Publié dans Politique

Toamasina - Trois assassinats en trois jours

Publié le jeudi, 01 août 2019

L’insécurité fait peur à Toamasina. Rien que cette semaine, trois assassinats ont été constatés dans le Grand port de l’Est  dont deux ont eu comme cible des femmes. La nuit du lundi, un gang  a pris pour cible un foyer du « Dépôt 3 ». Les agresseurs ont ligoté le chef de famille. Le fait qu’il y avait très peu d’objets  de valeur chez les victimes, aurait mécontenté les intrus. Ils s’en étaient pris à la maîtresse de maison  qu’ils ont violée  à tour de rôle. La victime a dû être hospitalisée. Mardi dernier, elle a succombé des suites de ses blessures.
Mardi soir,  un homme de 33 ans qui opère  dans un cyber   était retrouvé mort chez lui à Anjoma. C’était un client, qui en se  rendant au cyber, qui a fait le triste constat. Ce dernier  a vu une anomalie comme quoi la porte de son domicile  est étrangement laissé entrouverte. En constatant plus près, l’inconnu a trouvé le corps sans vie du malheureux gisant au sol. Ils l’ont émasculé et son corps portait les traces d’objet tranchant.La nuit du mercredi, c’était une autre mère de famille de payer les frais de la violence des bandits à Tanambao 5. La concernée venait de faire un retrait de somme à la banque.  Sur le seuil de sa porte, des malfaiteurs venus en motos et armés  l’ont interceptée. La victime a tenté de se défendre. Ils ont ouvert le feu, l’atteignant à un  pied. Puis ils s’étaient enfuis avec les 19 millions Ar de la victime. Les assaillants, au nombre de six selon des témoins, ont pris la fuite en  direction de Tanamakoa.


Vers 9h du matin hier, une autre femme qui venait de ramener des enfants à leur école était attendue par des bandits équipés d’armes à feu devant le portail de sa résidence à Morarano. Puis, ils ont fait forcing  pour entrer  chez la victime et ont fait main basse sur une somme de 100 000 ariary que la locataire avait en sa possession.  Jugeant que cette somme leur paraît tellement dérisoire, ils l’ont forcée à aller à la banque  pour retirer des espèces.  Or en cours du chemin, les assaillants se montraient de plus en plus méfiants et ont finalement pris la poudre d’escampette.
F.R/T.H

Fil infos

  • Période de pré-remaniement - Ambiance malsaine dans l’air
  • Saisine de la HCC par le Sénat - Des sénateurs fustigent Rivo Rakotovao
  • Mairie d’Antananarivo - Les dix ennemis de Naina Andriantsitohaina
  • Fonction publique - 23 437 agents de l’Etat dans une situation délicate
  • Rencontres multiples avec le président de la CENI - Démenti du Chef de l’Etat
  • Gestion de la Commune urbaine d'Antananarivo - La Fermeté du maire souhaitée par les Tananariviens
  • Ny Rado Rafalimanana - Le cynique mystificateur est de retour
  • Postes de haut responsable - L’Etat veut créer sa base de données
  • Rivo Rakotovao - L’hypocrisie à son summum !
  • Loi sur les violences basées sur le genre - Feu vert de la Haute Cour constitutionnelle

La Une

Editorial

  • Défi titanesque
    Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina donnera demain 19 janvier le coup d’envoi du reboisement national d’une envergure pharaonique jamais atteinte depuis 1960. Un travail de titan dont l’objectif vise à mettre en terre 19 millions de plants à travers tout le pays. Madagasikara doit, à la fin du premier mandat de l’actuel Président, retrouver son espace national recouvert d’arbres comme ce fut le cas auparavant. Il s’agit d’une priorité vitale pour le pays. Jadis une Ile verte avant d’être surnommée ironiquement  « l’Ile rouge » suite à la disparition inquiétante de la forêt, Madagasikara doit impérieusement retrouver son identité naturelle. Selon « Global Forest Watch », en 2017, Madagasikara est classé 4ème pays en termes de déforestation, et ce, avec 510.000 ha détruits en une année. Dans le même ordre d’idée, un rapport datant de septembre 2019 fait état d’une remarque sans appel selon quoi la déforestation à Madagasikara se trouve parmi les…

A bout portant

AutoDiff