Publié dans Politique

Université de Toamasina - Les malversations dénoncées

Publié le lundi, 22 février 2021



Plusieurs preuves à l’appui. Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESUPRES), à travers ses responsables, vient de mettre à nu la mauvaise gouvernance et les malversations constatées auprès de l’université de Toamasina. Ceci suite à la manifestation estudiantine de la semaine dernière, pour réclamer le paiement de 4 mois de bourse et l’équipement. Cette grève a, rappelons-le, entraîné le décès d’un étudiant et la blessure des 2 autres. A cela s’ajoutent l’incendie d’un bâtiment et le pillage des biens de l’université, dont une centaine d’ordinateurs, un millier de matelas et de nombreux documents. « Lors d’une mission spéciale du 15 février dernier, 2 chargés de mission de la Présidence, le directeur de cabinet du ministère ainsi qu’un membre de cabinet ont effectué une réunion avec les responsables financiers, les associations régionales et pédagogiques ainsi que le président de l’université. A l’issue de cette réunion, la sortie de la liste des boursiers a été fixée pour le 17 février. Elle n’a pourtant été sortie que le 18 février après-midi, suite à la manifestation des étudiants », informe le Pr Gil Dany Randriamasitiana, secrétaire général du MESUPRES.
Contrôle, suivi et vérification
Indépendance décrétée de l’administration ainsi que des affaires financières et pédagogiques de chaque université. Le MESUPRES s’assure toutefois des contrôles, suivis et vérifications des listes des boursiers élaborées par les présidences des universités. Pour l’université de Toamasina, des abus et fraudes ont été constatés durant l’année universitaire 2019-2020. « Les étudiants redoublants ont pu bénéficier de bourses d’études. De plus, le nombre des boursiers y dépasse largement celui des étudiants inscrits, si l’on tient compte des informations émanant de la Direction des statistiques, de planification et de suivi. De plus, le premier responsable du campus de Barikadimy a fait exprès de dérégler l’équipement et un mois de bourse, dont le budget y afférent a déjà été envoyé par le ministère en juin 2020. Les universités de Mahajanga et d’Antsiranana ont pourtant pu les payer en décembre et janvier derniers », dénonce le SG du ministère de tutelle. « Les inscriptions auraient dû être achevées depuis décembre pour chaque mention (Filière) et domaine (Faculté), mais l’université de Toamasina n’a pas pu le faire. Pourtant, chaque établissement a pu envoyer la liste auprès service des bourses », ajoute-t-il. La note ministérielle signée par le SG donne, quant à elle, une dernière chance aux retardataires avant de clôturer définitivement la liste, le 19 février.
Multirécidiviste
Le MESUPRES dément la récente déclaration de l’université de Toamasina. Celle-ci a expliqué que l’attente de la clôture des inscriptions est à l’origine du retard de paiement. D’ailleurs, seuls les étudiants inscrits officiellement peuvent participer aux examens, lesquels se sont bien tenus. Après avoir montré toutes les preuves lors d’une rencontre avec la presse, hier à Fiadanana, les responsables dudit ministère dénoncent une mauvaise gouvernance auprès de l’université de Toamasina. Ils classent également le président de ladite université comme « multirécidiviste », avec les fautes répétitives passibles de sanctions et poursuites pénales. « Ce n’est pas la première fois que le paiement des bourses se fait tardivement à Toamasina. En décembre 2019, les dossiers ont été déjà envoyés par le ministère mais le paiement n’a pu se faire qu’en mai 2020, soit 5 mois plus tard », rappelle le SG. Ce retard de paiement a entraîné une manifestation des étudiants. Il a fallu au ministère intervenir et calmer la tension pour que le calendrier sorte…
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Construction illicite - Un Nabab nargue la Mairie d’Antananarivo
  • Indisponibilité de Soamandrakizay - Tant pis pour l’Opposition
  • Conseil des ministres - Le président de l’Université de Toamasina limogé
  • Etudes universitaires - L'époque où les bourses n'étaient pas systématiques !
  • Caisse de retraites civiles et militaires - Un déficit de 213 % l'année dernière
  • Barea de Madagascar - Ne tirez pas sur l’artiste Dupuis !
  • Tests Covid-19 - Attention aux faux négatifs !
  • Education - 500 000 ariary d’aides spéciales pour chaque maître FRAM
  • Marc Randrianisa recherché - Pour appel au meurtre contre Mialy R. et ses enfants
  • Pillage à Toliara - 30 auteurs du forfait arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • De Marc à Marco …
    Il n’y a qu’un pas à faire ! Plus précisément, un brin de cheveu à repérer ! Entre Marc Ravalomanana (MR) et Marc Randrianisa (MR), le même sigle, la ressemblance frappe trop du moins par un prénom drôlement identique « Marc » et dans le mode pensée ainsi que la manière d’agir bizarrement le même. Si le premier ne jure que par la chute du régime « Orange » autrement dit la mort politique de Rajoelina Andry, le second s’entiche à attenter à la vie (physiquement) de Rajoelina et à sa petite famille. Si le premier Marc, au nom d’une vengeance viscérale, se caressait discrètement l’idée de voir se réaliser son macabre projet et agissait ouvertement pour le concrétiser et cela depuis 2007-2009 tandis que le second Marc depuis 2009 couve l’idée diabolique d’abattre Rajoelina, lui et ses proches. Enfin, si le premier s’était « enfui » au pays de…

A bout portant

AutoDiff