Publié dans Economie

Préservation des forêts de Menabe Antimena - Sept nouvelles villes à créer pour les migrants

Publié le jeudi, 16 septembre 2021


Des alternatives pour préserver les ressources naturelles de Madagascar. Ces cinq dernières années, la pression exercée sur l’aire protégée de Menabe Antimena s’est intensifiée à cause des plantations illicites de maïs et d’arachides, orchestrées par les migrants climatiques venant du Sud. La réserve perd ainsi chaque année plusieurs hectares de forêts. La politique de « tolérance zéro » appliquée par le ministère de l’Environnement et du Développement durable ne semble pas dissuader ces migrants d’exploiter ces zones interdites. « Plus d’une centaine de personnes ont déjà été arrêtées au cours de ces dernières années. Toutefois, la menace sur Menabe Antimena ne fait que s’intensifier. Cette méthode n’est pas vraiment adaptée pour lutter efficacement contre les crimes environnementaux dans la Région », expose Serge Randriantsoa, gouverneur de la Région de Menabe, interviewé par la presse, hier à l’hôtel Colbert, Antaninarenina.
Dans ce sens, les autorités locales recherchent des solutions alternatives pour empêcher ces personnes de détruire cette réserve naturelle, tout en leur proposant un accompagnent et d’autres activités génératrices de revenus, outre la culture de maïs. La construction de nouvelles villes pour ces migrants climatiques figure parmi les solutions prioritaires. « En collaboration avec l’Organisation internationale de la Migration, l’USAID ainsi que diverses représentations diplomatiques présentes dans le pays, un projet de construction de nouvelles villes pour ces personnes impactées par le changement climatique dans le Sud est actuellement en cours de préparation. Toutes les parties prenantes s’y attellent déjà. Sept endroits, dont la superficie tourne autour de 200 à 1 000 hectares, ont déjà été identifiés. Cependant, des études de faisabilité seront encore réalisées sur place avant de prendre une décision finale »,  détaille le gouverneur de Menabe. Ces nouvelles villes, axées sur le concept de « ville verte », seront aménagées pour répondre aux besoins de ces migrants, priorisant ainsi l’agriculture, l’élevage ou encore la pêche, avec un accès plus facile à l’eau potable, aux services sanitaires et à l’éducation. Dans tous les cas, les autorités ont déjà tenté une approche avec les migrants, et il semble qu’ils ne soient pas réticents à cette idée.
Outre la création de ces nouvelles villes, la Région de Menabe organisera également un atelier de concertation sur l’agriculture, l’élevage et la pêche pour une gestion durable des ressources naturelles. Cet atelier se déroulera notamment du 23 au 25 septembre prochain à Morondava. Ensemble, toutes les parties prenantes cogiteront pour trouver des solutions afin de stopper l’exploitation des réserves naturelles et pousser les opérateurs et autres acteurs vers d’autres activités plus respectueuses de l’environnement. 
Rova Randria

Fil infos

  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !
  • Blocage des routes - QMM passe en mode service minimum
  • Prix du carburant à la pompe - Les consommateurs s’attendent à un coup de massue

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Où en sommes-nous ?
    L’UE regrette ! Le RSF enfonce ! Le CSI déplore ! Certaine presse étrangère et certains activistes des réseaux sociaux accusent !Au fait, où en sommes-nous dans la bataille contre les grands maux qui minent et bloquent le réel démarrage vers l’essor et le développement du pays ? En est-on resté au stade des grands mots dans la lutte sans merci contre les grands maux à savoir la corruption, l’impunité, le non-respect de l’Etat de droit, de la liberté d’expression, de la démocratie ? Le tableau ne luit pas assez comme nous l’entendions. Les différents rapports d’Institution et d’organisme étranger ainsi que des Institutions en charge de la lutte contre toute forme de malversation et certaine Société civile du pays ne vont pas dans le sens de notre faveur sinon notre souhait. Ou bien, on se prend pour le mal aimé des autres et en revanche on dénonce ! Ou…

A bout portant

AutoDiff