Publié dans Dossier

Filets sociaux de sécurité - Près de 80 % des bénéficiaires sont des femmes

Publié le lundi, 07 mars 2022


A travers des programmes de transfert monétaire et des filets sociaux productifs, connus respectivement sous le nom de « Haraton'aina » et « Asa avotra mirindra », des milliers de familles bénéficiaires ont pu améliorer leurs conditions de vie. Financé par la Banque mondiale et mis en œuvre par le Fonds d’intervention pour le développement (FID), sous la coordination du ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme (MPPSPF), ce système de protection sociale a touché près de 77% des femmes issues des ménages les plus vulnérables à Madagascar. Particulièrement à Manakara,  8.200 ménages ont profité du transfert monétaire pour le développement local. Non seulement, ces bénéficiaires ont enregistré plus d'enfants fréquentant l'école, mais ont  aussi vu l'alimentation de leurs familles s’améliorer, ainsi que leurs revenus.

Ramiandrisoa Clerette, 46 ans, mère de 5 enfants dont 4 adolescentes,  figure parmi les bénéficiaires du projet « Filets sociaux de sécurité » (FSS).
« Avant que j'ai pu bénéficier de ce programme d'aide, seuls trois de mes enfants ont  pu rejoindre les bancs de l'école. Il a fallu que quelqu'un m'aide à subvenir aux besoins de notre famille. Mais maintenant que l’Etat nous met à disposition une somme suffisante afin de se développer,  les cinq sont tous scolarisés.  Si l'un de mes enfants étudie à Antananarivo,  deux autres sont déjà au Lycée, sans oublier le  cinquième qui est au collège actuellement. C'est pour vous dire que maintenant, la scolarisation de mes enfants est assurée. En plus,  j'ai  bénéficié d'une formation professionnelle portant sur l'agriculture, le développement personnel et autres thématiques aussi intéressantes les unes que les autres. Ainsi, la mère au foyer que j'ai été auparavant, développe actuellement un petit commerce, tout en étant  à la fois agriculteur et éleveur. En effet, afin de pouvoir faire des économies, j’ai acheté des animaux de la basse-cour. J'ai par la suite réussi à les multiplier et les vendre ».

Ramahita Dorine, une mère de famille de 35 ans, avec 3 enfants à charge, témoigne également de sa satisfaction après avoir reçu cette aide.
« En ayant bien géré notre budget, nous pouvons désormais assurer un meilleur avenir à nos descendants. La preuve, mes trois enfants vont tous à l'école. Et suite aux formations que j’ai suivies, j'arrive à développer d'autres activités génératrices de revenus. Je divise en deux l'argent perçu. Une partie est allouée aux frais de scolarité des enfants et une autre sert à subvenir à leurs besoins en matière d'alimentation, de santé ainsi qu’à assurer d’autres dépenses imprévues ».


5 ans de filets sociaux de sécurité... L'heure du bilan
Concertation. En espace d'un mois, quatre cyclones ont ravagé Madagascar. En plus des importants dégâts occasionnés par ces intempéries, la population est encore plongée dans une crise sociale.  Déjà lancé en 2017, le projet « Filets sociaux de sécurité » constitue un moyen pour l'Etat malagasy d'aider financièrement  la population. Actuellement, les autorités sanitaires procèdent à une reconstruction, toujours dans le but d'améliorer la protection sociale suivant notamment le genre. Ainsi, dans le cadre dudit projet de développement et de la Journée internationale des droits de la femme, la Direction générale de la protection sociale au sein du ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme (MPPSPF) a tenu un atelier  à Manakara le 5 mars dernier. « L'objet de cette rencontre s'est focalisé sur  les 5 années  d'intervention au niveau local. Et cela afin d'identifier les points positifs ainsi que les domaines à améliorer », a avancé Ghisbert  Rivomanana, directeur général de la protection sociale auprès du MPPSPF. Et d'ajouter qu'à ce jour, 14 Régions dont celle de Fitovinany bénéficient du projet « Filets sociaux de sécurité ».  Par ailleurs, une mise à jour de la stratégie nationale de protection  sociale est programmée cette année et dont l'objectif à long terme se repose toujours sur l'indépendance financière des ménages.  « Il faut savoir que des étapes ont été déjà franchies, notamment la formation ou encore le "cash transfert". Maintenant, nous œuvrons pour une couverture nationale », a promis le DG de la protection sociale.

Dossier réalisé par Kanto R.

Fil infos

  • Coopération - Des émissaires de la JICA à Ambohitsorohitra
  • Révélation au procès de Mbola Rajaonah - L’Etat spolié de 125 milliards d’ariary
  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Le jeune prodige !
    Phénomène Oboy ! Quart de siècle tapant, Oboy séduit mieux encore et enivre les jeunes. A travers ses textes et de par son style, Oboy est unique en son genre. Succès phénoménal en France et sur le plan international, le jeune prodige force l’admiration mais également suscite la jalousie ! En effet, Oboy fait des jaloux même dans son propre pays, Madagasikara. Son tout récent passage à Tanà explose l’enthousiasme et déchaine les fantasmes dans tous ses états. Oboy a fait vibrer le mythique Palais des sports et de la culture de Mahamasina.D’un parcours atypique, le jeune prodige gravite et entre, sans coup férir, dans la cour des grands. Né le 6 janvier 1997 à Madagasikara, Mihaja Ramiarinarivo de son nom d’Etat civil, Oboy grandit à Val-de-Marne, plus précisément à Villeneuve-Saint-Georges. Il se lance dans le rap, cette danse urbaine moderne en 2015, à l’âge de 18 ans. Très vite,…

A bout portant

AutoDiff