Publié dans Economie

Environnement - Madagascar se doit d’être plus résilient

Publié le vendredi, 28 décembre 2018

La Grande île se doit de mener sa lutte contre le changement climatique par ses propres moyens. Récemment, Madagascar a participé à la COP 24, la 24e conférence mondiale sur le climat qui s’est déroulée du 2 au 15 décembre dernier à Katowice, en Pologne. A l’issue de cette grande réunion, il a été constaté que la résilience de notre pays face aux changements climatiques demeure encore faible jusqu’à ce jour.  Effectivement, les actions y afférentes sont exclusivement, ou presque, conditionnées par les appuis venant des pays développés. De ce fait, leurs répercussions restent encore limitées dans diverses Régions de Madagascar.

En plus, la majorité de la population ne se sent que partiellement responsable face à la dégradation de la nature. La preuve ? La coupe abusive des forêts et les feux de brousse continuent toujours jusqu’à aujourd’hui. Les impacts de la sensibilisation, des interdictions et des sanctions n’ont pas encore persuadé les différentes communautés à dissoudre ces pratiques. « De nombreuses communautés vivent des produits de la forêt. Ainsi, elles ne peuvent se résoudre à arrêter de les exploiter. Ainsi, il faut trouver d’autres alternatives pour préserver ces ressources naturelles sans pénaliser le peuple environnant », précise un environnementaliste.

Des secteurs confondus

Il ne faut pas oublier que des changements conséquents doivent être opérés à Madagascar afin d’éviter que la hausse de température dépasse 1,5°C. De surcroît, au-delà de cette limite, plus de 90 % de la faune malagasy risque de disparaître. Pour être résiliente, les actions menées par l’Etat ne doivent pas se centrer uniquement sur la protection de l’environnement, mais aussi s’élargir vers plusieurs branches telles que l’agriculture ou encore l’énergie. En ce qui concerne le secteur énergétique par exemple, il faudrait trouver des alternatives pour que les énergies vertes soient plus accessibles aux ménages malagasy. « Le prix du gaz est tellement exorbitant que je préfère me rabattre sur le charbon », témoigne Rojo Randriamana, mère de famille. Et ce genre de situation n’est pas un cas isolé. En tout cas, pour aborder ce sujet, il faut aussi savoir parler aux gens pour qu’ils adhèrent facilement à tous ces changements.     

Rova R.

Fil infos

  • Meurtre d’un opérateur économique français - Le principal suspect extradé de Madagascar
  • AG des Nations unies - Renforcement des capacités pharmaceutiques de l’Afrique souhaité
  • 332 millions $ d’aide non remboursable du FMI - La plaidoirie de Rajoelina fait mouche
  • Membres du Gouvernement - La descente sur le terrain continue
  • Lu sur le Net - Madagascar, pays sans Covid et sans dictature vaccinale
  • Andry Rajoelina sur les îles Eparses - Appel à une veille « bienveillante et cohérente » des Nations unies
  • Acte de banditisme à Tsiazotafo - La propriétaire d’un magasin délestée d’1 million Ar
  • Assemblée générale des Nations unies - Le President Rajoelina rencontre le SG Antònio Guterres
  • Midongy- Atsimo - Quarante-cinq morts dans un affrontement
  • Assemblée générale des Nations Unies - Une première pour le Président élu Andry Rajoelina

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Projets délirants ?
    Fous ! Chimériques ! Utopiques ! Tels sont les termes signifiant comment les sceptiques voient les projets présidentiels. Des projets pharaoniques, impossibles disent les uns. Fruits de la rêverie d’un jeune visionnaire ironisent les autres. En effet, étant vu les capacités matérielles limitées de la Grande île, compte tenu des ravages de la pandémie et considérant les besoins nécessaires pour la relance économique, les concrétisations de grands projets dans un contexte pareil relèvent de la délire, un pari inaccessible ! Contre toute appréhension et en dépit des doutes, lesdits projets prennent forme l’un après l’autre. Du moins en phase d’être pour certains cas.Projet « Tanamasoandro » à Antananarivo et environs. Quand le roi Andrianjaka (1610-1630) investit la colline d’Analamanga en 1610 et fonda la « Cité des Mille » (guerriers) en chassant les Vazimba, la plaine d’en-bas (Plaine d’Antananarivo) n’était qu’un espace désert. Il a fallu le transformer en zone…

A bout portant

AutoDiff