Publié dans Politique

Collectif des opposants - Un mouvement mort-né !

Publié le dimanche, 09 août 2020

Le collectif des opposants regroupés au sein du « Rodoben’ny Mpanohitra » (RMDM) annule son projet de tenir une assemblée ce jour. Un mouvement mort-né en somme et ce malgré les messages véhiculés ces derniers jours annonçant la participation des milliers de militants. Un coup de bluff comme tant d’autres qui s’avère l’apanage de cette association. Alors que personne ne se soucie guère de ses gesticulations, le RMDM s’est rendu à l’évidence que peu de gens adhèrent à sa philosophie. Et pour sauver la face, les dirigeants ont sorti un communiqué samedi pour annoncer l’annulation de la réunion. Mais au lieu de reconnaitre le peu d’empressement de « ses militants », les responsables expliquent cet « échec » aux autorités qui selon eux, n’ont pas encore décidé la tenue ou non de l’état d’urgence sanitaire. Une excuse bidon étant donné qu’en étant des hommes politiques, ils ne sont pas sans savoir que la situation actuelle ne permet pas aux dirigeants du pays de la levée. Et c’est cette absence de communication sur le maintien de l’état d’urgence que très tard dans la soirée du samedi a été profitée par le RMDM pour justifier l’annulation de son mouvement.
Néanmoins, d’autres sons de cloche se font entendre pour dévoiler les vrais motifs de la non- tenue de la réunion à part le fait majeur évoqué en haut. D’après des sources concordantes, le clash s’installe au sein des dirigeants du RMDM. Une aile fidèle à Marc Ravalomanana et qui ne veut autre personne que lui pour diriger le collectif tandis que l’autre aile aspire à un changement à la tête et roule pour Alain Andriamiseza. Une scission prévisible pour une association montée de toutes pièces qui n’a aucune base solide et un projet de société crédible. L’unique leitmotiv reste la démission du régime Andry Rajoelina ou à défaut la fomentation d’un coup pour le faire partir. Cette vision  n’aurait pas plu à certains participants  ce  qui expliquerait leur désistement au dernier moment…
Quoiqu’il en soit, le RMDM doit se rendre à l’évidence qu’il a peu d’audience et ne parvient pas à adhérer des gens sensés autour de ses idées fallacieuses de déloger le régime actuel par des voies pas très catholiques.
La Rédaction



Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff