Publié dans Politique

Non-paiement des bourses à l’université de Toamasina - Le Gouvernement ouvre une enquête

Publié le dimanche, 21 février 2021

Suite aux manifestations estudiantines de Toamasina de la semaine dernière, le Gouvernement a décidé d’ouvrir une enquête pour « faire la lumière sur le retard du paiement » des bourses d’études et d’équipement, considéré comme « inadmissible ». Dans un communiqué publié samedi, il indique en effet que le ministère de l’Enseignement supérieur a procédé au transfert de fonds depuis le mois de juillet 2020 auprès du président de l’université quant au règlement des bourses d’études et d’équipement.

« Aucune justification ne peut expliquer ce retard de paiement », estime ainsi le Gouvernement. L’Etat malagasy rappelle sa politique de tolérance zéro face à la corruption et « ne cèdera pas dans ce combat ». Le 19 février, l’administration au niveau de l’université a publié le calendrier de paiement d’un mois de bourses et de l’équipement, à partir de ce jour. Non satisfaits de cette réponse, les étudiants ont lancé un appel à leurs congénères universitaires à ne pas encaisser la bourse proposée par l’université. Ils revendiquent le paiement de quatre mois de bourses. Ce jour, les étudiants ont observé une journée de deuil et de revendications. Désormais, outre le paiement de leurs bourses d’études, les étudiants veulent le départ du président de l’université de Toamasina Zafitody Conscient.

Pour rappel, le jeudi 18 février dernier, des étudiants sont sortis de l’enceinte de l’université de Toamasina, pour revendiquer le paiement de leurs bourses d’études et d’équipement. Pour le Gouvernement, leur indignation est « légitime au vu du retard de paiement accumulé » et « s’est transformée en agressivité à l’égard des Forces de l’ordre présentes. Durant la journée, des barrages avaient été dressés et les Forces de l’ordre ont été obligées de faire usage de gaz lacrymogène pour faire cesser les jets de pierres des étudiants. « Les violences ont provoqué la mort d’un étudiant suite à un tir de sommation et ont fait 3 blessés du côté des étudiants et 3 blessés du côté des gendarmes », selon le Gouvernement. De nombreux bureaux administratifs ont été vandalisés durant les manifestations.

Dans le communiqué, le Gouvernement présente ses condoléances à la famille du jeune étudiant décédé. Le défunt a été enterré hier dans la Commune d’Ampasina Maningory, dans le District de Fenoarivo -Atsinanana. La ministre de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme, Michelle Bavy Angelica a assisté aux obsèques et apporté les mots de réconfort aux familles, de la part du Gouvernement.

La rédaction

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff