Publié dans Editorial

A plein régime

Publié le jeudi, 23 janvier 2020

Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.

 

D'après la Constitution, la HCJ est la haute Juridiction habilitée à juger les hauts dirigeants du pays. Chefs d'Institution, membres du Gouvernement et parlementaires ne pourront plus se considérer comme au-dessus de la loi et ni se permettre d'agir dans l'exercice de leurs fonctions tout comme ils sont intouchables.

La Haute Cour de Justice figure dans la Constitution depuis toujours seulement elle n'a jamais pu fonctionner. Tout simplement parce que tous les dirigeants des régimes successifs n'ont pas jugé nécessaire qu'elle soit mise sur pied. Tous les subterfuges ont été utilisés. De subtiles manœuvres dilatoires  avancées pour justifier le manquement. Le cadre constitutionnel précis imposant la mise en œuvre de cette Institution (HCJ), à la fois crainte et respectée, n'existait pas et on se permettait de se passer de son service. Pratiquement, la loi de l'impunité s'imposait, ainsi, on ne voyait point la nécessité de le voir jour.

Toutefois, la Constitution de la IV ème République promulguée par le président de la Transition Rajoelina Andry Nirina suivant le décret n° 2010-994 du 11 décembre 2010 changea la donne vis-à-vis de la mise en place de la HCJ. En fait, dans l'art. 167, le texte fondamental exige ou « invite » le Président de la République à faire le nécessaire pour l'installation de la HCJ dans un délai de 12 mois francs à compter de la date de son investiture. Faute de quoi, la sanction suprême tombera. Du fait que le Président en exercice Rajaonarimampianina avait raté à son attribution relative à la mise en place de la HCJ après 12 mois de son investiture, il se trouvait sur la sellette qui à terme allait  conduire à sa chute.

Maintenant donc, les onze membres ont prêté serment, la machine démarre au grand dam des hauts dirigeants indélicats. Le président de la Cour Suprême qui, de fait, préside les séances de travail de la HCJ l'a bien martelé que la Haute Cour de Justice travaillera d'arrache-pied, comme ce fut le cas déjà bien que les membres ne soient encore au grand complet, pour traiter tous les dossiers dont ils sont en charge. Le Garde des Sceaux, ministre de la Justice Jacques Randrianasolo confirme qu'aucun haut responsable gouvernemental ou autre ayant commis des délits portant atteinte aux intérêts supérieurs de la Nation n'échappera aux mailles de la HCJ.

Le Président Rajoelina Andry, à travers le Velirano Point XI, déclare la guerre à la corruption et milite pour une justice impartiale. Il s'engage  à lutter sans complaisance contre l'impunité. Tous les hauts responsables jugés coupables des délits graves paieront de leurs actes. Le pillage en ligne des richesses nationales, les détournements des deniers publics et toutes les malversations qu'elle qu'en soit la nature seront punis sévèrement.

La HJC, à plein régime, fonce. L'ère de l'anarchie et de la gabegie est complètement révolue.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff