Publié dans Culture

Patrimoine culturel immatériel - Le « Kabary malagasy » entre dans l’Histoire

Publié le vendredi, 19 novembre 2021


Un autre grand exploit. La délégation malagasy conduite par le ministère de la Communication participe à la 41ème Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) qui se déroule à Paris (France). Notre délégation est en mission pour inclure le « Kabary malagasy » en tant que site du patrimoine mondial immatériel de ladite organisation onusienne. De ce fait, au terme d’une rencontre entre la ministre Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo et Tim Curtis, secrétaire de la Convention internationale pour la préservation du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, il a été établi qu’un comité d’experts a accepté la demande de l’Etat malagasy. De son côté, le comité en question va examiner les propositions avant sa prise de décision au cours d’une réunion qui aura lieu du 13 au 18 décembre prochain. Et à l’issue de la décision dudit comité, le « Kabary malagasy » sera inscrit comme patrimoine culturel immatériel de l’humanité. « L’inscription du " Kabary malagasy" en tant que patrimoine culturel immatériel de l’humanité est le fruit du travail et des efforts de l’actuel ministère de la Communication et de la Culture, dont nous sommes très fiers. Cette promotion du "Kabary malagasy" signifie que nous, les Malagasy, avons la responsabilité de transmettre et de diffuser cette tradition au monde et surtout aux générations futures », a communiqué la ministre. Pour l’occasion, le secrétaire de la convention, Tim Curtis a déjà félicité la Nation malagasy pour cette démarche et pour la réussite de la demande.

Atout
C’est depuis le 30 mars 2020 que le ministère de la Communication et de la Culture a déposé une demande auprès de l'UNESCO pour inclure le « Kabary malagasy » en tant que patrimoine culturel immatériel de l’être humain ou patrimoine culturel immatériel de l’humanité. En plus des compétences du peuple Zafimaniry, le « Kabary » ajoutera donc une nouvelle fois un patrimoine culturel immatériel à l'humanité au nom de Madagascar. « Le "Kabary" est pratiqué par tous les Malagasy même s’il existe différentes appellations à chaque Région. Sokela est la forme sous laquelle il apparaît à l’ethnie Betsileo, Rasavôlagna pour les Betsimisaraka... Bien sûr, dans chacune des Régions, le " kabary" a sa propre identité et ses propres caractéristiques. Mais en général, tous les "kabary" possèdent en commun les mêmes aspects dans leur pratique, comme on peut entendre dans chaque discours : la politesse, les différentes demandes, des exposés de souhait… que ce soit dans un contexte de bonheur ou de malheur. Cette intégration valorisera donc non seulement le "Kabary" mais surtout la culture malagasy en général. Bref, la reconnaissance de l’UNESCO à cette demande est un grand pas vers la diffusion de notre culture à travers le monde », a expliqué Francis Razafiarison, directeur général de la Culture. De son côté, la ministre de la Communication et de la Culture a également profité de cette rencontre pour annoncer l’intention de la Nation malagasy de déposer une demande pour inscrire le « Hira gasy »  en tant que patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Une autre affaire à suivre !
Sitraka Rakotobe


Fil infos

  • Entrepreneuriat - Le Président Rajoelina partage ses secrets pour réussir
  • Arrestation de Raoul Arizaka Rabekoto  - Les autorités judiciaires se contredisent
  • Manifestation à la Réunion - Des « indignés » aux attitudes indignes !
  • Poursuite d’anciens hauts dirigeants - Les députés devant leurs responsabilités
  • Relations bilatérales Egypte-Madagascar - Les grands projets de Rajoelina séduisent Fattah Al-Sissi
  • 21ème sommet du COMESA - Le Président Rajoelina vante les mérites du numérique
  • Sècheresse à Madagascar - L’eau, un produit de luxe
  • Trafic de drogue - La Gendarmerie intercepte 600 kilos de cocaïne pure
  • Exportation de girofle - Crainte d'immixtion des spéculateurs
  • Covid-19 à Madagascar - Inquiétude et peur suite à la hausse des cas de contamination

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Come back tant redouté !
    La bête noire est là de retour. Comme il fallait s'y attendre, la 3 ème vague de la Covid-19, pas forcément du variant Delta, frappe à nos portes et entre sans avoir été conviée. Elle contamine déjà certaines localités du pays. Tout commençait à Ivato lors du premier débarquement du premier vol en provenance de l'Europe ce 6 novembre. Deux cas importés ont été constatés après les tests et contrôles d'usage parmi les passagers. Ce retour pour la troisième vague de la Covid-19 relance le débat sur la pertinence ou non de la réouverture des frontières. Nous étions tous témoins de la forte la résistance des détenteurs du pouvoir, au sommet de l'Etat, concernant l'éventuelle réouverture de notre ciel au trafic international. On garde encore vive dans les mémoires la virulence de la toile quand Iavoloha accorda une dérogation spéciale d'entrée sur le territoire de trois vols conduisant des passagers…

A bout portant

AutoDiff