Publié dans Economie

Filière haricot vert - Madagascar deuxième exportateur mondial

Publié le mardi, 24 septembre 2019

Une renommée de plus  pour la Grande île. La filière haricot vert porte haut le nom du pays sur le commerce international. Le groupe Basan à travers sa société Lecofruit se trouve au deuxième rang en matière d’exportation de cette variété de légumes dans le monde et premier exportateur à Madagascar. Avec une exportation de 8000 tonnes par an, l’entreprise se trouve derrière le Kenya. « Nous écoulons chaque année 8000 tonnes de haricot vert sur le marché européen notamment en France.

Cette quantité nous place juste derrière le Kenya qui se trouve à la tête du classement mondial avec 10 000 tonnes de quantité produite chaque année. En ce moment, le cours mondial tourne aux alentours de 32 928 ariary (8 euros)  le kilo. Bien que notre société œuvre dans la filière depuis une vingtaine d’années, l’offre n’arrive toujours pas à honorer toutes les demandes au niveau du marché. La demande reste forte  en Europe, Asie et aux Etats- Unis  », relate Andriniaina Rasoarahona manager communication du groupe lors d’une discussion téléphonique.

15 000 paysans

Pour atteindre ses objectifs annuels, la société collabore avec les paysans. En effet, Lecofruit fait vivre 15 000 cultivateurs. « Nous prenons en charge la culture jusqu’à la vente du haricot vert. Pour produire 8000 tonnes par an, nous avons établi une agriculture contractuelle avec les paysans dans trois zones à savoir la Région d’Itasy, du Vakinankaratra et d’Amoron’i Mania. En ce moment, la filière fait vivre 15 000 cultivateurs. Ces derniers se chargent de la culture  du légume. Aucune machine agricole n’est utilisée pour les cultures. Cueillis à la main, à bonne maturité, les légumes sont acheminés quotidiennement vers les centres d’agréage puis transportés directement à l’usine dans les plus brefs délais. Nous attachons une importance extrême à la fraîcheur de nos produits. L’expédition des conserves de légumes se fait ensuite en container par voie maritime », poursuit-il. Dans sa vision, le groupe prône la promotion de l’agriculture comme pilier du développement de l’économie de Madagascar.

Recueillis par Solange Heriniaina

Fil infos

  • Maharante Jean de Dieu - Un présumé auteur de détournement accueilli comme un VIP
  • Massacre à Iabohazo-Farafangana - Le chef de bande éliminé
  • Tanamasoandro-Tsimahabeomby - L’abattoir aux normes inauguré
  • Circulation dans la Capitale - 16 cas d’accidents mortels en un mois
  • Série de kidnappings - L’Alaotra-Mangoro toujours sur le qui-vive
  • Développement local - Descente du Premier ministre dans l’Atsimo-Atsinanana
  • 3e décennie du développement de l’industrie en Afrique - Le Président Rajoelina adoubé par l’ONUDI
  • Massacre à Farafangana  - 7 enfants tués à coups de couteau
  • Massacre à Ankazobe - Elimination d’un présumé meurtrier dangereux
  • Projet « cuisson propre et reboisement » - Andry Rajoelina et Abdulhamid Alkhaifa sur la même longueur d’onde
Pub droite 1

Editorial

  • Paradis des faux prophètes !
    La Grande île serait-elle l’endroit idéal pour l’épanouissement des activités des charlatans religieux ? En réalité, l’Afrique francophone et anglophone confondue est le dépotoir des faux prophètes !Un confrère titrait un jour son Edito « Les faux prophètes pullulent dans les rues ». Effectivement, le pays grouille d’escrocs qui s’autoproclament pasteurs et qui s’enrichissent sur le dos pauvres gens. Ce jeune vendeur d’appareils de sonorisation d’occasion dans les Arcades, au début des années 90, qui devient par magie pasteur. Trente ans après, il se trouve à la tête d’une puissante église nommée « Apokalypsy ». Mailhol André Christian Dieudonné, car il s’agit de lui, membre d’un nébuleux groupe « Eksodosy », ex- fidèle de l’église adventiste qui, par la suite, se dit prophète continue d’embobiner des milliers de fidèles malgré le ratage de sa prophétie annonçant qu’il sera Président de la République, selon la volonté divine, en 2013. Sa communauté…

A bout portant

AutoDiff