Publié dans Politique

Covid-19 - Relâchement signifie suicide collectif !

Publié le dimanche, 20 septembre 2020


Aux dernières nouvelles, Madagascar figure toujours parmi les pays où la Covid-19 sévit. Certes, le nombre de personnes testées positives à cette maladie est en phase décroissante. Cependant, il ne faut jamais oublier que ce nouveau coronavirus baptisé SARS Cov-2 circule toujours et fait des victimes quotidiennement dans le pays. Ces derniers temps, la population malagasy se laisse emporter par l’instinct de survie et oublie l’importance des gestes barrières. Ce relâchement se traduit actuellement par un suicide collectif qui prend de l’ampleur.
A commencer par les transports en commun qui n’appliquent en rien les mesures de sécurité sanitaires préalablement fixées. Or, la reprise des activités des transporteurs s’est accompagnée de l’octroi de gel désinfectant à tous les passagers des « taxis-be » entre autres. Pourtant, cette pratique n’a duré que quelques jours. Pour les quelques-uns qui en possèdent encore, ils n’en versent qu’à la demande des voyageurs, ce qui n’est pas conforme aux accords établis. De plus, les chauffeurs et leurs aides, censés s’équiper de masque et de visière, ne mettent plus ces accessoires. Et en ce qui concerne l’utilisation des gants de protection, cela été juste un must-have d’une journée. Ils négligent également la santé de leurs clients en se permettant de porter leur cache-bouche sous le nez ou encore le menton. Pire encore, des bus ne respectent plus le nombre de personnes assises en utilisant de nouveau les strapontins.
En outre, les marchés hebdomadaires ont dernièrement oublié les mesures de prévention de cette pandémie. Les dispositifs de lavage des mains ne servent plus à rien. Les gens qui s’y rendent ne se soucient plus des mesures d’hygiène à respecter dans ces lieux. Déjà, aucune vérification n’y est organisée. L’attitude responsable revient ainsi aux citoyens qui les fréquentent. Pour les supermarchés, les tapis imbibés d’eau savonneuse placés à l’entrée des bâtiments ne sont pas remplacés régulièrement. Les responsables de l’accueil ne priorisent pas non plus la prise de température. Il arrive même qu’ils laissent passer les visiteurs quand leur thermomètre ne fonctionne pas. La solution hydroalcoolique pour nettoyer les mains n’est plus qu’une formalité. Or, c’est à travers l’application de tous ces gestes que le virus pourrait disparaître.
Pêle-mêle. Ce qui complique aussi la lutte contre la Covid-19 porte sur les longues files d’attente observées au niveau des banques et des établissements publics. La distanciation sociale d’un mètre n’y est plus respectée. Toutefois, la prise de responsabilité pour faire respecter cette règle de base revient à ces enseignes, en mobilisant leurs personnels de sécurité  qui y sont présents afin de faire régner l’ordre.
K.R.


Fil infos

  • Loi sur la communication médiatisée - Les acteurs dans les Régions mis au parfum
  • Pension de retraite pour les députés - Razanamahasoa Christine précise
  • Fonctionnaires fantômes - La coupure des salaires effective
  • Lutte contre la corruption - « La volonté politique est primordiale »
  • Lutte contre la Covid-19 - Roland Ratsiraka veut encore semer le chaos
  • Port du masque à Antananarivo - Les sanctions sont tombées pour des récalcitrants
  • Lalatiana Andriatongarivo - La prolongation du mandat des sénateurs est inconstitutionnelle
  • Députés de Madagascar - Rien que des faveurs personnelles
  • Visite à Ambatondrazaka - Andry Rajoelina encourage les écoliers
  • Création de nouvelles Régions - Le plateau de Mahafaly et le Mangoro dans la liste d’attente

La Une

Editorial

  • Approche à revoir
    Quatre professionnels du média défraient la chronique ces derniers jours. A la Une des journaux, ils font couler beaucoup d'encre. Sabrina, animatrice d'antenne de Kolo TV, accusée de propagation de fausses nouvelles troublant l'ordre public, fut placée sous mandat de dépôt à Antanimora. Après un séjour d’un mois, elle bénéficia d'un relax suite à une décision présidentielle. Arphine Helisoa, une autre journaliste poursuivie pour propagation de fausses nouvelles et incitation à la haine à l'encontre de la personne du Président de la République, séjourna trente jours à Antanimora. Elle retrouva également sa liberté grâce à un geste du Président Rajoelina Andry.

A bout portant

AutoDiff