Politique

L’Antoko Hiaraka Isika (AHI) présidé par le Général en retraite Camille Vital recadre l’Opposition en particulier ceux regroupés au sein de la dernière née des nombreuses plateformes de l’Opposition. « C Lera est libre d’exprimer son opinion. Mais ce que ces membres doivent faire, c’est préparer l’élection et y présenter leurs candidats », a indiqué le Général Camille Vital. Et ce, lors d’une réunion cette semaine au Tsarakafo d’Ambatobe. Le boss de l’AHI a rajouté que ce groupe de politiciens au sein de C Lera « Ne devrait pas seulement se contenter de critiques, mais aussi aller sur le terrain…
Faciliter les réponses d'urgence pour sauver plus de vies. Le centre national de gestion des risques et des catastrophes au sein du Bureau national (BNGRC) est désormais opérationnel. Ce centre a pour mission de coordonner les opérations de riposte aux situations d'urgence. D'après le Coordonnateur résident du système des Nations unies à Madagascar, Issa Sanogo, Madagascar subit les conséquences du changement climatique et les catastrophes engendrent de plus en plus de dégâts. "Ce centre permet d'anticiper, répondre et suivre l'évolution de la situation. Outre la réduction des risques et des catastrophes, cela permet de sauver des vies et participer au…
Le Président de la République tend la main aux sinistrés. Pour sa première descente post-Cheneso, le Chef de l’Etat s’est rendu dans la Commune d’Ankaboka dans le District de Marovoay dans la Région de Boeny. Cette Commune a été sévèrement touchée par le passage du cyclone. 167 ménages y ont été déplacés et les boutres ont remplacé les moyens de locomotion traditionnels.
"Le miracle mauricien" était ce soir le thème de la conférence de Jean-Claude de l'Estrac, ancien ministre de l'île Maurice, ancien secrétaire général de la Commission de l'océan Indien, invité d'honneur du carrefour des entrepreneurs de l'océan Indien. Selon lui, dans les années 60, Maurice était plus pauvre que Madagascar. Maurice ne produisait que du sucre de canne.... et des enfants. Les Anglais avaient créé des écoles primaires et quelques collèges. Les jeunes mauriciens venaient faire leurs études à Madagascar où la France avait créé et soutenait une très bonne université.
Doucement mais sûrement. Alors que beaucoup pensait qu’il était mis de côté, le projet « Téléphérique » ou Transport par Câble (TPC) avance. D’ailleurs, ce grand chantier qui s’inscrit dans le cadre de la concrétisation d’un des « Velirano » du Président Andry Rajoelina a été à l’ordre du jour lors du Conseil des ministres qui s’est tenu hier au Palais d’Iavoloha. En effet, la mise en place de ce moyen de transport par câble s’aligne avec le Velirano numéro 11 qui fixe comme défi la modernisation de Madagascar.Ainsi, d’après le compte rendu du secrétaire d’Etat en charge des nouvelles…

Economie bleue - Maroc apprend de Madagascar

Publié le mercredi, 01 février 2023
« Les Marocains m’ont invité pour parler de nos efforts en économie bleue à Madagascar. Il s’agit de partager nos défis, nos succès et nos perspectives ». Le jeune ministre de la Pêche et de l'Economie bleue, Dr Mahatante Tsimanaoraty Paubert, a fait transmettre ce message.Samedi, le lendemain du lancement de la campagne de reboisement à Ilaka Est à laquelle son équipe et lui ont pris part comme tous les autres, le locataire d’Ampandrianomby s’est envolé pour la ville d’Agadir, la plus grande station balnéaire du Maroc située sur la côte atlantique du Sud du Royaume.Ce dernier est l’un des…
L’Indice de perception de la corruption (IPC) 2022 a été publié hier dans la matinée par Transparency International Initiative Madagascar. La Grande-île a le score de 26/100, soit le même qu’en 2021. La branche malagasy de Transparency international « s’inquiète » de cette « stagnation ». Cette entité de la société civile l’explique par « le manque d’investissement de l’Etat dans la Lutte contre la corruption (LCC) », citant à titre d’exemple le fait que dans la loi de finances rectificative de 2022, « le budget consacré à la lutte contre la corruption ne constitue que 0,128% du budget général…
Page 1 sur 398

Fil infos

  • Élection - L’Antoko Hiaraka Isika recadre l’Opposition
  • Gestion des risques et des catastrophes - Un centre national pour gérer les réponses d'urgence
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés d’Ankaboka et de Marovoay - « Nous allons nous entraider »
  • Jean-Claude de l'Estrac - « Madagascar était l'eldorado de l'océan Indien… »
  •  Velirano présidentiel - Le projet « Téléphérique » va bon train !
  • Economie bleue - Maroc apprend de Madagascar
  • Lutte anti-corruption - « Madagascar a fait un bond de 16 places depuis 2019 »
  • Vakinankaratra - Le voyage en immersion pour relancer le tourisme
  • Îles Eparses  - Le SECES écarte toute idée de cogestion 
  • Mobile money - Les systèmes d’arnaque se diversifient

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • De la haute trahison !
    Ketakandriana Rafitoson remet de fait en cause l’appartenance des Iles Eparses dans le giron de la République Malagasy. En effet, la directrice pays de l’ONG Transparency International Initiative Madagakasikara (IT-IM) fustige la cause nationale. Elle défend ouvertement la position de la France selon laquelle ces petites îles font partie intégrante du territoire français. La directrice pays de l’IT – IM, au cours d’une interview accordée au quotidien français « Le Monde », à l’entame de l’année nouvelle 2023, portant sur plusieurs sujets touchant les relations entre les deux pays, Madagasikara et la France, émit un avis pour le moins controversé concernant la revendication des Malagasy en vue de la restitution des îles Eparses au sein du territoire de la République Malagasy. Ketakandriana Rafitoson prend le contre-pied de Madagascar « je m’interroge sur les liens qui nous unit à ces îles. Ce sont des terres inconnues par nous auxquelles nous ne…

A bout portant

AutoDiff