Publié dans Economie

Programme « Fihariana » - Dix start-up présentées par l’ambassade de France

Publié le mercredi, 23 octobre 2019

Soutien aux incubateurs, à l’écosystème entrepreneurial et à l’insertion professionnelle des jeunes à Madagascar. L’ambassade de France à Madagascar participe également dans le programme présidentiel « Fihariana ». Elle va présenter ce jour à l’Institut français de Madagascar (IFM) les dix porteurs de projet qui ont été sous son encadrement pendant une année. L’événement sera honoré par la présence de madame Lantosoa Rakotomalala, ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat ; monsieur Christophe Bouchard, ambassadeur de France à Madagascar et Valérie Zafindrazaka, en charge du programme « Fihariana » de la Présidence de la République. « 150 porteurs de projets ont candidaté à notre programme entrepreneuriat.

Notre comité de sélection a ensuite choisi dix start-up par rapport à la priorité du Gouvernement, à savoir l’agrobusiness, l’énergie, le tourisme, l’artisanat et la nouvelle technologie. Nous avons professionnalisé les entrepreneurs pour qu’ils bénéficient des aides du programme "Fihariana" à des taux concessionnels. A noter que l’ambassade de France a obtenu un financement de 400 000 euros du Gouvernement français pour mener ce programme dont 392 000 euros de l’ambassade de France à Madagscar », explique Patrick Perez, à la fois conseiller de coopération et d’action culturelle et directeur de l’IFM, lors d’une entrevue.

Outre ce programme, l’ambassade de France organise également à chaque troisième jeudi du mois le « Jeudi de l’entrepreneuriat ». « L’idée consiste à proposer au public et en particulier aux jeunes, chefs de projet ou créateurs d’entreprise de venir assister à des tables-rondes et conférences sur l’entrepreneuriat. Cette composante de notre programme dure deux ans et demi », poursuit-il. Quant à jeudi dernier, le thème était axé sur « Comment devenir entrepreneur ».

Par ces projets, l’ambassade de France à Madagascar, accompagnée par les partenaires locaux et internationaux, entend favoriser le développement des établissements malagasy d’enseignement supérieur et leur concours au renforcement du tissu économique du pays, et cela à travers l’établissement de passerelles entre les universités et les incubateurs des entreprises.

Recueillis par Solange Heriniaina

Fil infos

  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Transparence oblige !
    L'autre fois, il a été question que nous jugions impérieux de livrer à travers la colonne ci-présente un sujet responsable : l'obligation à l'austérité. Un concept qui fâche mais c'est un passage obligé vers la bonne gouvernance. Autrement, la culture de la tempérance, de la sobriété et de la modération doit être inculquée à tous les niveaux du pouvoir. Il fut un temps où l'on avait inculqué aux élèves de l'Ecole officielle, l'ancêtre de l'Ecole primaire publique (EPP), en cours d'instruction civique, la notion de « tempérance », de « sobriété » et de « modération ».

A bout portant

AutoDiff