Publié dans Editorial

Macabre machination !

Publié le dimanche, 21 février 2021

En 2013, lors de l’élection présidentielle suivant les dispositions contenues dans la Feuille de route dictée par la Communauté internationale pour la sortie de crise, les deux principaux acteurs politiques de l’époque, Ravalomanana Marc et Rajoelina Andry Nirina, ont été tenus à l’écart. Et pour cause, le fameux « ni … ni » imposé par les Partenaires techniques et financiers (PTF), les vrais « patrons » des pays pauvres, ne leur donnèrent aucune chance. Les deux protagonistes, de toujours, ont dû chacun se rabattre à aligner un candidat de substitution. Un authentique complot ourdi et dressé en particulier contre Rajoelina Andry, le président de la Transition, le favori du scrutin en vue.

 

En 2018, le délétère « ni … ni » n’avait plus sa raison d’être. Le favori de 2013 reste le même en 2018 : Rajoelina Andry. Il remporta haut la main l’élection. Et si tout se déroulera normalement comme prévu, le favori demeurera toujours le même en 2023 : Rajoelina Andry Nirina, l’actuel Chef de l’Etat. Il écrasera, avec certitude, les autres prétendants à la course à la Magistrature suprême dont, entre autres un certain Ravalomanana Marc au cas où. Ainsi, le vulgaire piège tendu consistera à empêcher Zandry kely de se présenter. Il s’agit en fait d’une conspiration à grande échelle orchestrée sinon télescopée par certaines puissances occidentales en collision avec certains acteurs politiques locaux évoluant dans l’orbite de l’Opposition. Suivez mes yeux, qui sont-ils ou qui est-il ? La manigance viserait à pousser l’opinion à réclamer, de nouveau, le « ni…ni » de 2013. Et pour ce faire, Ravalo et consorts instaureront un climat de tension de telle sorte que la population vive dans un état de psychose permanent et que le climat des affaires se détériore. Bref, le pays se trouverait dans une situation d’instabilité et de précarité permanentes. Ainsi, au prochain scrutin présidentiel, on chercherait un « troisième larron ».

Le piège est tendu et le complot est en marche. Objectif affiché : plonger le pays dans le chaos total ! Seulement, ils ont commis une faute impardonnable d’avoir oublié le peuple. En fait, Ravalo et ses sbires font semblant d’ignorer que ce peuple a déjà tranché sur le choix de ce qui doit diriger ce beau pays. Un choix libre, transparent et démocratique. Un choix irréversible !

Le drame pour le pays, RMDM persiste et signe ! Les élus TIM de Tanà-ville passèrent outre l’offre de la Préfecture sur le site de Soamandrakizay pour le besoin de leurs rapports d’activités.

Ce samedi dernier, 20 février, des éléments apparemment survoltés ou drogués, créèrent la panique dans divers quartiers ! Behoririka, un des sites commerciaux de la Capitale, a été le théâtre à plusieurs reprises de troubles par des individus bien « motivés » quitte à semer la psychose auprès des commerçants et de la population en général. L’objectif final consiste toujours à instaurer un climat de terreur. Mais quelle macabre machination !

Ndrianaivo

Fil infos

  • Conseil des ministres - Le président de l’Université de Toamasina limogé
  • Etudes universitaires - L'époque où les bourses n'étaient pas systématiques !
  • Caisse de retraites civiles et militaires - Un déficit de 213 % l'année dernière
  • Barea de Madagascar - Ne tirez pas sur l’artiste Dupuis !
  • Tests Covid-19 - Attention aux faux négatifs !
  • Education - 500 000 ariary d’aides spéciales pour chaque maître FRAM
  • Marc Randrianisa recherché - Pour appel au meurtre contre Mialy R. et ses enfants
  • Pillage à Toliara - 30 auteurs du forfait arrêtés
  • Fanirisoa Ernaivo - Quand la haine se déchaîne
  • Crédibilité de l’Opposition - De mal en pis !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • La caravane passe !
    « Velirano » avance. En dépit des perturbations sciemment voulues et orchestrées par les « ennemis » du changement sinon du pays tout court, Rajoelina Andry et son équipe ne perdent pas le Nord encore moins le cap. Les travaux sur les chantiers suivent leur cours normal. Les « aboiements » n'ont pas ni ne peuvent pas empêcher la caravane de passer.

A bout portant

AutoDiff