Publié dans Economie

Ministre de l’Energie et des Hydrocarbures - « La hausse des prix à la pompe n’est pas encore d’actualité »

Publié le jeudi, 21 octobre 2021

Préserver le pouvoir d’achat des consommateurs malagasy. Avec les tensions actuelles concernant le cours du pétrole sur le marché international, la question de la révision des prix à la pompe est de nouveau sur la table. Madagascar, qu’il le veuille ou pas, est affecté directement par ces tensions. « Toutes les compagnies pétrolières opérant dans le pays se plaignent énormément, étant donné la situation.

De leur point de vue, les prix devraient enfin être revus à la hausse. Toutefois, nous n’allons toucher le prix des produits pétroliers sans obtenir des arguments bien convaincants. C’est pourquoi, la hausse des prix à la pompe n’est alors pas encore d’actualités pour le moment. Nos actions à l’heure actuelle ne se concentrent ni sur la hausse ni sur la baisse des prix à la pompe » soutient Andry Ramaroson, ministre de l’Energie et des Hydrocarbures, hier, durant une descente inopinée au centre médico-social de la JIRAMA.

Pour le moment, l’équipe du ministère se concentre sur l’audit de la structuration des prix.

« Nous allons analyser plusieurs paramètres dans le secteur du pétrole pour mettre en œuvre cet audit. Nous devons par exemple considérer les devises utilisées dans l’achat, le fret mais aussi le volume d’achat. Nous n’allons pas nous contenter de suivre ce que nous disent les pétroliers, nous devons mener notre propre enquête. Il ne faut pas oublier que l’Etat travaille en premier pour le peuple malagasy. Cependant, cela ne veut pas dire que nous allons tuer les pétroliers en sachant qu’ils contribuent grandement aux recettes de l’Etat », a détaillé le responsable. La décision finale concernant les prix affichés dans les stations-services, s’ils augmentent ou diminuent, dépendra alors de cet audit. « Les pétroliers ont par exemple évalué que leur manque à gagner atteint les 100 milliards d’ariary, sauf qu’après analyse, nous avons constaté que ce manque tournait autour de 50 milliards d’ariary seulement. Des calculs sont donc faussés d’où tout l’intérêt de cet audit », rajoute-t-il.

Mais le ministère a tout de même laissé entendre que la question des subventions du secteur pétrolier n’est pas à écarter définitivement. Pour lui, l’Etat peut toujours apporter sa contribution si c’est nécessaire pour préserver les consommateurs. Pour l’heure, il faudra donc encore attendre les résultats de cet audit.

Rova Randria

Fil infos

  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Transparence oblige !
    L'autre fois, il a été question que nous jugions impérieux de livrer à travers la colonne ci-présente un sujet responsable : l'obligation à l'austérité. Un concept qui fâche mais c'est un passage obligé vers la bonne gouvernance. Autrement, la culture de la tempérance, de la sobriété et de la modération doit être inculquée à tous les niveaux du pouvoir. Il fut un temps où l'on avait inculqué aux élèves de l'Ecole officielle, l'ancêtre de l'Ecole primaire publique (EPP), en cours d'instruction civique, la notion de « tempérance », de « sobriété » et de « modération ».

A bout portant

AutoDiff