Publié dans Economie

Directeur général des Impôts - « On ne peut pas annuler le paiement des impôts »

Publié le mardi, 28 juillet 2020

Activités au ralenti, diminution de la production. La pandémie touche de plein fouet l'économie de Madagascar. Les opérateurs économiques se plaignent de la baisse considérable de leur chiffre d'affaires et l'absence de trésorerie. Ils ont alors demandé une annulation du paiement des impôts cette année. Mais au lieu de le supprimer, le Gouvernement a prolongé l'échéance. D'abord au 15 mai pour l'impôt synthétique et au 15 juin pour l'impôt sur les revenus. Puis, toutes les dates sont reportées au 15 août à l'issue de la rencontre entre les membres du Gouvernement et le secteur privé. Malgré les dispositions prises, les opérateurs privés lancent encore des cris de détresse.

« Le report des échéances n'est pas une réponse urgente. Nous n'avons plus de moyens financiers pour honorer notre obligation fiscale. Cela fait maintenant quatre mois que nous avons arrêté notre activité. Nous réclamons une suppression du paiement des impôts », défend un opérateur touristique. Mais ce scénario n'est pas envisageable selon Germain, directeur général des Impôts.

« On ne peut pas annuler le paiement des impôts. C'est contraire à la loi et à l'orthodoxie financière », souligne-t-il.

Effectivement, selon la règle de l'orthodoxie budgétaire des finances publiques, un Etat ne doit pas dépenser plus que ses recettes ne le permettent.  Déjà que les dépenses publiques s'élèvent à 10 643 milliards d'ariary cette année selon la loi de Finances rectificative 2020, les recettes, quant à elles, n'arrivent pas à les combler à cause du ralentissement des activités du secteur privé. Les recettes fiscales et douanières se trouvent ainsi réduites de moitié. Elles ne seront plus que 4 927 milliards d'ariary si elles étaient initialement prévues à 7 000 milliards d'ariary. C'est la raison pour laquelle le Gouvernement a dû contracter des prêts auprès des partenaires techniques et financiers à titre d'aide à la balance des paiements. Sur les 372 millions de dollars décaissés, 265 millions de dollars soit presque 70% du fonds ont servi à financer le budget général de l'Etat. Le Premier ministre Ntsay Christian a lui-même affirmé que

«  ces fonds ont permis de payer le salaire des fonctionnaires et les pensions des retraités ». Les dépenses sociales étant en accroissement total durant cette crise sanitaire, l'annulation du paiement des impôts engendrerait de ce fait une charge supplémentaire dans la caisse publique. Par contre, son acquittement favorise le bon fonctionnement de l'économie.

Il faut savoir que le Gouvernement central ne peut pas contracter des prêts extérieurs à leurs guises. Le montant maximal d'emprunts extérieurs pouvant être contractés se chiffre à 5 500 milliards d'ariary. Une partie des aides reçues dans le cadre de cette pandémie de Covid-19 sont sous forme de dons et de projets dont la majorité d'entre elles sont gérées par les bailleurs de fonds eux-mêmes.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Agression meurtrière - Le tueur cache le corps sous des cosses de riz
  • Liaison aérienne Afrique du Sud - Madagascar - Airlink s'impatiente
  • Grève au MAE - Les syndicats désavouent les propos du ministre
  • Hausse des prix du carburant - âpres négociations Etat–Compagnies pétrolières
  • Association de malfaiteurs - Ninie Donia et ses co-accusés condamnés
  • Les actus en bref
  • Disparition de 36 kg d’or et 64.000 litres de gasoil - Des "magiciens" à Madagascar !
  • Lutte antiacridienne - Un pesticide controversé utilisé à Madagascar
  • Face-à-face entre les députés et le Gouvernement - La JIRAMA sous le feu des critiques !
  • Ministère des Affaires étrangères - Les grévistes veulent changer d’interlocuteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Psychose prématurée !
    Panique avant terme ! Depuis un certain temps, l’ombre d’une éventuelle augmentation des prix à la pompe pèse lourdement. Avant que les autorités compétentes, de concert avec les patrons des Compagnies pétrolières, n’annoncent les nouveaux prix la panique des flambées de prix des carburants envahissent déjà les esprits. Les stations-service sont prises d’assaut. Un réflexe très dangereux dans la mesure où il risque d’épuiser avant terme les réserves et d’un. Il portera atteinte aussi et surtout au calcul de projection à la gestion des stocks. Il faussera certainement l’enjeu. Le directeur général de l’Office malgache des hydrocarbures (OMH) a dû prendre la mesure sévère à savoir interdire le stock de carburant. La hantise de l’inflation empoisonne avant coup ! Jusqu’à hier, jeudi 30 juin, les dirigeants au sommet de l’Etat et les décideurs des compagnies pétrolières n’étaient pas encore parvenus à s’entendre sur les nouveaux prix. Evidemment, il s’agit d’un…

A bout portant

AutoDiff