Publié dans Economie

Exportation vers le Canada - Retour au point de départ pour les opérateurs

Publié le mardi, 29 décembre 2020


Toutes les actions de promotion sont actuellement en suspens. Au cours des trois dernières années, Madagascar s’est lancé dans la conquête du marché canadien, à travers la Chambre de commerce et de coopération Canada-Madagascar (CanCham). Ainsi, deux missions de prospection ont été respectivement effectuées en 2017 et en 2019. Pour cette année, cinq entreprises auraient dû participer au Salon international de l’Alimentation (SIAL), prévu se tenir à Montréal au mois d’avril dernier. Cependant, l’événement a été ajourné, pandémie de coronavirus oblige. Ceci n'a pas été le seul impact de la Covid-19 sur les échanges commerciaux entre les deux pays.
La promotion des échanges internationaux se retrouve notamment au ralenti, voire à l'arrêt. Les exportations de produits artisanaux ont également cessé depuis quelques mois. Les conditions actuelles ne favorisent pas du tout les exportations pour certaines catégories de produit. « Habituellement, je fais des allers-retours tous les deux à trois mois entre Madagascar et le Canada pour transporter mes produits. Aujourd’hui, avec la fermeture des frontières, ce n’est plus possible. De plus, les entreprises de logistique refusent de transporter mes bijoux. Ce n’est pas une question de licence d’exportation, tous mes documents administratifs étant en ordre, mais plutôt un problème au niveau de la valeur des produits. Mes bijoux sont trop chers. En cas de perte, les compagnies d'assurance peuvent être réticentes concernant les remboursements. Ils prennent donc toutes les précautions. Mes produits restent alors bloqués au pays », explique Nivo-Harinoro Rakotohavana, directrice générale de Nivo Jewels and Precious Stones, lors d’une entrevue.
Pourtant, en partant du récit de Nivo-Harinoro Rakotohavana, les opérateurs ont déjà commencé à percer le marché. Mais vu que les discussions et les moyens sont particulièrement limités, les échanges commerciaux finissent par devenir restreints. Il ne faut pas oublier que les relations exportateurs-clients doivent être continuellement entretenues pour pouvoir porter leurs fruits. Et comme les missions de prospection sont également au point mort, la recherche de nouveaux clients devra aussi attendre. Les opérateurs se retrouvent donc au point de départ, surtout que l’année prochaine reste encore incertaine pour les exportations vers le Canada. 
Rova Randria

Fil infos

  • 8 mars - Madagascar honore toujours ses femmes
  • Président Andry Rajoelina - « Que les forces des ténèbres soient vaincues »
  • Préfet de police d’Antananarivo - Le territoire de son ressort
  • Ministère de la Culture et de la Communication - Un tremplin vers la professionnalisation des artistes
  • Election du président de la Confédération africaine de football - La honte pour l’Afrique !
  • Construction illicite - Un Nabab nargue la Mairie d’Antananarivo
  • Indisponibilité de Soamandrakizay - Tant pis pour l’Opposition
  • Conseil des ministres - Le président de l’Université de Toamasina limogé
  • Etudes universitaires - L'époque où les bourses n'étaient pas systématiques !
  • Caisse de retraites civiles et militaires - Un déficit de 213 % l'année dernière

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Journée des combattantes
    8 mars, jour-J ! « Journée internationale de la femme » ce jour. Journée de l'année spécialement dédiée aux réflexions, sinon à la mise pour la énième fois sur le plateau du débat relatif aux droits fondamentaux du genre féminin. L'ONU, Organisation des Nations unies, adopte en Assemblée générale en 1977 une résolution historique reconnaissant la date de 8 mars comme étant une Journée mondiale de la femme. Et que tous les pays membres épris de liberté et respectant les droits humains, notamment ceux de la femme ont le devoir voire l'obligation de consacrer ce jour-là à une réflexion approfondie et à organiser ainsi des manifestations officielles se rapportant sur les droits de la femme. Madagasikara tient, tous les ans, à rendre hommage à cette journée hautement symbolique.

A bout portant

AutoDiff