mortellement par un chien. Il s’est référé sur la déchirure d’une grande partie du visage de la victime et les traces de morsure sur son corps. Des blessures qui ont certainement entraîné sa mort.

Fil infos

  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent
  • Propagation de fausses nouvelles - Le verdict attendu pour jeudi
  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo

La Une

Editorial

  • Intouchables ou impénétrables !
    La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

A bout portant

AutoDiff