Publié dans Politique

Affaire Carlos Ghosn - Aucune main malagasy dans sa fuite !

Publié le dimanche, 05 janvier 2020

Conclusion hâtive. Des propos malveillants véhiculés sur les réseaux sociaux font l'état de l'implication d'une société malagasy dans la fuite du Franco-libanais Carlos Ghosn, ex-Pdg du groupe Renault- Nissan du Japon où il était détenu des mois pour des présumés malversations financières. A la veille de la fin d'année 2019, celui-ci a déjoué la surveillance des autorités japonaises et s'est enfui du pays du Soleil levant pour rejoindre le Liban via la Turquie. C'est dans ce dernier pays qu'opère effectivement la société MGN Jet, première compagnie de location de jets en Turquie. Carlos Ghosn a pu s'enfuir de son pays de détention à bord de deux jets privés loués par cette société turque à deux prestataires différents, dont la compagnie Qatar Executive qui gère et exploite un des jets de TOA Aviation Madagascar depuis quelques mois.

 

Pour comprendre l'histoire, il est utile de préciser que cette compagnie Qatar Executive avait acquis un jet en 2004, qu'elle avait revendu en juillet 2008 à STE Havacilik, laquelle a loué le jet à la compagnie turque MNG Jet. Racheté par la compagnie malagasy TOA en août 2019, l'aéronef, qui porte toujours les couleurs et signes distinctifs de Qatar

Executive aujourd'hui, et est reste louée par MNG Jet jusqu'à actuellement.  

" L'avion qui aurait servi est opéré par la première compagnie turque d'aviation d'affaire MNG Jet. TOA n'a pas de lien avec les passagers qui louent et utilisent les avions opérés par MNG Jet. Par conséquent, TOA n'a aucun lien avec Carlos Ghosn", précise un responsable de TOA dans un communiqué diffusé largement.

La compagnie MNG Jet qui exploite les deux appareils ayant permis à Carlos Ghosn de se rendre en Turquie puis au Liban, a d'ailleurs annoncé avoir déposé plainte pour une utilisation illégale de ses services d'affrètement de jets en relation avec l'évasion de Carlos Ghosn du Japon.

Suite à l'éclatement de l'affaire, MNG Jet a ouvert une enquête interne. Un employé de l'entreprise, qui a fait l'objet d'une enquête par les autorités, a ainsi avoué qu'il aurait falsifié intentionnellement et sans aviser qui que ce soit les documents de transport. Des paperasses nécessaires en pareille circonstance afin d'identifier les passagers des jets loués. Mais le nom de Carlos Ghosn ne figure nulle part dans les documents du voyage du premier jet loué d'Osaka à Istanbul ni du second aéronef qui a fait la liaison de la Turquie au Liban.

De tout cela, il appert que c'est faux ainsi de dire que des mains malagasy auraient aidé Carlos Ghosn à se soustraire de la justice nipponne.

La Rédaction

Fil infos

  • 29 mars 1947 - Une sobre commémoration au mausolée !
  • Détection rapide du COVID-19 - L’Institut Pasteur va former les biologistes malagasy
  • Lutte contre la propagation du virus - « Toutes donations sont les bienvenues »
  • Coronavirus - Les numéros verts à utiliser à bon escient
  • Mesures de confinement - L’Etat durcit le ton !
  • Pandémie de Covid-19 - Des actes citoyens suspendus
  • Crédit bancaire - Un moratoire établi pour le remboursement
  • Le Président Rajoelina rassure les populations des Régions
  • Coronavirus - Ihanta Randriamandrato souhaite plus de victimes
  • Secteur privé - Les entreprises optent pour le congé obligatoire

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff