Publié dans Economie

Marchés publics - Un acompte de 20% versé aux entreprises

Publié le vendredi, 26 juin 2020


Une réponse positive de l’échange avec le secteur privé. Dorénavant, l’Etat paie un acompte de 20%  aux entreprises qui exécutent des marchés publics, selon le communiqué de la Présidence, mercredi dernier. En effet, lorsque le Chef d’Etat lui-même a présenté ses projets d’infrastructures aux opérateurs dans le secteur du  Bâtiment et Travaux Public (BTP), dans le cadre du Plan Marshall, les opérateurs ont évoqué l’absence de moyen financier pour exécuter les projets. «Les institutions financières reculent lorsqu’on contracte un prêt pour exécuter un projet d’infrastructure publique. Pour elles, cela représente un gros risque car l’Etat tarde à payer notre commission. Pourtant, l’absence de moyen financier représente un obstacle majeur surtout pour mener à bien les travaux », a lancé Hery Andriatefihasina, président du  syndicat des BTP durant son discours. Cette décision n’est alors qu’une suite logique de la rencontre entre les deux parties.
Par ailleurs, le Président de la République a ordonné au ministre des Finances de vérifier le paiement des TVA des entrepreneurs ayant obtenu des marchés publics sur les trois dernières années et l’année en cours.
Bien que l’Etat accorde des faveurs au secteur privé dans la mise en œuvre des projets, le Président de la République a ordonné au ministère de l’Economie et des Finances le contrôle strict du volet fiscal.  Une vérification s’impose ainsi en matière de paiement de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA). Cette disposition s’applique à toutes les sociétés ayant acquis un marché public depuis 2017 jusqu’à ce jour.
Solange Heriniaina

Fil infos

  • Cryptomonnaie africaine - Des souscripteurs de Madagascar victimes
  • Pollution - Antananarivo étouffe
  • Akamasoa - Inauguration de l’Institut d’Excellence culinaire Guillaume Gomez
  • Energie fossile - Les ressources locales remises en question
  • Drame familial - Il assassine froidement sa tante
  • Axe Toamasina-Foulpointe - Coup d’envoi d’une réhabilitation en béton !
  • Trafic d’or aux Comores - Un directeur des aéroports et un fils de procureur devant la barre
  • Kidnapping et agressions - Le cas des albinos malagasy préoccupe les Nations Unies
  • Usine « Pharmalagasy » - Une ambition locale et internationale confirmée
  • Ivato - Un camp au nom du Général Ismaël Mounibou 
Pub droite 1

Editorial

  • Un leadership mérité !
    La Grande île recevra le prochain Panel international Cacao fin en juin 2023 à Antananarivo. Pour ceux ou celles qui sont branchés dans ce secteur porteur, il s'agit d'une victoire gagnée à bras le corps par le ministère de l'Industrie, du Commerce et de la Consommation (MICC). Au cours de la 106 ème réunion du Conseil de l'Organisation du Cacao (ICCO) à Abidjan, le mois dernier, le 29 septembre, la délégation malagasy conduite par le ministre Razafindravahy Edgard s'était livrée à une bataille acharnée et un pari de taille pour remporter ce prochain rendez-vous à Antananarivo. De facto, Madagasikara s'est adjugé la première place mondiale dans la production de cacao. Un rang que la Grande île mérite.

A bout portant

AutoDiff