Publié dans Politique

Kere et fonctionnaires fantômes - Les fléaux de tous les régimes successifs

Publié le mercredi, 07 octobre 2020

Depuis 1960 à nos jours. Le Grand Sud de Madagascar fait face à un nouvel épisode de sécheresse exceptionnel. Aucune pluie n’est tombée dans la région depuis plusieurs mois. Les conditions climatiques exacerbées par le changement climatique sont pointées du doigt. Conséquence, la population locale fait face à une situation critique d’insécurité alimentaire. Cette situation est malheureusement récurrente dans le « Deep south », la partie la plus sèche de la Grande île. Cette zone a toujours été fortement exposée à une situation de sécheresse chronique.

La population souffre donc régulièrement de famine. Des initiatives telles que le forage de puits notamment ont été entrepris à travers les régimes successifs à Madagascar pour solutionner le problème. Pour autant, le Grand Sud attend toujours une solution d’envergure fiable et pérenne au kere. L’actuel Président de la République Andry Rajoelina semble, aujourd’hui, décidé à vaincre ce fléau et à apporter des solutions permanentes. Au cours d’une descente sur place en fin de semaine dernière, il a annoncé des solutions d’urgence telles que l’installation de quatre centres nutritionnels. Le locataire d’Iavoloha a aussi parlé de pipelines d’eau. L’implantation d’une usine de fabrication de compléments alimentaires annoncée par le Chef de l’Etat doit également permettre de lutter sur le long terme contre ce fléau.

Gangrène

Les habitants concernés tout comme les observateurs croisent aujourd’hui les doigts pour que les annonces aboutissent. Car les scénarios de l’évolution du climat dans le sud-ouest de l’océan Indien laissent peu de place à l’optimisme. Selon certaines projections, la sècheresse devrait se renforcer et les précipitations tendraient vers la baisse. A côté du kere, le phénomène des fonctionnaires fantômes persiste lui aussi depuis le retour de l’indépendance du pays. Ce fléau gangrène le budget étatique alors que les caisses de l’Etat ne sont pas franchement pleines. Pour rappel, le fonctionnaire fantôme ou fictif, c’est une personne qui perçoit indûment un salaire et autres avantages de la part de l’Etat, avec la complicité de certains responsables. Actuellement, le Président Rajoelina et son Gouvernement traquent les gaspillages. A défaut de pouvoir augmenter les salaires de ses serviteurs, l’Etat est décidé à fermer le robinet qui abreuve les fonctionnaires fictifs. Il a été annoncé l’amélioration du logiciel Application unique pour la gestion uniforme des ressources humaines de l’Etat (Augure). Aujourd’hui, 7 547 individus sont dans une situation irrégulière ou inconnue et sous la menace d’une suspension de leur solde, selon le dernier Conseil des ministres. La masse salariale et autres indemnités indues représentent tout de même chaque année plusieurs milliards d’ariary. Des sommes indues qui devraient être réclamées aux indélicats.

La Rédaction

Fil infos

  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »
  • Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême
  • Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !
  • Assemblée nationale - Deux nouveaux députés à l’Hémicycle de Tsimbazaza
  • Sécheresse dans le sud - Le stockage d’eau comme priorité
  • Trafic illicite de 73,5kg d’or - Mali confirme l’usage de faux par les trois ressortissants malagasy
  • Journée des officiers - Une célébration sobre et symbolique à Iavoloha
  • Trafic illicite de 73,5kg d’or - L’avion de la STA saisi !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit solidaire !
    L’heure est grave ! L’intraitable « Kere » dans le Sud fait fuir des gens. La Covid-19 reprend le poil de la bête. La violence atteint le paroxysme. Les sociétés et entreprises ne sont pas encore sorties de l’auberge des suites des frappes aveugles de la pandémie du coronavirus durant l’année passée. Le moment crucial arrive où nous devons, tous sans exception, faire preuve d’esprit solidaire. Chacun doit se sentir concerné sans être forcément responsables du malheur d’autrui. La solidarité nationale s’avère être la solution la meilleure sinon l’idéal.Dans le Sud, l’intensité de la sécheresse atteint, cette fois-ci, un degré… inhumain. Quand les gens de la région concèdent à fuir ou à abandonner la terre de leurs Ancêtres, leurs animaux d’élevage et leurs activités cela explique une situation inédite voire intenable. Depuis l‘époque coloniale jusqu’à un passé récent, les autorités publiques ont tenté de convaincre les habitants du grand Sud,…

A bout portant

AutoDiff