Publié dans Economie

Secteur textile - Le développement de la consommation locale est nécessaire

Publié le dimanche, 24 novembre 2019

Dernier choix. En matière de vêtements, la majorité des consommateurs malagasy privilégient les friperies ou encore les pièces importées, en provenance de la Chine ou encore de la France. De ce fait, les vêtements fabriqués dans le pays sont presque laissés pour compte. Pourtant, des produits fabriqués par les entreprises franches à Madagascar sont achetés par les grandes marques vestimentaires. Ainsi, les habits fabriqués dans la Grande île sont plus chers car ces derniers sont passés par ces marques avant d’être redistribués.

« En tout cas, les entreprises malagasy ont le talent et le savoir-faire de fabriquer des produits de qualité. Il faut juste encourager la consommation locale pour leur permettre de se développer. Nous devons consommer nos propres produits pour pouvoir développer notre économie », ont soutenu les membres du consortium de consultants pour la mise en œuvre du Fonds d’appui à frais partagé (FAFP), un dispositif d’accompagnement des entreprises, lors de l’atelier de validation du programme, jeudi dernier, à la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo, à Antaninarenina. Effectivement, encourager la population à consommer localement ne suffit pas, il est aussi nécessaire de donner aux industries les outils nécessaires pour pouvoir fournir des produits adaptés et répondant aux besoins du marché, d’où la mise en place du FAFP.

« Financé par la Banque africaine de développement (BAD), ce programme aura pour principal objectif de favoriser les conditions de croissance inclusive en apportant une assistance technique et un appui pour l’accès aux équipements de base aux microentreprises du secteur textile, habillement et accessoires. Ces dernières sont dans la plupart dans le secteur informel. Nous souhaitons ainsi les aider à développer leurs activités et à renforcer leurs liens au sein de la chaîne de valeur avec les entreprises exportatrices » a précisé Lisiniaina Razafindrakoto, directeur des réformes et du développement du secteur privé  au sein de l’Economic Development Board of Madagascar (EDBM). Plusieurs centaines d’entreprises ont déjà déposé leur dossier. Chaque dossier sera étudié par un comité de validation composé d’experts. La finalité reste notamment l’augmentation de la participation des PME au PIB (Produit intérieur brut) et au perfectionnement de leur système de production. En tout cas, le premier décaissement pour le financement de programme devra se faire à la fin du mois de janvier prochain.

Rova Randria

Fil infos

  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu
  • Norbert Lala Ratsirahonana - “ Non à l’impunité ! ”
  • Gouverneur de Betsiboka - La lutte contre le grand banditisme érigée en priorité

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • L’inévitable rappel !
    La Présidence fonce dans le tas. Conscient du degré alarmant du laxisme dans certains secteurs de l’administration, le sommet de l’Etat se décide, enfin, à prendre la situation en main. Un ministre fait même l’objet d’un rappel à l’ordre de la Présidence. Il fallait à tout prix prendre le taureau par les cornes.

A bout portant

AutoDiff