Publié dans Culture

Cinéma - La statue du cinéaste Solo Ignace Randrasana dévoilée au public

Publié le dimanche, 21 novembre 2021


Le septième art avance à grands pas. La sculpture du cinéaste Solo Ignace Randrasana a été installée samedi dernier à l’avenue de l’Indépendance, Analakely. L’œuvre fabriquée en métal, montrant le cinéaste coiffé d’un chapeau, assis sur un banc et tenant dans sa main gauche son zébu d’or, a été donc dévoilée aux yeux du grand public. Laza, directeur du festival Les rencontres du film court (RFC), avec la Commune urbaine d’Antananarivo menée par Naina Andriantsitohaina, ainsi que quelques producteurs et réalisateurs de cinéma malagasy sont venus sur les lieux pour marquer ce grand jour et inaugurer ainsi le « Zaridaina Ciné malagasy » ou jardin des cinéastes. Il s’agit d’une installation permanente conçue pour rendre hommage aux grandes figures du cinéma malagasy et accueillir au fur et à mesure des sculptures de ces figures incontournables. « Comme son nom l’indique, ce jardin sera dédié au septième art. Un jardin où nous allons rendre hommage aux grandes figures du cinéma à Madagascar. Solo Ignace Randrasana est le premier occupant de ce lieu avec sa statue, mais nous allons ériger une sculpture tous les ans dans ce jardin », a déclaré le directeur du festival RFC lors de cette cérémonie d’inauguration.

Conte
Pour plus de précision et d’information, Solo Ignace Randrasana était le premier malagasy à réaliser un long métrage  avec son film « Very remby » en 1973. Il était également plus connu avec son œuvre majeure « Ilo tsy very » qui relate l’insurrection malagasy de 1947, dont il a tourné une seconde version en 2010. Durant l’inauguration, les membres du comité dudit festival RFC ont discerné un zébu d’or à titre posthume pour ce premier réalisateur malagasy disparu le 26 août 2011. Si auparavant, ce sont les statues et sculptures de politiciens qui sont souvent érigées et vues à des différents endroits, cette fois-ci et pour la première fois dans l’histoire du cinéma malagasy, c’est une sculpture d'un cinéaste qui est mise en avant. Pour les curieux et amateurs d’art mais surtout ceux du cinéma, cela ne coûte rien de venir jeter un coup d’œil à cette sculpture signée Tahina Rakotoarivony. A noter que le festival Les rencontres du film court se poursuit encore avec des différentes programmations alléchantes, notamment à travers les projections de films à l’IFM Analakely et dans la salle de cinéma Cinépax, Ambodivona, et tout cela gratuitement.
Sitraka Rakotobe

Fil infos

  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Transparence oblige !
    L'autre fois, il a été question que nous jugions impérieux de livrer à travers la colonne ci-présente un sujet responsable : l'obligation à l'austérité. Un concept qui fâche mais c'est un passage obligé vers la bonne gouvernance. Autrement, la culture de la tempérance, de la sobriété et de la modération doit être inculquée à tous les niveaux du pouvoir. Il fut un temps où l'on avait inculqué aux élèves de l'Ecole officielle, l'ancêtre de l'Ecole primaire publique (EPP), en cours d'instruction civique, la notion de « tempérance », de « sobriété » et de « modération ».

A bout portant

AutoDiff