Publié dans Editorial

Chef de f…arce !

Publié le dimanche, 18 août 2019

Le « Rodoben’ny mpanohitra ho an’ny demokrasia eto Madagasikara » (RMDM) littéralement Plateforme des partis d’opposition pour la démocratie à Madagascar réuni à Ivandry vient d’élire son président en la personne de Marc Ravalomanana, l’ancien Chef d’Etat. De fait, selon les déclarations de certains participants, il sera le chef de file de l’opposition qui va le représenter  sur l’arène politique nationale. Quelle farce ! A quoi joue-t-on ? La question que se pose tout naturellement n’importe quel observateur sérieux et averti se résume ainsi « Ravalomanana Marc a-t-il réellement l’étoffe ou la stature d’un chef de file de l’opposition ? Existe-t-il vraiment une plateforme de l’opposition digne de ce statut à Madagasikara ? »  C’est toute la question !

 

Marc Ravalomanana, de son entêtement maladif à vouloir occuper le devant de la scène politique nationale, s’entiche à être adoubé chef de l’opposition. Après avoir échoué à plate couture lors de la dernière présidentielle, l’ancien exilé du pays de Nelson Mandela voulait à tout prix redorer le blason en tentant par tous les moyens possibles et imaginables à se laver l’affront. Parviendrait-il à bout de ses fins? That is the question ! Il est difficile d’accorder à Ravalo le statut d’ « opposant ». Par définition, un opposant est quelqu’un qui dispose dans ses … entrailles une force de proposition basée autour d’un projet de société, cohérent et structurant. Apparemment face à l’IEM, le « Manifesto » du candidat Ravalomanana ne pèse pas trop. En termes de pugilat, c’est le « poids- plume ». En effet, il s’agit d’un petit paquet d’intentions qui ne dépasse pas le cadre d’une rêverie d’un homme en mal d’onction populaire! Il serait mieux de lui donner le titre de « rêveur » surtout  « détracteur » ou de « critiqueur » ou encore de « farceur» en lieu et place d’opposant.  Bref, il ne fait pas le poids d’un vrai chef de file de l’opposition.

La fameuse plateforme de l’opposition qui vient d’élire son président en la personne de Marc Ravalomanana fait tiquer plus d’un. En réalité, on a affaire à quelques groupuscules de formations n’ayant aucunes représentations même régionales encore moins nationales. A part les membres de bureau politique, s’il y en a, c’est à vérifier svp, il n’y a pas de membres consistants à la base. Des partis qui n’ont même pas sauf le TIM un seul député à l’Assemblée nationale (AN), le seul et unique cadre légitime du débat politique dans le pays. Sous d’autres cieux, dans tout pays où la démocratie occupe une place de choix, l’AN est le seul cadre de prédilection pour toute action de l’opposition. Donc, celui ou celle qui dirigera l’opposition doit être de fait un parlementaire élu.

En gros, au lieu d’une authentique plateforme d’opposition, on est en face d’un panier à crabes où des « têtes brulées » ou des « zérovirgulistes » gesticulent tels des marionnettes interprétant maladroitement quelques numéros. On a fortement l’impression que quelqu’un tire les ficelles quelque part. En tout cas, il n’est pas difficile d’identifier le probable commanditaire qui serait en tandem avec l’ancien laitier. Il faut se l’avouer que politiquement parlant, le pays se trouve en face d’une grosse comédie orchestrée par un chef de f…arce !

Ndrianaivo

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau
Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff