Nos archives web



Les hommes de Romuald Félix Rakotondrabe s'offre une fantastique médaille de bronze au championnat d’Afrique des Nations (CHAN). Le héros de la rencontre est Jean Yves. Une victoire acquise à la 90ème minute de jeu. Une troisième place bien méritée après le parcours des Barea qui ont brillé tout au long de la compétition.
C'est historique et un grand bond en avant pour le football malgache ce que les Barea A’ ont montré au championnat d’Afrique des Nations de football réservé aux joueurs locaux. La sélection nationale de football sous la houlette de Romuald Félix Rakotondrabe vient ainsi de remporter sa première médaille continentale.
Complètement stéréotypés, Tsiry et ses camarades ont tout de même joué sans complexe. Malgré la domination malagasy, une certaine fébrilité est constatée dans la finition. La fatigue se dessinait sur le visage des deux équipes. Il a fallu attendre le temps additionnel pour voir la première action dangereuse sur une occasion en or manquée par Tsiry qui envoie la balle au-dessus de la cage du gardien des Mena.
Le Mena national du Niger a souffert mais tient jusqu’au bout.

Un accueil triomphal réservé aux Barea

Les Barea attendus en héros. La sélection nationale malagasy de football devrait arriver au pays dimanche à 13h40.  Un accueil triomphal sera réservé aux représentants de Madagascar au Championnat d’Afrique des Nations. En effet, un carnaval sera organisé depuis l'aéroport pour clamer les  Barea jusqu’à une grande fête au stade Barea Mahamasina. Diverses animations artistiques seront au programme de ce dimanche.
 Un accueil triomphal digne de ce nom. Pour la première fois, l’équipe nationale malagasy a atteint le stade de la demi-finale pour une première participation à une compétition majeure en Afrique. Depuis leur entrée en lice, les Barea n’ont essuyé qu’une défaite en demi-finale de la compétition celle face au Sénégal (1-0).
Elias Fanomezantsoa


Comme promis, ceux qui ont validé leurs dossiers pour être parmi les bénéficiaires des 320 « Trano Mora » d’Imerintsiatosika se sont donné rendez-vous hier au siège du Secrétariat d’Etat en charge des Nouvelles villes et de l’Habitat (SENVH) sis à à Anosy pour entendre leurs noms au cours du tirage. Les noms des premiers gagnants ont été annoncés par le secrétaire d’Etat lui-même.
Le SNVH a fait savoir que seulement 2.631 dossiers ont été acceptés parmi les 3.506 demandes reçues, d’où la nécessité du tirage au sort. Il a aussi promis que ceux qui n’ont pas eu leur chance hier seront encore éligibles et feront partie de ceux qui seront tirés au sort dans d’autres projets à venir. En plus, « tout sera mis en œuvre afin d’élargir le terrain et de construire plus d’appartements sur les lieux ».
A Antananarivo, le prochain projet de « Trano Mora » sera mis en œuvre dans l’Avaradrano, sur l’axe de la nouvelle autoroute du nord. Les conditions et les critères d’éligibilité sont à peu près les mêmes par rapport au projet de logements sociaux à Imerintsiatosika. Le début de dépôt des dossiers sera communiqué ultérieurement.
Concernant ces 320 logements, les personnes qui ont été l’objet d’expropriation à cause du projet « Tanamasoandro » faisaient aussi partie de celles dont les dossiers ont été acceptés. Ainsi, 28 d’entre elles ont décidé de s’inscrire pour que leurs numéros puissent être tirés au sort. Mais comme tout le monde, ils sont soumis aux conditions de la vente-location.
En outre, 40 personnes originaires de la Région d’Itasy faisaient aussi partie de la liste des bénéficiaires. Et pour ceux qui n’étaient pas intéressés, leurs tickets ont été remis pour être tirés au sort au profit des autres. Les personnes qui ont directement bénéficié d’un appartement, comme le cas de la gagnante lors de la célébration du 26 juin au stade Barea, n’étaient pas concernées par le tirage au sort d’hier.
Il est à noter que le prix d’une « Trano Mora » équivaut à un loyer mensuel allant de 175.000 Ar à 200.000 Ar de loyer, à payer sur une durée de 15 à 20 ans.
En plus des terrains avec des appartements, le SNVH lance en parallèle le projet OTOH (« One title, One housing). Celui-ci concerne l’attribution de parcelles. Cependant, la seule condition est que ceux qui en bénéficient doivent au moins construire une maison sur le terrain pour acquérir le titre.
Sur la question de la prise en main des appartements par les gagnants, le SNVH a répondu qu’« actuellement, nous sommes encore dans la phase de finition des travaux. Donner une date précise serait hasardeux. Mais avant la réception officielle de ces nouvelles résidences, une descente sur les lieux sera effectuée ».
Nikki Razaf






















La une du 4 février 2022

Publié le vendredi, 03 février 2023



L’Antoko Hiaraka Isika (AHI) présidé par le Général en retraite Camille Vital recadre l’Opposition en particulier ceux regroupés au sein de la dernière née des nombreuses plateformes de l’Opposition. «  C Lera est libre d’exprimer son opinion. Mais ce que ces membres doivent faire, c’est préparer l’élection et y présenter leurs candidats », a indiqué le Général Camille Vital. Et ce, lors d’une réunion cette semaine au Tsarakafo d’Ambatobe. Le boss de l’AHI a rajouté que ce groupe de politiciens au sein de C Lera « Ne devrait pas seulement se contenter de critiques, mais aussi aller sur le terrain pour apporter des aides comme celles faites par le Président de la République à Marovoay, ou encore descendre dans le Sud pour aider les victimes du kere ». 
« L’heure n’est plus aux troubles. Madagascar ne le mérite plus. La crise n’est pas unique à Madagascar mais mondiale. Vous ne réglerez pas les problèmes de Madagascar. Ce n’est pas parce que vous serez au pouvoir que tous les Malgaches auront des voitures 4x4, ça n’arrivera pas. Ce que je vous demande de faire, c’est de présenter votre candidat. Et on verra si le peuple vote pour lui. », indique l’ambassadeur de Madagascar à Maurice.
Dans sa déclaration, l’AHI a réitéré publiquement qu’il est au sein et soutient le pouvoir actuel. Et que si le Président sortant, Andry Nirina Rajoelina se représente à l’élection présidentielle, l’AHI le soutiendra. A ce propos, les militants et amis de l’Antoko Hiaraka Isika dirigé par son président, le Général à la retraite Camille Vital ont tenu leur première réunion. C’était un moment pour les participants à la rencontre de se féliciter pour la nouvelle année et s’encourager en vue de l’année de travail 2023, une année importante. Outre les membres de l’Antoko Hiaraka Isika, des politiciens et des actuels députés issus de la coalition IRD étaient également présents. La présence du co-président du parti Leader Fanilo, Toto Alphonse, a aussi été remarquée.
S’exprimant sur d’autres sujets d’actualité, notamment un remaniement au sein du Gouvernement, le Général Camille Vital a déclaré que seul le Président de la République peut voir s’il est opportun ou non.  L’ancien Premier ministre explique que le choix de se séparer ou de maintenir en poste un ministre appartient au Chef de l’Etat, a déclaré ce Général à la retraite. Touchant mot de l’Alliance républicaine de Madagascar ou ARMADA, coalition regroupant notamment le TGV, l’Antoko Hiaraka Isika, le parti Maitso ou encore le Malagasy Miara-miainga, un rassemblement de ceux qui soutiennent le Gouvernement, le parti dirigé par Camille Vital a laissé entendre que le MMM n’a pas démissionné d’ARMADA, mais du Gouvernement dans lequel ces membres figuraient et que des tentatives pour convaincre ce parti de revenir dans le giron de l’Alliance existent.

L.A.

De la haute trahison !

Publié le vendredi, 03 février 2023

Ketakandriana Rafitoson remet de fait en cause l’appartenance  des Iles Eparses dans le giron de la République Malagasy. En effet, la directrice pays de l’ONG Transparency International Initiative Madagakasikara (IT-IM) fustige la cause nationale. Elle défend ouvertement la position de la France selon laquelle ces petites îles font partie intégrante du territoire français.
La directrice pays de l’IT – IM, au cours d’une interview accordée au quotidien français « Le Monde », à l’entame de l’année nouvelle 2023, portant sur plusieurs sujets touchant les relations entre les deux pays, Madagasikara et la France, émit un avis pour le moins controversé concernant la revendication des Malagasy en vue de la restitution des îles Eparses au sein du territoire de la République Malagasy. Ketakandriana Rafitoson prend le contre-pied de Madagascar « je m’interroge sur les liens qui nous unit à ces îles. Ce sont des terres inconnues par nous auxquelles nous ne nous identifions pas. La plupart des Malagasy ignorent où elles se trouvent ». Totalement déconnectée des réalités historiques et juridiques de la Grande île par rapport à ces îles se trouvant à l’intérieur des eaux territoriales malagasy, elle ignore ou fait semblant d’ignorer les faits.  Mais quelle effronterie !
Inutile d’aller consulter un historien de renom ni demander l’avis d’un juriste international confirmé   pour en déduire qu’il s’agit nettement de la haute trahison à l’encontre des intérêts incontestablement vitaux de la Nation. Un rejet flagrant des principes fondamentaux de la cause nationale ! En fait, Ketakandriana Rafitoson, à travers son approche conceptuelle, désavoue la cause nationale. Une cause envers laquelle tous les citoyens, dignes de la souveraineté nationale, sont appelés à se joindre, à se donner la main afin d’unir la force car rappelons-le à juste titre que « l’union fait la force ».
Le Syndicat des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants de Madagasikara (SECES), lors de son dernier conseil rejette en bloc le concept de « gestion en commun » des îles Eparses en tandem avec la France. Le Syndicat des Professeurs des universités malagasy met en avant la souveraineté indiscutable de Madagasikara sur ces petites îles. Une cause reconnue à deux reprises par la Communauté internationale via l’Assemblée générale de l’ONU.
Certains observateurs entièrement acquis à la cause nationale se demandent « pourquoi une activiste de la trempe de Ketakandriana Rafitoson, une intellectuelle engagée, s’égare-t-elle dans des positions à polémiques et contradictoires de ce genre ? » C’est de la haute trahison !
A en suivre de près le parcours de Ketakandriana en sa qualité de directrice de l’IT-IM surtout ces derniers temps, on ne s’étonne guère de ce geste inapproprié. Allons de fil en aiguille.
L’International Transparency – Initiative Madagascar, dirigée par Ketakandriana Rafitoson et Rakotomalala Dominjique (PCA) dépose une plainte en simultané et auprès du PAC (Antananarivo) et auprès du Parquet national financier (PNF) de Paris contre le Groupement national des opérateurs de vanille (GNV) pour corruption entre les années 2014 à 2021. Une démarche que les opérateurs de la filière vanille contestent vivement. Ils considèrent l’acte de l’IT-IM comme une atteinte à l’honorabilité et à la crédibilité du Groupement.
En tout état de cause, la démarche adoptée par Ketakandriana au détriment de la cause nationale s’inscrit dans la ligne droite d’une haute trahison.


La scène culturelle est de nouveau en deuil. Un début d’année difficile et triste pour la musique rock malagasy. Après le départ de Nary Guy, l’un des fondateurs du groupe Nary Arthur, ainsi que Tax Bouta du groupe Rapadango il y a trois semaines de cela, ce sont les fans et chanteurs de rock qui sont tombés des nues, mercredi dernier. Le rock perd un autre de son clan. La jeune « lead vocalist » du groupe Nisea, du nom de Narda Henrie Salohinjanahary, vient de déposer définitivement le micro à l’âge de 23 ans.
Elle était jeune, jolie et talentueuse. Narda avait tout pour entamer une belle carrière musicale, mais le destin en a décidé autrement. Aucune information n’a été communiquée concernant les raisons de son décès. La triste nouvelle a été annoncée par ses proches dans la journée du mercredi 1er février. Celle-ci a été ensuite relayée sur les réseaux sociaux par les fans et membres du groupe. En effet, tous ceux qui ont connu cette jeune artiste lui a rendu hommage sur le réseau social Facebook. Les fans se souviennent encore de la dernière apparition scénique du groupe Nisea qui remonte à quelques mois dans le fameux sous-sol du No Comment Bar, sis à Isoraka.
Pour rappel, le groupe Nisea est né en 2010. C’était au mois d’octobre de la même année que ses membres ont mis les pieds au studio pour enregistrer leur premier single. Depuis ce moment, ils n’ont pas cessé de chercher tous les moyens afin de concrétiser leurs projets. Composé de six membres, à savoir Narda, Vonindraza, Finks, Tahina, Haga et Bryan, le groupe Nisea a choisi de jouer du rock symphonique, ce qui le différencie des autres groupes de rock existant à Madagascar. Même si Narda et ses amis n'ont pas connu le même succès que « The Dizzy Brains » ou encore Kristel, ils ont produit quelques très beaux tubes comme « Fatomaty » ou encore « Tafiotra ». Depuis mercredi, une veillée funèbre s’est tenue à son domicile sis à Tsiadana. Par la suite, son corps a été transféré à Andina Ambositra où a eu lieu son inhumation, hier. La Rédaction du journal La Vérité s’associe au deuil de sa famille et au monde de la musique rock à qui nous adressons également nos sincères condoléances.
Sitraka Rakotobe



Des femmes enceintes et allaitantes parmi les bénéficiaires. 100 femmes vulnérables provenant de plusieurs quartiers de la Commune d’Anosiala Ambohidratrimo ont bénéficié de 4 mois de formation professionnelle sur la vannerie. Il s’agit d’une initiative de l’entreprise Arte Nostra, avec le soutien de l’Organisation internationale du travail (OIT) et en partenariat avec le ministère de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle (METFP) et également celui de l’Artisanat et des Métiers. « Nous n’avons imposé aucun critère de sélection. Toutes celles qui voulaient apprendre le métier étaient les bienvenues, y compris les femmes enceintes et celles allaitantes. Après leur formation, nous les avons directement embauchées afin qu’elles aient un revenu décent », avance Tiana Ramarijaona, présidente-directrice générale de ladite entreprise. C’était jeudi dernier à Anosiala, lors de la cérémonie de remise de certificats pour ces artisanes, désormais professionnelles dans le tissage de raphia.
Suzanne Razafinirina fait partie des femmes vulnérables formées qui travaillent actuellement à Ambatomena Anosiala. « Je suis mère de 3 enfants, dont deux déjà scolarisés et le dernier en bas-âge. Je me suis dit qu’il est maintenant temps de travailler pour améliorer mes revenus, au profit de mes enfants. Après les mois de formation, laquelle a commencé depuis le 1er août 2022, je sais maintenant tisser des sacs et chapeaux en raphia. C’est mon premier emploi et je compte rester ici puisque rares sont les entreprises qui acceptent les mères qui viennent au boulot avec leurs enfants », nous confie cette artisane. Pour sa part, Mampionona Heriniaina sait tisser des sacs et paniers en raphia après la formation. « J’ai dû abandonner l’école en classe de 7ème, il y a 2 ans. Depuis, je ne faisais rien de spécial à la maison jusqu’à ce que mes amies m’aient encouragé à participer à cette formation », témoigne la jeune femme âgée de 16 ans.
Les produits artisanaux fabriqués par les femmes formées par Arte Nostra sont destinés à l’exportation. D’ailleurs, l’entreprise exporte ses produits en raphia dans le monde depuis 2009 jusqu’à maintenant. « La formation dispensée à ces femmes répond aux besoins du marché international », reconnait Gabriella Vavitsara Rahantanirina, METFP. « Madagascar impressionne le monde grâce à ses produits artisanaux de qualité, ainsi que par nos artisans et créateurs réputés. Ce genre de formation y contribue largement », ajoute Sophie Ratsiraka, ministre de l’Artisanat. Pour sa part, le Directeur pays de l’OIT reconnait le fait que le renforcement de l’employabilité des femmes dans le domaine de l’artisanat permettrait de faire avancer la justice sociale afin de vaincre les inégalités. « Les femmes artisanes formées sont désormais autonomes, en effectuant un métier leur générant des revenus décents. Elles pourront facilement envoyer leurs enfants à l’école », souligne-t-il. D’ailleurs, Arte Nostra a créé une école primaire, où sont scolarisés les enfants de ses milliers d’employés, composés majoritairement par des femmes vulnérables. Opérationnel depuis la rentrée scolaire en septembre dernier, l’établissement est ouvert tant aux enfants des employés que ceux du voisinage.
Patricia Ramavonirina



Fraîchement nommé gouverneur de la Banque centrale de Madagascar (BFM), Aivo Handriatiana Andrianarivelo considère la maîtrise de l’inflation et la stabilisation de la situation de la monnaie nationale comme étant ses principaux objectifs durant le temps de son mandat à la tête de la BFM. Ayant prêté serment hier à la Cours suprême à Anosy devant les plus hautes autorités étatiques et la haute sphère économique du pays, le gouverneur compte ainsi redorer le blason de l’ariary qui a été, ces temps-ci, plus que malmené. En effet, face aux monnaies de référence que sont le dollar et l’euro, la monnaie nationale a enregistré l’une de ces plus fulgurantes dépréciations durant les derniers mois.
Effectivement, le seuil des 5.000 unités de la monnaie nationale équivalant à 1 euro a été presque atteint au début du mois de janvier pour se stabiliser présentement vers les 4.600 unités. Un phénomène qui n’a de précédent que la situation de l’ariary au début des années 2000, plus précisément en 2004 où l’euro était passé de 1.000 ariary à 3.000 ariary en l’espace de deux mois, et ce malgré la crise de 2002 où l’ariary n’a subi que de faibles impacts causé par les grèves. Bref, cette situation est en grande partie générée par la hausse de la demande interne de l’euro pour assurer les opérations d’importation durant la période de fin d’année, explique un économiste. Mais elle pourrait également résulter du redressement de l’euro face au dollar avec l’atténuation de la crise de l’énergie au niveau international.
Importation
Depuis 2003 et 2004 et jusqu’à aujourd’hui, nous constatons toujours une tendance à la hausse de la demande en importation qui n’a jamais pu être satisfaite par rapport à la capacité d’exportation du pays. En parallèle, notre flux d’Investissement direct étranger (IDE) peine à combler cette situation malgré que l’on soit dans un régime de change flexible avec une forte mobilité des capitaux. Le manque d’incitation pour les IDE, et donc de rentrée des devises, ainsi que notre capacité d’exportation n’arrivent pas à combler l’offre de devises disponible sur le marché interbancaire par rapport à nos besoins en importation. Ce qui pourrait, au final, apporter des risques d’inflation importés en plus de l’inflation interne déjà existante sur le marché local.
En réalité, les importateurs se réfèrent aux valeurs de départ des marchandises et par rapport aux prix en euros ou en dollars. Si la valeur de ces monnaies de référence est en hausse, il est logique que cela impactera inévitablement sur la valeur des marchandises importées et qui seront achetées avec l’équivalent en ariary qui est en déclin. Impact qui sera ainsi répercuté sur le pouvoir d’achat du consommateur final. Face à cela, des solutions structurelles peuvent être avancées, notamment le renforcement et l’amélioration de l’environnement des affaires afin d’inciter encore davantage d’IDE et de flux de capitaux étrangers. Il s’agit d’assoir la viabilité du marché financier pour pouvoir s’armer face aux risques de change. Par exemple, si une entreprise est effectivement cotée en bourse, cette dernière sera ainsi valorisée selon les fluctuations des monnaies de référence et par rapport à la valeur de l’ariary avec sa volatilité.
Hary Rakoto



Faciliter les réponses d'urgence pour sauver plus de vies. Le centre national de gestion des risques et des catastrophes au sein du Bureau national (BNGRC) est désormais opérationnel. Ce centre a pour mission de coordonner les opérations de riposte aux situations d'urgence. D'après le Coordonnateur résident du système des Nations unies à Madagascar, Issa Sanogo, Madagascar subit les conséquences du changement climatique et les catastrophes engendrent de plus en plus de dégâts. "Ce centre permet d'anticiper, répondre et suivre l'évolution de la situation. Outre la réduction des risques et des catastrophes, cela permet de sauver des vies et participer au développement du pays", soutient-il. La Grande île est exposée à de nombreux aléas naturels tels que cyclone, inondation et sècheresse, aux aléas biologiques comme les épidémies et pandémies, aux aléas anthropiques comme les incendies. La pauvreté ainsi que la vulnérabilité ne font qu'aggraver la situation, en plus du changement climatique.
A travers la mise en place de ce centre, il s'agit de donner une impulsion nouvelle au partenariat entre les groupes sectoriels humanitaires et ce en assurant le leadership du BNGRC d'une part et d'autre part, de trouver des mécanismes efficaces pour garantir la synergie des acteurs humanitaires et de renforcer la coordination multisectorielle en matière de gestion de risques et de catastrophes. C'est une initiative du BNGRC, soutenue par les Nations unies à travers le Programme alimentaire mondial (PAM) et le programme des Nations unies pour le développement (PNUD).
Le PAM a contribué, entre autres, à la réhabilitation du centre, aménagé un call center, fourni des matériels informatiques pour la gestion des urgences, drones et accessoires pour l'évaluation des risques, le mapping et la cartographie en urgence. Le PNUD, quant à lui s'est concentré sur les travaux de réhabilitation du Bureau national pour la mise en place de ce centre et étoffer le parc informatique.
L'inauguration du bâtiment, des matériels et équipements sis au siège du BNGRC s'est tenue hier. Le Premier ministre, Ntsay Christian ainsi que le ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation, Tokely Justin, ont honoré de leur présence cette cérémonie.
Anatra R.

LA UNE DU 03 FEVRIER 2023

Publié le jeudi, 02 février 2023

Page 1 sur 1087

Fil infos

  • Élection - L’Antoko Hiaraka Isika recadre l’Opposition
  • Gestion des risques et des catastrophes - Un centre national pour gérer les réponses d'urgence
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés d’Ankaboka et de Marovoay - « Nous allons nous entraider »
  • Jean-Claude de l'Estrac - « Madagascar était l'eldorado de l'océan Indien… »
  •  Velirano présidentiel - Le projet « Téléphérique » va bon train !
  • Economie bleue - Maroc apprend de Madagascar
  • Lutte anti-corruption - « Madagascar a fait un bond de 16 places depuis 2019 »
  • Vakinankaratra - Le voyage en immersion pour relancer le tourisme
  • Îles Eparses  - Le SECES écarte toute idée de cogestion 
  • Mobile money - Les systèmes d’arnaque se diversifient

La Une

Recherche par date

« February 2023 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28          
Pub droite 1

Editorial

  • De la haute trahison !
    Ketakandriana Rafitoson remet de fait en cause l’appartenance des Iles Eparses dans le giron de la République Malagasy. En effet, la directrice pays de l’ONG Transparency International Initiative Madagakasikara (IT-IM) fustige la cause nationale. Elle défend ouvertement la position de la France selon laquelle ces petites îles font partie intégrante du territoire français. La directrice pays de l’IT – IM, au cours d’une interview accordée au quotidien français « Le Monde », à l’entame de l’année nouvelle 2023, portant sur plusieurs sujets touchant les relations entre les deux pays, Madagasikara et la France, émit un avis pour le moins controversé concernant la revendication des Malagasy en vue de la restitution des îles Eparses au sein du territoire de la République Malagasy. Ketakandriana Rafitoson prend le contre-pied de Madagascar « je m’interroge sur les liens qui nous unit à ces îles. Ce sont des terres inconnues par nous auxquelles nous ne…

A bout portant

AutoDiff