Publié dans Economie

Trésor public - Concertation entre le ministère et les forces vives

Publié le lundi, 30 août 2021

Ouverture. Les vagues provoquées par la suspension de l'ancien directeur général du Trésor public continuent de se faire ressentir au sein de cette institution. Hier, l'ensemble des forces vives représentatives de tous les employés de cet établissement public a été reçu par la ministre de l'Economie et des Finances (MEF), Rindra Hasimbelo Rabarinirinarison.

Des grandes figures du Trésor ont ainsi constitué cette délégation, à l'instar des anciens directeurs généraux comme Vonintsalama Sehenosoa Andriambololona ou encore Orlando Robimanana. Ces anciens responsables se sont ainsi concertés avec la première responsable du MEF afin de trouver un consensus dans l'objectif de redresser le Trésor public dans les meilleurs délais. Pour rappel, la semaine dernière, lors de la cérémonie de signature de la collaboration avec les représentants des établissements de monnaie électronique, les autorités ont évoqué l'existence d'une « grande corruption » au sein du Trésor public, et qui « fait beaucoup de bruits ». A cet effet, la raison de la suspension de la Direction générale du trésor en Conseil des ministres s'explique surtout par le nombre conséquent

de plaintes et de remarques recueillis, tant du côté des usagers de ce service que du côté des autorités, d'après cette responsable. Des plaintes, aussi bien concernant la qualité des services que portant sur les corruptions au niveau de l'établissement. « L'assainissement était inévitable mais c'est aussi l'occasion de prendre un nouveau départ et de remettre à plat les services du Trésor public », a expliqué la ministre, à Anosy.

Réformes

Sur fond de droiture et d'intégrité, la nouvelle ministre compte alors redorer le blason du Trésor public pour faire oublier l'image de « grande corruption » qui colle sur l'enseigne. Selon les publications officielles du MEF, les réformes sur les textes de loi régissant le trésor public ont été abordées lors de cette réunion qui s'est tenue hier entre les anciens dignitaires et la nouvelle ministre de l'Economie. D'ailleurs, ces réformes ont déjà été annoncées par cette dernière lors de sa prise de poste, notamment sur les failles de cette administration qu'elle a constatées du temps où elle en a été la secrétaire générale. A ne citer que la lourdeur ou encore l'incohérence des procédures qui induisent souvent les agents du ministère en erreur dans la réalisation de leurs missions.

« Pour illustration, nous avons deux départements qui sont régis par deux textes de loi différents. D'un côté, les lois qui régissent les marchés publics ne conviennent pas au département du Trésor public et vice versa. Rien que sur ce plan, l'incohérence est flagrante et nous devons y remédier en révisant certains points du côté de la législation », explique la ministre. Dans ce même volet, à la responsable de déplorer que certaines lois régissant son département sont depuis longtemps obsolètes, à l'image de celle qui dicte la gestion des finances publiques et sur laquelle aucune réforme n'a été portée depuis le mois de septembre de l'année 1962.

Hary Rakoto

Fil infos

  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu
  • Norbert Lala Ratsirahonana - “ Non à l’impunité ! ”
  • Gouverneur de Betsiboka - La lutte contre le grand banditisme érigée en priorité
Pub droite 1

Editorial

  • L’inévitable rappel !
    La Présidence fonce dans le tas. Conscient du degré alarmant du laxisme dans certains secteurs de l’administration, le sommet de l’Etat se décide, enfin, à prendre la situation en main. Un ministre fait même l’objet d’un rappel à l’ordre de la Présidence. Il fallait à tout prix prendre le taureau par les cornes.

A bout portant

AutoDiff