Publié dans Politique

Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables

Publié le lundi, 10 août 2020

Le rapatriement des Malagasy bloqués à l'étranger reprendra ce samedi 15 août 2020. Les personnes vulnérables seront priorisées, d'après le ministre des Affaires étrangères, Djacoba Liva Tehindrazanarivelo.

Le Président de la République Andry Rajoelina est un Président à l'écoute de son peuple. Il a entendu les appels à l'aide des Malagasy bloqués à l'étranger et qui veulent coûte que coûte rentrer au pays. Le Chef de l'Etat a annoncé dans son allocution à la Nation, dimanche dernier sur les ondes nationales, que des vols de rapatriement auront lieu prochainement. Le premier vol, au départ de l'aéroport de Paris - Charles de Gaulle, aura lieu le samedi 15 août prochain. Le second vol en provenance du même aéroport est prévu le 22 août 2020. Un autre vol en provenance de l'Inde aura lieu le 19 août 2020.

 

La directive générale émane du Chef de l'Etat. Sa mise en œuvre revient au ministre des Affaires étrangères Djacoba Liva Tehindrazanarivelo. Ce dernier a donné plus d'explications sur ces vols de rapatriement. D'emblée, il a affirmé qu'il revient au ministère de déterminer qui rentrera au pays en premier. L'objectif final est que tous les ressortissants malagasy puissent rentrer au pays. Mais pour l'instant, il faut établir une priorité. Et  le rôle exclusif de ce ministère consiste à établir une vue d'ensemble concernant les ressortissants malagasy à l'étranger.

Il appartient ainsi au ministère des Affaires étrangères de dresser la liste des personnes qui rentreront en premier au pays. Il ne suffit pas d'avoir de l'argent et d'acheter des billets auprès des compagnies aériennes Air Madagascar ou Ethiopian Airlines, a-t-il précisé. Priorité est donnée aux personnes vulnérables, aux compatriotes dont les papiers ont expiré ou ceux qui sont en grande difficulté financière et n'ayant plus provisions. Il appelle à la compréhension de tout un chacun puisque jusqu'à maintenant, les vols à destination de Madagascar sont toujours suspendus afin de stopper l'introduction de nouveaux cas de coronavirus.

Le ministre Djacoba Liva Tehindrazanarivelo a avancé qu'il y a encore plus de 1 600 Malagasy bloqués à l'étranger. Ils sont répartis dans différents continents, notamment en Europe, Asie, Afrique, Amérique, voire en Australie, a-t-il cité. Des mesures strictes seront prises à l'encontre de ces personnes qui seront rapatriées. Ils subiront un test PCR avant leur embarquement. Une fois au pays, ils devront passer une seconde fois un test PCR, plus un confinement de 3 à 4 jours, en attendant les résultats du test. Au cas où les tests sont négatifs, ils pourront rentrer chez eux. Dans le cas contraire, ils feront l'objet d'un suivi sanitaire strict pour empêcher la propagation du virus. Il est à noter qu'un vol au profit des étudiants qui devront poursuivre leurs études à l'étranger aura lieu le 21 août prochain. Ceux-ci pourront embarquer sur présentation de pièces justificatives.

Fil infos

  • Code de la communication médiatisée - La boucle est bouclée
  • Flambée des cas de Covid-19 en Europe - Crainte sur la réouverture du ciel malagasy !
  • Maire d’Antananarivo - Le grand « moral » de Naina Andriantsitohaina
  • Sénatoriales - De quoi a peur le Groupe du Panorama ?
  • Affaire Raoul Arizaka Rabekoto - L'INSCAE réagit et précise
  • Tovonanahary Rabetsitonta sur la pandémie - « Les mesures préconisées par l'Etat malagasy ont été efficaces »
  • Covid-19 - Le PM expose le cas malagasy à l'AG des Nations unies
  • Descente inopinée à la maison de force de Tsiafahy - Le traitement de faveur de Mbola Rajaonah démasqué
  • Lutte contre la malnutrition - L'usine promise par le Président de la République embarquée
  • Assassinat de Danil Radjan - Des révélations de la famille en vue 

Editorial

  • Immunité et impunité !
    Le régime MAPAR de Rajoelina Andry Nirina s’investit énormément. En moins de deux ans au pouvoir, d’immenses progrès s’inscrivent déjà sur le tableau des résultats. D’énormes efforts ont été consentis et continuent afin d’exécuter, à la lettre, les termes du « Velirano ». Mais, beaucoup reste à faire et le parcours, encore loin et long, parsemé d’embûches, s’annonce âpre et éreintant. Du courage, de la volonté et de la bravoure, il en faut certainement.Le combat contre toute forme de malversation est une lutte de longue haleine. En dépit des tirs aveugles des détracteurs, la bataille bat son plein. Durant la campagne électorale, le candidat n°13 s’était engagé fermement à lutter contre la corruption comme étant la base de toute action destructive. En tandem du mal avec l’impunité, la corruption résiste. Et quand l’impunité croise en chemin l’immunité, le combat se corse davantage. Conscient de l’effet dévastateur, de la gravité sinon…

A bout portant

AutoDiff