Publié dans Economie

Projet « Téléphérique » à Antananarivo - L'avis de la population pris en considération 

Publié le lundi, 06 décembre 2021

Places aux consultations publiques ! L'Office national de l'environnement (ONE) réalise à l'heure actuelle l'évaluation environnementale du dossier d'impact environnemental et social du projet de transport par câble, communément connu sous l'appellation « Téléphérique à Antananarivo». « Cette évaluation se déroule en deux étapes. La première étape concerne la partie technique. Un comité technique d'évaluation est ainsi mise en place pour passer au crible toute la partie technique du projet.

La deuxième partie de l'évaluation se concentrera sur l'impact du projet sur la société. Pour cela, nous faisons participer activement la population à travers diverses consultations publiques pour connaître ses opinions sur le projet. Nous allons donc recueillir les avis du grand public dans les prochains jours », explique Rija Herisolo Rakotoson, directeur général de l'ONE, hier, au Pavé Antaninarenina. 

Ainsi, à partir d'aujourd'hui jusqu'à la fin du mois, tous les habitants des quartiers concernés peuvent déposer leur avis auprès des Fokontany. Mais ils peuvent également contacter l'ONE sur ses réseaux sociaux. « Ils peuvent dire ouvertement ce qu'ils pensent du projet, notamment ce qui devrait être amélioré. Ils ont également le droit d'exprimer leurs doutes et leurs craintes concernant les impacts que pourrait avoir le projet. D'autre part, une réunion publique aura lieu, la semaine prochaine, précisément le 14 décembre, au Gymnase couvert à Mahamasina », rajoute le responsable. Ces consultations publiques sont incontournables, surtout pour un projet de grande envergure comme le transport par câble. En plus des détails techniques, les avis recueillis serviront également d'éléments de base dans la prise de décision. «Il ne faut pas oublier que ces avis composeront le cahier des charges que le projet se devra de respecter à la lettre », note le Dg par interim de l'ONE. En tout, plus d'une vingtaine de quartiers, répartis quand cinq Arrondissements de la Capitale, sont concernés comme Ambatonankanga, Antanimena ou encore Analakely et Analamahitsy. 

Pour la partie technique, l'évaluation a commencé par la présentation en détail du projet par l'équipe de promoteurs, composée du Secrétariat d'Etat en charge des Nouvelles villes et de l'Habitat, des entreprises telles que POMA, Colas, de même que Biotope, le bureau en charge de l'étude d'impact environnemental et social, avec une session de questions/réponses. Des descentes sur sites ont ensuite eu lieu, la semaine dernière. D'autres actions vont également s'en suivre dans ce sens. L'objectif étant de réduire les embouteillages dans la grande ville, tout en améliorant les conditions de vie des habitants. 

La Rédaction

Fil infos

  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !
  • Blocage des routes - QMM passe en mode service minimum
  • Prix du carburant à la pompe - Les consommateurs s’attendent à un coup de massue

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Où en sommes-nous ?
    L’UE regrette ! Le RSF enfonce ! Le CSI déplore ! Certaine presse étrangère et certains activistes des réseaux sociaux accusent !Au fait, où en sommes-nous dans la bataille contre les grands maux qui minent et bloquent le réel démarrage vers l’essor et le développement du pays ? En est-on resté au stade des grands mots dans la lutte sans merci contre les grands maux à savoir la corruption, l’impunité, le non-respect de l’Etat de droit, de la liberté d’expression, de la démocratie ? Le tableau ne luit pas assez comme nous l’entendions. Les différents rapports d’Institution et d’organisme étranger ainsi que des Institutions en charge de la lutte contre toute forme de malversation et certaine Société civile du pays ne vont pas dans le sens de notre faveur sinon notre souhait. Ou bien, on se prend pour le mal aimé des autres et en revanche on dénonce ! Ou…

A bout portant

AutoDiff