Publié dans Economie

Facilitation des échanges - Les processus commerciaux à Madagascar numérisés

Publié le jeudi, 18 mars 2021


Un grand pas en avant dans l’amélioration des conditions commerciales dans la Grande île. Le Comité national de facilitation des échanges (CNFE) de Madagascar et l’Alliance mondiale pour la facilitation des échanges ont signé un protocole d’accord pour la mise en œuvre de deux projets à savoir les certificats phytosanitaires «ePhyto» et le dispositif douanier de «décisions anticipées». Ces projets serviront surtout à rationaliser et numériser les processus commerciaux à Madagascar. «Le projet «ePhyto» numérisera les certificats phytosanitaires requis pour le commerce international des végétaux et des produits végétaux. Ces certificats établissent d’où proviennent les expéditions et comment elles répondent aux normes sanitaires de chaque pays. Cependant, à Madagascar, comme dans de nombreux autres pays, des certificats papiers accompagnent l’envoi des marchandises ou sont échangés par courrier avec les partenaires commerciaux. Il s’agit d’un processus long dans lequel des erreurs prennent du temps à rectifier, et les risques de perte, de dégradation ou de fraude sont élevés. Ce projet permettra de solutionner toutes ces problématiques» soutient Lucien Ranarivelo, ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, hier, à l’hôtel Colbert Antaninarenina, en marge du lancement officiel des deux projets. En effet, des processus commerciaux plus fluides, moins coûteux et plus faciles à comprendre élargiront les opportunités pour les producteurs de végétaux et de produits végétaux dans le pays. «Ces projets simplifieront et accéléreront les processus commerciaux, les rendront plus transparents et plus prévisibles. Cela réduira alors les délais et les coûts des formalités administratives supportées par les entreprises. Ils renforceront ainsi l’attractivité commerciale du pays, et stimuleront en même temps la croissance et la compétitivité des entreprises et de l’économie du pays» renchérit Zafivanona Lainkana, directeur général de la Douane malagasy et co-président du CNFE.
Dans ce sens, ces deux projets devront contribuer à la nette amélioration du climat des affaires à Madagascar.  «Le Gouvernement s’est engagé à introduire des pratiques internationales exemplaires dans deux domaines de la facilitation des échanges qui feront une réelle différence dans l’amélioration des conditions commerciales» félicite Philippe Isler, directeur de l’Alliance mondiale pour la facilitation des échanges. Cette dernière accompagnera alors Madagascar dans tout le processus de numérisation.
Rova Randria

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff