Publié dans Economie

Plan multisectoriel d’urgence - Le secteur privé en conclave !

Publié le jeudi, 18 juin 2020

« Nous sommes encore en réunion ». Telle est la réponse fournie par le président d’un groupement du secteur privé, hier, contacté au téléphone. Il n’a en effet pas souhaité émettre de réactions ou d’opinions suite à la rencontre des membres du secteur privé avec le Président de la République et les membres du Gouvernement, concernant le plan multisectoriel d’urgence. Il a préféré réserver son avis. Et il n’est pas le seul. Les présidents des groupements se sont abstenus d’exprimer leurs avis sur ladite réunion. Ils ne s’exprimeront alors qu’aujourd’hui lors d’une conférence de presse organisée pour l’occasion. Avant de réagir, ils ont choisi de se conforter entre eux pour établir les points marquants et autres, autant les négatifs et les positifs concernant cette rencontre avec l’Exécutif.

 

Le seul à s’être exprimé sur le sujet est Rivo Rakontondrasanjy. Il a en effet publié sur sa page sur les réseaux sociaux ses ressentis après la discussion avec le Président et les membres du Gouvernement. Toutefois, il a tenu à préciser qu’il ne s’exprime pas en tant que président de l’Alliance pour l’industrialisation de Madagascar ou encore en tant que vice-président de FIVMPAMA (Fivondronan’ny Mpandraharaha Malagasy) mais en tant que directeur d’une entreprise productrice d’éthanol combustible.  

« Sur le principe, l’initiative du Président de la République est louable, même si le timing ne convenait pas du tout. Il aurait été plus intéressant de discuter pour finaliser la LFR 2020, et le plan multisectoriel d’urgence, et non pour sa présentation. En ce qui concerne les idées et les propositions, c’était le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche qui m’a le plus convaincu, (…) notamment sur l’utilisation des terrains domaniaux. Ensuite, c’était le Gouverneur de la Banky Foiben’i Madagasikara, qui était le plus en phase avec le contexte et l’esprit de la relance dans ses propos et ses propositions, surtout avec la mise à disposition de la ligne de crédit de l’équivalent de 40 millions USD, et du taux de base de 4,97%. Reste à savoir si les banques commerciales et les institutions de microfinance vont jouer le jeu », a soutenu ce chef d’entreprise.

Toutefois, il a tenu à préciser que « ce n’est pas un report des paiements des obligations fiscales dont certains secteurs d’activité ont besoin, mais une annulation purement et simplement », concernant les mesures fiscales mises en place par les autorités. Un avis, qui d’après lui, est partagé par la grande majorité de ses pairs. Mais cela restera encore à vérifier durant la conférence de presse de cet après-midi avec tous les représentants de tous les groupements du secteur privé.

Rova Randria

Fil infos

  • Sècheresse - Une responsabilité collective
  • Base Toliara - Le manque de communication comme problème de fond
  • Mutinerie à la prison de Farafangana - Le ministre de la Justice donne carte blanche aux sénateurs
  • Période de sécheresse intense - Tout l'océan Indien touché!
  • Mise en place d’une commission d’enquête au Sénat - La dernière tentation de … Rivo Rakotovao & Co
  • Projets présidentiels en éducation - 15 écoles « manara - penitra » opérationnelles, 59 autres à construire !
  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff