Publié dans Politique

Non-paiement des bourses à l’université de Toamasina - Le Gouvernement ouvre une enquête

Publié le dimanche, 21 février 2021

Suite aux manifestations estudiantines de Toamasina de la semaine dernière, le Gouvernement a décidé d’ouvrir une enquête pour « faire la lumière sur le retard du paiement » des bourses d’études et d’équipement, considéré comme « inadmissible ». Dans un communiqué publié samedi, il indique en effet que le ministère de l’Enseignement supérieur a procédé au transfert de fonds depuis le mois de juillet 2020 auprès du président de l’université quant au règlement des bourses d’études et d’équipement.

« Aucune justification ne peut expliquer ce retard de paiement », estime ainsi le Gouvernement. L’Etat malagasy rappelle sa politique de tolérance zéro face à la corruption et « ne cèdera pas dans ce combat ». Le 19 février, l’administration au niveau de l’université a publié le calendrier de paiement d’un mois de bourses et de l’équipement, à partir de ce jour. Non satisfaits de cette réponse, les étudiants ont lancé un appel à leurs congénères universitaires à ne pas encaisser la bourse proposée par l’université. Ils revendiquent le paiement de quatre mois de bourses. Ce jour, les étudiants ont observé une journée de deuil et de revendications. Désormais, outre le paiement de leurs bourses d’études, les étudiants veulent le départ du président de l’université de Toamasina Zafitody Conscient.

Pour rappel, le jeudi 18 février dernier, des étudiants sont sortis de l’enceinte de l’université de Toamasina, pour revendiquer le paiement de leurs bourses d’études et d’équipement. Pour le Gouvernement, leur indignation est « légitime au vu du retard de paiement accumulé » et « s’est transformée en agressivité à l’égard des Forces de l’ordre présentes. Durant la journée, des barrages avaient été dressés et les Forces de l’ordre ont été obligées de faire usage de gaz lacrymogène pour faire cesser les jets de pierres des étudiants. « Les violences ont provoqué la mort d’un étudiant suite à un tir de sommation et ont fait 3 blessés du côté des étudiants et 3 blessés du côté des gendarmes », selon le Gouvernement. De nombreux bureaux administratifs ont été vandalisés durant les manifestations.

Dans le communiqué, le Gouvernement présente ses condoléances à la famille du jeune étudiant décédé. Le défunt a été enterré hier dans la Commune d’Ampasina Maningory, dans le District de Fenoarivo -Atsinanana. La ministre de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme, Michelle Bavy Angelica a assisté aux obsèques et apporté les mots de réconfort aux familles, de la part du Gouvernement.

La rédaction

Fil infos

  • Construction illicite - Un Nabab nargue la Mairie d’Antananarivo
  • Indisponibilité de Soamandrakizay - Tant pis pour l’Opposition
  • Conseil des ministres - Le président de l’Université de Toamasina limogé
  • Etudes universitaires - L'époque où les bourses n'étaient pas systématiques !
  • Caisse de retraites civiles et militaires - Un déficit de 213 % l'année dernière
  • Barea de Madagascar - Ne tirez pas sur l’artiste Dupuis !
  • Tests Covid-19 - Attention aux faux négatifs !
  • Education - 500 000 ariary d’aides spéciales pour chaque maître FRAM
  • Marc Randrianisa recherché - Pour appel au meurtre contre Mialy R. et ses enfants
  • Pillage à Toliara - 30 auteurs du forfait arrêtés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • De Marc à Marco …
    Il n’y a qu’un pas à faire ! Plus précisément, un brin de cheveu à repérer ! Entre Marc Ravalomanana (MR) et Marc Randrianisa (MR), le même sigle, la ressemblance frappe trop du moins par un prénom drôlement identique « Marc » et dans le mode pensée ainsi que la manière d’agir bizarrement le même. Si le premier ne jure que par la chute du régime « Orange » autrement dit la mort politique de Rajoelina Andry, le second s’entiche à attenter à la vie (physiquement) de Rajoelina et à sa petite famille. Si le premier Marc, au nom d’une vengeance viscérale, se caressait discrètement l’idée de voir se réaliser son macabre projet et agissait ouvertement pour le concrétiser et cela depuis 2007-2009 tandis que le second Marc depuis 2009 couve l’idée diabolique d’abattre Rajoelina, lui et ses proches. Enfin, si le premier s’était « enfui » au pays de…

A bout portant

AutoDiff