Publié dans Politique

Tribunaux malagasy - 4000 affaires en instance par an

Publié le jeudi, 07 novembre 2019

Quatre mille dossiers seraient en souffrance chaque année au niveau des Tribunaux de Madagascar. Les Tribunaux ne sont toujours pas en mesure d’instruire les dossiers qui s’empilent jour après jour au sein de leurs services. Une situation qui nuit à des dizaines de milliers de prévenus. Le nombre de condamnés et bien de deçà de celui des placés sous mandat de dépôt. Face à cette situation, au cours de la réunion des membres du Conseil supérieur de la magistrature hier au Palais d’Etat d’Ambohitsorohitra, le Président de la République Andry Rajoelina, touchant mot du problème d’engorgement dans les prisons de Madagascar, a insisté sur la nécessité d’accélérer les audiences foraines afin de désengorger les prisons.

« C'est inconcevable de savoir que les condamnés représentent seulement 1/4 de la population carcérale », estime le Président Andry Rajoelina. Du côté de l’Etat, le Président malagasy indique que de nouvelles prisons seront construites, rappelant que les prisons actuelles ont été construites en 1960. Des prisons dont la capacité d’accueil est largement dépassée.  A Antanimora, 270 détenus auraient été recensés dans une même salle. La question des placements sous mandat de dépôt systématique a également été évoquée par le Chef de l’Etat hier.

Outre la question du respect des droits de l’homme, l’amélioration du monde de la Justice a été le deuxième point principal de la rencontre d’hier lors de la seconde rencontre du Président avec les membres du CSM depuis son accession au pouvoir. Le Chef de l'Etat, en tant que président du CSM, a assisté à la rencontre. Une occasion pour lui de rappeler les attentes de la population vis-à-vis du monde de la Justice.  « La lutte contre la corruption et l'amélioration des conditions carcérales. C'est dans ces domaines précis que le changement doit être opéré », a soutenu le Chef de l'Etat.  En effet, face aux nombreuses doléances reçues concernant les imperfections constatées, le Président Andry Rajoelina propose une véritable réforme au sein de la Justice.  « Un changement est nécessaire et doit être appliqué notamment au niveau de la mentalité et dans la façon de travailler », a-t-il martelé.

Comme ce fut le cas au niveau de la Police de l'air et des frontières, le Chef de l'Etat envisage d'effectuer aussi une descente au niveau du Tribunal afin de constater de visu les réalités sur le terrain, mais aussi pour avoir une confirmation à propos des doléances reçues. Le Président Andry Rajoelina a profité de cette rencontre pour interpeller les membres du CSM par rapport à la situation actuelle. « Il faut instaurer une Justice équitable et impartiale afin de regagner la confiance de la population ». Il exige aussi le renforcement de la lutte contre la corruption.

La Rédaction

Fil infos

  • Education nationale - Des parents roulent pour un arrêt total des cours
  • Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice
  • Rivo Rakotovao et consorts - A bout de souffle
  • Réhabilitation du Rovan’Antananarivo - Modernisation et non dénaturation du patrimoine
  • Epidémie du Covid-19 - Les Evêques appellent à une utilisation rationnelle des réseaux sociaux
  • Iles éparses - Une médiation africaine réclamée par les députés
  • Lutte contre le Coronavirus - Le Covid-Organics intègre le « Solidarity Trial » de l’OMS
  • Propagation du Covid-19 en Alaotra-Mangoro - Le Premier ministre exige plus de rigueur
  • Lutte contre le coronavirus - Buvez Covid-Organics !
  • Crise sanitaire - Pause sur les dépenses utiles mais non prioritaires

La Une

Editorial

  • Insulte diplomatique !
    De l’orage en l’air ! Les relations entre Madagasikara et la France traversent une zone de turbulence … diplomatique. Au regard des faits, on n’est plus au stade « d’incident » mais plutôt « d’insulte » diplomatique avec en toile de fond dominant le vieux contentieux relatif aux Iles Eparses. La pomme de discorde dans les relations franco-malagasy.Le processus de décolonisation de Madagasikara n’a pas abouti comme il se devait. La France, l’ancienne puissance coloniale maintient, mordicus, dans le giron de la République les cinq petites iles situées autour de la Grande île. Déterminée contre tout, elle ne lâche jamais Juan de Nova, Europa, Bassas da India, l’ile Tromlin et les Glorieuses.A l’époque coloniale, les Iles Eparses au même titre que les myriades de micro-iles (Nosy Be, Sainte-Marie, etc.) se trouvaient dans l’ensemble « Madagascar et Dépendances ». Une juste disposition territoriale qui relève de la réalité géographique et d’une légitimité naturelle et historique.A l’accession du pays…

A bout portant

AutoDiff