Publié dans Economie

Secteur textile - Le développement de la consommation locale est nécessaire

Publié le dimanche, 24 novembre 2019

Dernier choix. En matière de vêtements, la majorité des consommateurs malagasy privilégient les friperies ou encore les pièces importées, en provenance de la Chine ou encore de la France. De ce fait, les vêtements fabriqués dans le pays sont presque laissés pour compte. Pourtant, des produits fabriqués par les entreprises franches à Madagascar sont achetés par les grandes marques vestimentaires. Ainsi, les habits fabriqués dans la Grande île sont plus chers car ces derniers sont passés par ces marques avant d’être redistribués.

« En tout cas, les entreprises malagasy ont le talent et le savoir-faire de fabriquer des produits de qualité. Il faut juste encourager la consommation locale pour leur permettre de se développer. Nous devons consommer nos propres produits pour pouvoir développer notre économie », ont soutenu les membres du consortium de consultants pour la mise en œuvre du Fonds d’appui à frais partagé (FAFP), un dispositif d’accompagnement des entreprises, lors de l’atelier de validation du programme, jeudi dernier, à la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo, à Antaninarenina. Effectivement, encourager la population à consommer localement ne suffit pas, il est aussi nécessaire de donner aux industries les outils nécessaires pour pouvoir fournir des produits adaptés et répondant aux besoins du marché, d’où la mise en place du FAFP.

« Financé par la Banque africaine de développement (BAD), ce programme aura pour principal objectif de favoriser les conditions de croissance inclusive en apportant une assistance technique et un appui pour l’accès aux équipements de base aux microentreprises du secteur textile, habillement et accessoires. Ces dernières sont dans la plupart dans le secteur informel. Nous souhaitons ainsi les aider à développer leurs activités et à renforcer leurs liens au sein de la chaîne de valeur avec les entreprises exportatrices » a précisé Lisiniaina Razafindrakoto, directeur des réformes et du développement du secteur privé  au sein de l’Economic Development Board of Madagascar (EDBM). Plusieurs centaines d’entreprises ont déjà déposé leur dossier. Chaque dossier sera étudié par un comité de validation composé d’experts. La finalité reste notamment l’augmentation de la participation des PME au PIB (Produit intérieur brut) et au perfectionnement de leur système de production. En tout cas, le premier décaissement pour le financement de programme devra se faire à la fin du mois de janvier prochain.

Rova Randria

Fil infos

  • Les actus en bref
  • Couple Rajoelina - Echange convivial avec le couple Biden
  • Pénurie d’eau - Le pire est à craindre
  • Affaire 73,5 kilos d’or - Le procès remis aux calendes grecques 
  • Rapport de la mission de suivi électoral  - L’UE insiste sur la mise en œuvre des recommandations 
  • JIRAMA - Andekaleka se dote d’un quatrième générateur
  • Commerce - L’Algérie lorgne sur la vanille malagasy
  • Rajoelina à la tribune des Nations Unies - Interpellation sur le prix du baril de pétrole
  • Disparition du plus petit primate au monde - La honte pour Madagascar !
  • Discours à la tribune des Nations unies - Rajoelina dans le même panel que Biden et Kagamé

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Fia…ble !
    On ne peut pas passer inaperçu l’évènement majeur de la semaine dernière, la FIA. En fait de jeudi à dimanche, la Foire internationale de l’agriculture (FIA) s’est tenue au Parc des expositions à Tanjombato. Quand on parle d’Agriculture, ce grand ensemble qui englobe toutes les activités du monde rural dans tous ses états. Sont inclus à l’intérieur de ces activités dites agricoles la culture, la pêche et l’élevage qui se souscrit au sein de l’économie « verte » et « bleue ». Avec l’évolution des activités exigées par la demande sans cesse croissante des besoins de l’homme, l’agribusiness apparait et commence à occuper du terrain. De toute façon, l’agriculture représente un domaine de priorité surtout pour un pays comme Madagasikara. L’initiative entrant dans le cadre pour l’épanouir est toujours très appréciée et fiable. Les actions de l’Agence Première Ligne font partie des stratégies à encourager. En principe, l’agriculture est un…

A bout portant

AutoDiff