Publié dans Economie

Marché public - 25 milliards de dépenses engagées depuis la crise sanitaire

Publié le jeudi, 19 novembre 2020


Place à la publication des dépenses. Le ministère de l’Economie et des Finances s’est limité auparavant la mise à la disposition au public les financements reçus dans le cadre de la lutte contre la Covid-19. Afin de faire preuve de plus de transparence, un rapport sur les dépenses est disponible dans le site web. Il s'agit du montant précis du total des marchés publics attribués depuis le mois de mars jusqu’à la fin du mois d’octobre. Les informations dévoilent la base de l’engagement jusqu'à la base du paiement en passant par les marchés publics attribués, et les bénéficiaires des contrats. Le total du chiffre s’élève à 25 309 015 039 ariary. Près de 90 marchés ont été effectués au cours des sept derniers mois dont la majorité est allouée à la fourniture comme les matériels d’urgence, les habillements dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, les fournitures ménagères. Le mode de passation s’est généralement déroulé en appel d’offres.
Provisoire    
Selon les responsables, certaines données issues de ces différents logiciels n'ont pas été forcément saisies par les organismes avec une indication précise de "Covid-19". C’est le cas de l’achat de fournitures de bureau qui n'est pas indiqué s'il est fait dans le cadre de la Covid- 19 ou dans le cadre normal des activités de l'organisme. Il faut encore procéder à une validation ex-post de ces données par chaque ministère, ordonnateur de ces dépenses. « Les informations contenues dans cette plateforme restent encore provisoires et à analyser avec fine précaution. Elles se mettront automatiquement à jour au fur et à mesure de l’obtention de la validation des données par les organismes publics ayant exécuté ces dépenses. Nous osons espérer que cette plateforme contribue de manière significative à l’objectif de transparence budgétaire, et mène vers une meilleure optimisation de la gestion des finances publiques », soulignent les responsables
Vers une priorisation de l’entrepreneuriat local
Dans le projet de Loi de finances initiale (LFI) 2021 et dans le cadre du Plan Marshall, le Gouvernement priorisera les entreprises locales lors de l’octroi de marché public à compter de l’année prochaine. La promotion de l’entrepreneuriat des femmes et des jeunes sera particulièrement mise en avant, entre autres via l’appui aux métiers artisanaux et aux petites manufactures agro-alimentaires. A l’instar de la construction de la maison de la vanille à Antalaha, le Gouvernement compte également prioriser les filières pourvoyeuses de devises afin de valoriser les avantages comparatifs de Madagascar et améliorer sa position géoéconomique. L’optimisation du mécanisme de rapatriement de devises est par la même occasion renforcée.
Solange Heriniaina

Fil infos

  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !
  • Exploitation halieutique - Un investisseur étranger arnaqué de plusieurs milliards ariary
  • Pénurie d’eau à Fianarantsoa - Henri Rasamoelina décèle des issues environnementales
  • Trafic de tortues - Quatre personnes placées sous mandat de dépôt à Fianarantsoa
  • Transport aérien - Les défaillances d'Air Madagascar mises à nu
  • Confédération africaine de football - Victime d’un attentat prémédité, Ahmad riposte
  • Conjoncture - Des problèmes sociaux à régler

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff