Publié dans Politique

Affaire Raoul Arizaka Rabekoto - L'INSCAE réagit et précise

Publié le dimanche, 27 septembre 2020

Dans notre édition du jeudi 24 septembre, l'Institut national des sciences comptables et de l'administration d'entreprise (INSCAE) réagit sur l'article intitulé « L'Exécutif amorphe contre Raoul Arizaka Rabekoto ». Il y était mentionné que ce dernier, en fuite à l'étranger, est un enseignant dudit institut. La direction générale de l'INSCAE a tenu à préciser qu'effectivement Raoul Arizaka Rabekoto y enseignait mais il est parti sans aviser qui que ce soit à l'institut et n'a donné la moindre explication de son absence.

« Pour nous, il a fait un abandon de poste et ne fait plus depuis partie membre du collège des enseignants de notre institut », précise une voix autorisée de la Direction générale de cet établissement public. Elle tient à cette précision pour ne pas nuire l'image de l'institut vis-à-vis des parents, des étudiants ainsi que des partenaires. Ainsi, pour la Direction générale, Raoul Arizaka Rabekoto « était » et non « est » un enseignant de l'INSCAE.

La Rédaction

Fil infos

  • Mobilisation face au Kere dans le Sud - Les députés offrent 8,5 tonnes de riz
  • Taxes pétrolières pour l’environnement - Détournement de 15 milliards destinés à l’OLEP
  • Lutte contre la Covid-19 - La communication, arme absolue utilisée par l’Etat
  • Village et Rova d’Ambohimanga - Les habitants retrouvent le goût de l’eau potable
  • Présidence de la Confédération africaine de football - Ahmad brigue un second mandat !
  • Assemblée nationale - Le calme plat
  • Pension de retraite pour les députés - Oui mais…
  • Loi sur la communication médiatisée - Les acteurs dans les Régions mis au parfum
  • Pension de retraite pour les députés - Razanamahasoa Christine précise
  • Fonctionnaires fantômes - La coupure des salaires effective

La Une

Editorial

  • Avec ou sans … !
    L’absentéisme. C’est le mode opératoire opté des sénateurs de l’Opposition pour exprimer leur… colère. En effet, Thierry Raveloson, Andriamandavy Riana, Olga Ramalason et compagnie, les sénateurs HVM et TIM, boudent. Ils désertent les séances de la Session ordinaire (la dernière du genre) de leur institution. Un manquement flagrant envers le devoir sacré qu’ils sont censés assumer en tant qu’élus. Et ils sont payés pour ! En droit de leur réclamer des comptes, les contribuables suivent de près la situation. A moins que ces « têtes brûlées » du Palais de verre renoncent à toucher leurs indemnités et avantages divers. C’est à voir !Arrivé en fin de parcours, le mandat des sénateurs se termine mal pour ne pas dire en queue de poisson. En tout cas, les sénateurs de l’Opposition doivent s’attendre à une telle mésaventure. En 2018, au tout début de la campagne électorale, le candidat Rajoelina annonçait déjà la…

A bout portant

AutoDiff