Publié dans Economie

Etudes supérieures - Intérêt grandissant des grandes écoles françaises pour Madagascar

Publié le jeudi, 20 décembre 2018

Les jeunes bacheliers ainsi que les étudiants se ruent vers l’étranger pour continuer leurs études, plus particulièrement vers la France. Selon les dernières données collectées par Campus France, le promoteur de l’enseignement supérieur français à l’étranger, la mobilité des étudiants malagasy vers les établissements français a connu une hausse considérable cette année. Face à cette situation, les grandes écoles françaises, à l’exemple de l’IDRAC Business School, commencent à s’intéresser de près à Madagascar, et notamment aux étudiants malagasy. Effectivement, à partir du mois de janvier 2019, l’IDRAC ouvrira son programme de « Prépa Business School » par le biais de l’Ecole supérieure de commerce et de management (ESCM). La première Business School dans la Grande île.  «  Ce programme consiste à offrir aux jeunes malagasy l’opportunité de bénéficier d’une formation conforme au système français mais dans un endroit social familier. Pour qu’ils puissent s’en imprégner et s’y préparer.  Dans ce système, les étudiants suivront tout d’abord deux années de tronc commun à Madagascar, avant de partir pour la  France pour une année de spécialisation », précise Jonathan Ranjatoelina, directeur de l’ESCM. 

 

A noter que Madagascar est désormais le 4ème campus africain, dans le réseau de l’IDRAC après le Sénégal, le Cameroun et le Maroc.  

Facilitation

Entre la lourdeur des démarches administratives et le choix du cursus adapté, sans oublier les frais de scolarité des universités françaises, les étudiants souhaitant s’envoler vers la France doivent encore se  soumettre à de nombreuses contraintes. Ainsi, la mise en place de ce programme à Madagascar a surtout pour objectif de faciliter l’insertion des étudiants malagasy au sein des écoles supérieures françaises. La troisième année de licence se fait en effet en France, et ce sans dossier, sans concours et sans entretien, mais juste par simple avis du conseil de classe. « Les bacheliers sont de plus en plus jeunes dans notre pays. A l’âge de 16 ou 17 ans, ils ne sont pas du tout prêts à quitter le nid. Notre programme se pose ainsi comme solution pour éviter les pertes de temps et d’argent pour les indécis. Ils auront alors deux années de réflexion pour faire leur choix. Et après cela, ils pourront choisir sur plus de dix filières de spécialisation et intégrer une de nos écoles partenaires», développe Avotra Sam-Y, responsable pédagogique de l’école. Pour précision, pour obtenir leur diplôme de licence, les étudiants auront le choix sur plus d’une dizaine d’écoles supérieures françaises réparties dans les quatre coins du pays.   

Rova R. 

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff