Publié dans Editorial

« Un petit pas … ! »

Publié le dimanche, 28 juillet 2019

L’humanité, en général, et les Américains, en  particulier, célèbrent le 20 juillet 2019 le 50 ème anniversaire du premier pas de l’homme sur la lune. Neil Armstrong, l’astronaute américain et commandant de bord de la mission spatiale Apollon 11, a mis les pieds pour la première fois dans l’histoire de l’humanité sur la lune, le satellite de la Terre, suivi immédiatement après par les deux autres membres de l’équipage Buzz Aldrin et Michael Collins. « Un petit pas de l’homme mais un grand pas de l’humanité ! », devait s’écrier Armstrong ce jour-là. En effet, ce fut un petit premier pas d’un homme sur le sol de la lune mais en même temps une grande enjambée de l’humanité vers le futur en termes de progrès de la science et de la tentative de découverte de l’univers. Depuis la nuit des temps, les étoiles qui brillent dans le firmament suscitèrent chez l’homme un intérêt toujours grandissant. Le mystère du cosmos éveillait sans cesse la curiosité de savoir chez les êtres humains. Ils tentèrent d’ébaucher des théories souvent farfelues pour expliquer sinon pour aborder les énigmes de l’univers. Dans l’antiquité, les mages étaient réputés de savoir lire ou de décrypter le mouvement des étoiles. A partir du moment où Neil Armstrong réussit d’alunir sur ce satellite tant convoité, un gros paquet du mystère de l’univers fut dévoilé.

Quelque part sur terre, on a matérialisé, à la même période du cinquantenaire de cet exploit  inédit des Américains sur la lune, le rêve de tout un peuple qu’on n’a jamais pu exaucer auparavant. « Un petit pas » décisif pour le football, en particulier, mais en fait un grand pas déterminant en avant du sport malagasy, en général et encore pour la vie toute entière du pays. L’exploit footballistique quoique de niveau encore modeste que les Barea ont pu effectuer en Egypte pour le compte des phases finales de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019, mit en orbite des compétitions internationales la Grande île. C’est un grand pas auquel les nouveaux tenants du pouvoir sous la direction éclairée de Rajoelina Andry Nirina ne sous-estimeront en aucun cas. Tous les moyens seront mis à la disposition des nouveaux responsables et surtout à nos jeunes afin que le secteur sport puisse enfin s’épanouir. Le Président en personne, assisté de son épouse, s’investit et n’hésite pas de se mettre au chantier. Il s’engage de ses propres frais à offrir des primes spéciales à l’intention des meilleurs athlètes. Et cerise sur la gâteau, Rajoelina se bat avec tenacité pour que Madagasikara accueille la prochaine  édition. A ce titre, il est prêt à mettre la barre plus haute. Une démarche louable qui ne manque pas  de booster l’élan de nos participants. Cette 10 ème édition des Jeux des îles à l’île Maurice reflète largement cet engagement personnel du Chef de l’Etat. Et pour corroborer les faits, les résultats sont là.  La Grande île remonte en classement général. Le nombre des médailles obtenues ne cesse de croitre. De ce « petit pas » propulsant un grand pas dans le domaine du sport entraine ipso facto à l’essor d’un élan de solidarité nationale. Du coup, le pays retrouve son unité et affiche sa cohésion.

Fil infos

  • JIRAMA - Les impayés des fournisseurs s’élèvent à 1 000 milliards d’ariary
  • Etat de droit - « Le système judiciaire est corrompu »
  • Affaire de Vohilava Mananjary - Les raisons du mécontentement de la population
  • Sénatoriales - Le CNOE se plie à la décision de la HCC
  • Situation sanitaire à Madagascar - L’état d’urgence levé, la prudence exigée
  • Arrêt de l’exploitation aurifère à Vohilava - La Société civile exige des sanctions contre la société fautive
  • Association AFF - Fondation - VISEO Ensemble pour un renouveau de l’éducation
  • Décret de convocation du collège électoral - La HCC déboute Rivo Rakotovao et les sénateurs
  • Marc Ravalomanana - Un indécrottable mauvais payeur
  • Vol de marchandises d'1 milliard Ar - Quand la politique entre dans le prétoire…

Editorial

  • Bataille acquise !
    Zéro décès, nombre de contaminés en traitement stationnaire. Le Président Rajoelina est en passe de gagner son pari, son combat. C’est le cas de le dire, il a pris la lutte contre la pandémie de Covid-19 pour « son » combat, défi et pari personnel. Il a de quoi à être fier ! L’Etat met fin à l’état d’urgence sanitaire. Pour un Chef d’Etat, perdre ou gagner la bataille contre la Covid-19 équivaut à perdre ou gagner son combat politique personnel. La mauvaise gestion de la réponse à la pandémie traduit un échec politique d’un dirigeant qui va perdre, de fait, la confiance de son peuple. Le cas risque de se produire quelque part en Amérique en cette veille de l’élection présidentielle du 3 novembre prochain.

A bout portant

AutoDiff