Publié dans Economie

Obtention d’un prêt - Le secteur informel bientôt inclus

Publié le lundi, 25 novembre 2019

Donner la chance à tout le monde en matière d’obtention d’un prêt. La Banque centrale de Madagascar (BCM) travaille actuellement avec une société italienne nommée CRIF. Elles collaborent ensemble dans la mise en place du Bureau d’information de crédit (BIC). Henri Rabarijohn, le gouverneur fraîchement nommé, a détaillé de long en large cette nouvelle plateforme, hier, à Antaninarenina. D’un côté, l‘existence de ce système d’information facilite le travail des banques et des microfinances puisque ces derniers possèdent des données plus élaborées sur la solvabilité de leurs clients. D’un autre côté, les personnes non bancarisées peuvent obtenir du crédit même si elles travaillent dans le secteur informel. « 90% des personnes œuvrent dans le secteur informel. Dans un pays comme Madagascar où le taux de bancarisation reste très faible, nous allons aider les personnes hors radars des institutions financières  à obtenir du prêt.  Et ce, en regroupant toutes les données les concernant dans plusieurs domaines notamment leur habitude de paiement dans les autres entités comme la JIRAMA, le secteur de la télécommunication et les grands manufacturiers. Ces données servent ensuite à estimer leur capacité
de remboursement. Nous évaluons par exemple les factures de la JIRAMA.

Si une personne paie ses factures pendant 36 mois, il y a une chance qu’elle s’acquitte de ses prêts. Le risque se trouve ainsi réduit pour les institutions financières », explique Oscar Madeddu, expert dans la société financière internationale (SFI) auprès de la Banque mondiale.
En effet, la centrale de risque qui existe actuellement ne traite que des informations des clients des microfinances. Mais avec le crédit-bureau du BIC, toutes les informations sont inclues. Une fois enregistré dans leur base de données, les informations ressemblent aux renseignements d’un client d’une banque. Ces informations garantissent la solvabilité d’une personne. Pour cette fois, il ne s’agit pas d’une garantie matérielle mais plutôt de garantie de réputation afin de justifier la capacité de remboursement. Mais cela ne signifie pas pour autant que les emprunteurs obtiennent automatiquement des crédits, le dernier mot appartient toujours aux banques. Le BIC met simplement à la disposition des institutions financières les données. Pour l’instant, le Bureau coopère avec deux microfinances. Et cette nouvelle plateforme sera opérationnelle en janvier 2020.
Solange Heriniaina

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff